Other Agency

Oyonnax frappe fort d’entrée en gagnant à Grenoble

Oyonnax frappe fort d’entrée en gagnant à Grenoble

Le 27/08/2021 à 22:43Mis à jour Le 27/08/2021 à 23:04

PRO D2 - Bien plus en place que son adversaire, Oyonnax s’est logiquement imposé 14-22 sur la pelouse du stade des Alpes. Si Grenoble a réagi dans les vingt dernières minutes en inscrivant deux essais, ce sont les joueurs de Joe El Abd qui ont globalement dominé les débats et qui réalisent un gros coup dès la première journée.

D’un côté, une équipe à l’aube d’un nouveau projet : Grenoble, et son staff arrivé aux commandes de l’équipe professionnelle cet été. De l’autre, Oyonnax, entraîné pour la troisième année consécutive par Joe El Abd, Vincent Debaty et Manny Edmonds. Dès lors, est-ce surprenant d’avoir vu, sur la pelouse du stade des Alpes, des rouge et noir clairement supérieurs aux locaux ? Certainement pas.

Au cours d’une première mi-temps sans essai, les Oyomen sont en effet apparus bien plus rodés que leurs vis-à-vis. Meilleurs dans les rucks, plus forts en mêlée fermée et imperméables en défense, les coéquipiers de Thibault Lassalle menaient logiquement à la pause (0-9), grâce à trois pénalités de leur maître à jouer, Yohan Le Bourhis. En face, Romain Barthélémy avait manqué une tentative (17e), et à part quelques relances du feu follet Ange Capuozzo, les Isérois s’étaient plutôt fait remarquer par leurs nombreuses maladresses balle en main.

Au retour des vestiaires, les hommes de Joe El Abd poursuivaient sur le même tempo. Une pénalité de Yohan Le Bourhis (43e), puis un essai d’Ilan El Khattabi dix minutes plus tard, derrière une mêlée dominatrice, permettaient aux joueurs de l’Ain de mener 0-19. Très certainement vexés et aidés par la bonne entrée de leur banc, les Isérois se réveillaient à l’heure de jeu. Si l’essai d’Adrien Séguret (57e) était refusé par M. Minery, Julien Ruaud en force, cinq minutes plus tard, venait débloquer le tableau d’affichage des siens. Jules Soulan, avec une pénalité lointaine (67e) mettait Oyo” à l'abri (7-22) d’un retour de Grenoble. Le bel essai inscrit par Karim Qadiri en toute fin de match n’y changeait rien.

Pour la première fois depuis 2009, Oyonnax s’impose au stade des Alpes (14-22) et par la même occasion, envoie un message fort à ses concurrents au top 6. De son côté, le FCG est apparu trop brouillon et, hormis les quelques fulgurances de Capuozzo et Qadiri, n’a pas franchement convaincu. Au soir de cette première journée, on peut donc affirmer que les Grenoblois sont encore en rodage.

Contenus sponsorisés