Icon Sport

Hill : "Pourquoi je pars de Rouen"

Hill : "Pourquoi je pars de Rouen"
Par Rugbyrama

Le 23/05/2021 à 13:03Mis à jour

PRO D2 - C'est une montagne qui a décidé de quitter le Rouen Normandie Rugby, Richard Hill a annoncé en fin de semaine son départ (à deux ans du terme de son contrat) après huit années de bons et loyaux services au sein du club de Rouen mais aussi de la Normandie toute entière.

Au-delà d'avoir emmené Rouen de la Fédérale 2 à la ProD2, et d'avoir réussi à maintenir le RNR, cette saison, sur le terrain dans l'antichambre du Top 14, le manager anglais a surtout réussi à fédérer la Normandie autour du rugby. Rouen a su amener à lui les meilleures pousses normandes, en faisant des joueurs remarqués (Gabin Villière a joué son premier match en F2 avec Richard Hill aux commandes), en amenant 5 joueurs issus du cru dans le 15 de départ face à Perpignan (victoire 31-17 à la clé).

Il a aussi su envoyer des joueurs d'expérience prêter main forte aux clubs régionaux. Le HAC est aujourd'hui en F2 avec à sa tête Luke Cozens, un fidèle baron de Richard le Grand. L'homme, comme il le dit, a préféré "ne pas faire l'année de trop" et se rapprocher de sa famille, car avec les affres du Covid, il n'a "toujours pas vu [son] petit fils né il y a quelques mois déjà". Il y passera tout son été, proche des siens.

"J'ai déjà des sollicitations, dans le Sud-ouest notamment, je me laisse un peu de temps"

Rouen est donc un peu orphelin, mais pas sans solution, Eric Leroy (le président) le dit d'avance : "mon téléphone sonne beaucoup depuis hier, j'ai la surprise de voir de beaux noms venir aux nouvelles. On ne se précipitera pas, on a quasiment achevé notre recrutement, il reste deux postes à doubler. Il faudra donc que le futur entraîneur puisse travailler avec un groupe déjà composé".

Richard Hill partira discrètement, comme il est arrivé, avec son expérience d'une finale de Coupe du Monde 1991. Il partira sur une partition de haute volée, partition qu'il entend bien rejouer vite si un projet se présente de nouveau "en Nationale ou en F1, je suis plutôt un bâtisseur, j'ai déjà des sollicitations dans le Sud-ouest notamment, je me laisse un peu de temps".

Par Gaël LECOEUR

Contenus sponsorisés