Icon Sport

Perpignan - Biarritz : deux monstres pour un titre

Perpignan - Biarritz : deux monstres pour un titre
Par Rugbyrama

Le 30/05/2021 à 20:54Mis à jour

PRO D2 - Ça y est, on connaît l’affiche de la finale de Pro D2. Après leurs victoires, respectivement sur Oyonnax et Vannes, Perpignan et Biarritz croiseront le fer le 5 juin prochain. Une finale entre deux équipes historiques, qui étaient descendues en même temps en 2014.

Qui sera champion de Pro D2 cette saison ? C’est la question qui taraude les suiveurs de la compétition, alors que seules deux équipes restent en course. Perpignan et Biarritz se disputeront le titre samedi 5 juin, lors de la finale, à Montpellier. Ce sont d’abord les Catalans qui se sont qualifiés, en disposant d’Oyonnax, au terme d’un match où l’USAP aura été supérieure (27-15). Plus tard dans l’après-midi, c’était au tour des Biarrots d’aller chercher leur ticket pour la finale, après avoir renversé Vannes, dans une rencontre haletante (34-33).

Perpignan entre talent et expérience

Premier et troisième à l’issue de la saison régulière, Perpignan et Biarritz possèdent sûrement les deux plus beaux effectifs du championnat. Cette saison, plusieurs joueurs ont tiré leur épingle du jeu et se sont affirmés parmi les meilleurs de la Pro D2. Du côté de l’USAP, il y a évidemment Melvyn Jaminet, quatrième réalisateur de la saison, et qui éclabousse les matchs de son talent, à seulement 21 ans. Contre Oyonnax en demi-finale, l’arrière a été le joueur du match, perçant la défense à plusieurs reprises et amenant perpétuellement le danger.

Pro D2 - Melvyn Jaminet (Perpignan) est un des grands talents de cette Pro D2

Pro D2 - Melvyn Jaminet (Perpignan) est un des grands talents de cette Pro D2Icon Sport

À ses côtés, il y a aussi des joueurs de classes, déjà reconnus pour leur talent, et qui ont déjà foulé les pelouses du Top 14. Parmi eux, le capitaine Mathieu Acébès, au club depuis 2016 et qui réalise une bien belle saison en tant que deuxième centre. Son associé dans la ligne d’attaque, Jeronimo De La Fuente, a lui aussi beaucoup d’expérience, acquise avec les Jaguares en Super Rugby.

Concernant l’expérience, on peut évidemment parler de Damien Chouly, Ben Volavola, George Tisley ou encore Piula Faasalele, tous passés par le premier échelon du rugby français. Mais Biarritz aussi possède plusieurs joueurs familiers avec le très haut niveau.

Biarritz en pleine euphorie

Autre joueur qui prend ses responsabilités : l’inattendu Romain Lonca. Revenu de blessure en fin de saison, il enchaîne les grosses performances et est d’ailleurs à l’origine de l’essai de Stark, qui a offert le succès Biarrot face à Vannes en demi-finale. Parce que pour arriver en finale, les Biarrots ont créé l’exploit de s’imposer à La Rabine, après avoir pourtant été menés durant toute la seconde période. Lors de l’essai victorieux, deux hommes se sont principalement distingués : Lucas Peyresblanques et Bernabé Couilloud, tous deux entrés en jeu en cours de match.

Ces remplaçants de luxe incarnent parfaitement la jeune garde biarrote, déterminée et audacieuse. Avant de combiner sur l’essai de la victoire, ils ont d’ailleurs été les marqueurs des deux essais précédents, qui ont laissé leur équipe dans le match. Impressionnant quand on sait qu’ils étaient déjà allés à dame lors du match de barrage, contre Grenoble. Enfin, le joueur qui symbolise le plus la forme de Biarritz avant la finale n’est autre que Gavin Stark, auteur d’un triplé contre Grenoble été donc de l’essai libérateur en demi-finale.

D’âpres confrontations en cours de saison

Autant Biarrots que Perpignanais doivent donc s’attendre à un combat de tous les instants samedi prochain. Combat, le mot est bien choisi lorsqu’on regarde en arrière les deux confrontations de la saison. BO-USAP, c’était l’affiche de la première journée, remportée 21-12 par les Basques à Aguiléra. Même si l’équipe Catalane qui s’était déplacée ressemble peu à celle qui s’est imposée en demi-finale face à Oyonnax, il faut noter la victoire du BO. Un succès acquis en première période, malgré une réaction de l’USAP lors du second acte.

Perpignan a finalement pris sa revanche quelques mois après, à l’occasion de la 26e journée. 29-27. Contre une équipe basque accrocheuse, Perpignan s’en est sorti 29-27, en revenant encore une fois au score en seconde période, après pourtant avoir été menés 9-18 à la mi-temps. Dans ce match, un homme a permis aux Catalans de rester au contact : Melvyn Jaminet, en pleine bourre. Dans ces deux rencontres, on peut aussi signaler une pluie de carton : sept jaunes au total, dont cinq infligés à l’USAP. En finale, il faudra que les hommes de Patrick Arlettaz soient beaucoup plus disciplinés. En tout cas, cette finale promet entre deux équipes qui ont le niveau pour jouer en Top 14.

Par Yanis GUILLOU

Contenus sponsorisés