Icon Sport

Saga Béziers - Il ne manque pas grand chose

Saga Béziers - Il ne manque pas grand chose
Par Emilien Vicens via Midi Olympique

Le 12/08/2020 à 18:16

Point complet sur l'effectif de l'AS Béziers Hérault.

Arrières > Pour sa troisième saison à Béziers, Pierre Bérard devrait s’imposer au poste d’arrière, après le départ à la retraite de Jérôme Porical. L’ancien joueur de Top 14 devra toutefois batailler avec le jeune Thomas Zénon (21 ans), qui a enchaîné les feuilles de matchs l’an passé pour son baptême du feu chez les pros. Ce dernier a surpris avec ses qualités de vitesse et son gabarit longiligne.

Ailiers > Après deux saisons étonnantes, l’intrépide Roméo Ballu a beaucoup moins joué l’an passé. Finalement conservé, l’ailier de 24 ans aura à cœur de montrer ses qualités. Il devra néanmoins faire sa place aux côtés du puissant Uwa Tawalo (112 kg). Au meilleur de sa forme, le Fidjien peut faire des ravages comme lors de son passage à Biarritz. Son indiscipline devra aussi être gommée. Enfin, le jeune Paul Alquier, 21 ans, aura son mot à dire et espère connaître ses premières apparitions dans la cour des grands.

Centres > L’ASBH voyage grâce à ses trois-quarts centres. L’Angleterre d’abord avec Jeff Williams, convaincant l’an passé pour sa première saison avec Béziers et en Pro D2. Les Fidji ensuite avec Savenaca Rawaca, qui sera l’atout puissance au cœur de l’attaque biterroise. Polyvalent à l’aile et joueur à fort potentiel, sa défense a néanmoins été pointée du doigt. Toujours dans l’hémisphère Sud, le Néo-Zélandais Jarrod Poï est l’une des recrues phares des « Rouge et Bleu ». Prêté par le Stade toulousain, il pourrait s’imposer en tant que numéro 12. Mais gare à celui qui incarne l’avenir : l’Espagnol Alvar Gimeno (22 ans). Très athlétique, ce joueur de ballon est parvenu à faire ses preuves lors de l’exercice 2019-2020. Enfin, trois jeunes français sont à l’affût et voudront se montrer : Paul Record (20 ans), Maxime Espeut (20 ans) et Pierre Courtaud (21 ans)

Ouvreurs > Autre recrue phare de l’ASBH cet été : Tristan Tedder. Décisif lors de son passage à Bayonne, le Sud-Africain a découvert le Top 14 l’an passé avec le Stade Toulousain. Sans toutefois s’imposer. Son talent ne demande lui qu’à être exprimé. À l’arrière ou en dix ? Telle est la question, alors qu’Adrien Latorre maîtrise désormais le système de jeu des "Rouge et Bleu" et pourrait conforter sa place. Avec ces deux buteurs et demis d’ouverture de haut niveau, Béziers ne manquera pas d’armes. D’autant que le prometteur Victor Dreuille, blessé aux ligaments croisés au cours de la préparation, pourrait revenir en force lors de la deuxième partie de saison.

Demi de mêlée > Après un retour timide à Béziers, Thibaut Bisman espère faire valoir son expérience pour enchaîner les titularisations cette saison. Il aura derrière lui deux jeunes demis de mêlée très prometteurs et aux atouts plutôt semblables. L’espagnol Tomas Munilla d’abord, qui a fait de sa vitesse d’exécution un véritable atout. Un puis un nouveau venu : Jean-Victor Goillot (1m70, 69 kg). L’ancien espoir de La Rochelle a découvert le Top 14 ces dernières saisons, et il se murmure que ses premières semaines de préparation avec l’ASBH laissent présager de belles choses.

Numéros 8 > Plutôt deuxième ligne, Clément Bitz pourrait glisser un cran plus bas en début de saison. Arrivé de Narbonne, il reste sur deux très bonnes saisons en Fédérale 1. Assurément une très bonne pioche pour Béziers. Si l’ASBH cherche encore un renfort à ce poste, le club héraultais pourra compter sur deux jeunes joueurs : L’international français chez les -20 ans Maxence Lemardelet, arrivé en provenance de Clermont, et l’international belge William Van Bost, brièvement aperçu la saison dernière.

Troisième ligne aile > À 30 ans, Jean-Baptiste Barrère s’inscrit désormais comme un cadre de l’ASBH. Le flanker va entamer sa sixième saison dans l’Hérault, et devait rester indéboulonnable avec son numéro 6 dans le dos. De l’autre côté, on ne présente plus Karl Wilkins. Très complet, et très précieux en touche, le flanker anglais est devenu un joueur clé de la formation biterroise. Il sera, à coup sûr, titulaire. En troisième homme, le fidèle Éloi Massot espère capitaliser sur sa bonne saison 2019-2020. Enfin, le jeune Carl Vuillecard (23 ans) aura sans doute l’occasion de passer un cap cette année.

Deuxième ligne > Inépuisable Jonathan Best. Le capitaine de Béziers fut le joueur le plus utilisé par l’ASBH l’an passé (1662 minutes). À 37 ans, il a encore les jambes pour disputer sa quatorzième saison chez les professionnels. Plusieurs recrues seront à ses côtés. L’Irlandais John Madigan arrive en provenance de Massy et retrouvera ainsi le Pro D2 après une saison en Fédérale 1. Un autre néo-biterrois candidate en deuxième ligne : il s’agit du Britannique Morgan Eames. Inconnu en France, ce dernier a évolué durant six saisons en deuxième division anglaise. David Aucagne a misé sur lui. Enfin, Yassine Maamry est pour sa part un habitué de Raoul-Barrière. Depuis son retour en 2016, le très puissant deuxième ligne (128 kg) enchaîne les feuilles de match.

Piliers > Solide et très mobile, le Géorgien Jorji Saldadze a prolongé avec le club biterrois, après une première expérience en France convaincante l’an passé. Il devrait, dans un premier temps, rester la doublure du taulier Francisco Fernandes, 218 matches de Pro D2 au compteur avec Béziers. À noter qu’un troisième pilier gauche devrait être recruté d’ici à la reprise du championnat. À droite, le casting est au complet et se veut très homogène. L’Irlandais Jamie Hagan n’a raté pratiquement aucune rencontre la saison dernière. À 33 ans, son expérience sera une arme importante, et sera complétée par la jeunesse de l’enfant du club Quentin Samaran (22 ans), très prometteur et en constante progression. Enfin, l’ancien Perpignanais Nicolas Lemaire aura une occasion à saisir cette saison.

Talonneurs > Les cartes sont redistribuées également au talon, où trois joueurs se présentent quasiment sur un pied d’égalité. Le cadre espagnol Marco Pinto Ferrer reste une valeur sûre à 32 ans, mais on connaît les capacités de Clément Estériola ballon en main. Et que dire du potentiel de Dorian Marco Pena (23 ans), autre symbole de la jeunesse de la formation biterroise depuis plusieurs saisons désormais.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés