Icon Sport

La pépite de Pro D2 - Martin Dulon enchaîne et se révèle

La pépite de Pro D2 - Martin Dulon enchaîne et se révèle
Par Rugbyrama

Le 10/02/2021 à 17:00Mis à jour Le 10/02/2021 à 17:05

PRO D2 - Prêté à Carcassonne par l’UBB, le jeune ailier trouve ce qu’il était venu chercher en deuxième division : du temps de jeu. Ses performances, saluées dans l’Aude, pourraient lui permettre d’intégrer le groupe bordelais dans les prochaines saisons.

Martin Dulon n’en espérait pas tant. Prêté par l’Union Bordeaux-Bègles à Carcassonne cet été, l’ailier de 21 ans était en quête de temps de jeu en Pro D2. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a été servi. Il a tout simplement joué lors de chacun des 18 matchs disputés par Carcassonne, dont 16 en tant que titulaire. À l’aile, mais aussi au centre, le Bordelais a la confiance de ses coachs et se fait remarquer. Il est même dans le XV de la semaine dernière du Midi-Olympique, après la victoire des siens face à Montauban (23-17).

Bordelais pure souche

Originaire de la région bordelaise, il débute le rugby au club de Cénac, sur la rive droite. À l’âge de 13 ans, il part au CABBG (Bègles) et suit la filière jeune de l’UBB. Il est même champion de France cadet avec les bèglais : "C’était incroyable parce qu’on était une belle bande de copain. En sachant qu’en plus, l’année précédente, on avait perdu en finale contre Toulouse", décrit le principal intéressé. Il participe aussi aux Jeux olympique de la Jeunesse avec la France. Un tournoi qui se joue à VII. "C’était à Bueno Aires en 2018. On fait vice-champions en perdant en finale contre l’Argentine, mais c’est pour l’instant mon plus beau souvenir rugbystique. C’est quelque chose d’incroyable les JO pour un sportif." Dulon enchaîne ensuite avec les espoirs de Bordeaux, tout en s’entraînant quelques fois avec le groupe professionnel. À l’aube de la saison 2020-21, il est prêté à Carcassonne pour grappiller du temps de jeu et de l’expérience au haut niveau.

Après 1319 minutes disputées en Pro D2 donc, Martin s’impose comme une valeur sûre de l’effectif des Canaris : "Je suis très content parce que je suis venu pour prendre du temps de jeu et j’ai fait tous les matchs, donc que du positif." Ce temps de jeu glané représente de l’or pour l’ailier. Non seulement parce que la confiance vient en jouant, mais en plus parce que ses performances lui permettent de se faire un nom : "En tant que jeune joueur, c’est là que ma carrière « commence » donc avoir de la visibilité, c’est super important."

La confiance que lui accorde Christian Labit est un des facteurs qui font de l’ailier le joueur le plus utilisé de l’effectif carcassonnais. "Il est dans la même mentalité que moi, confirme Dulon, il aime bien les garçons qui sont volontaires, donc j’essaie de l’être et d’être agressif dans mon jeu. Il me donne des conseils sur mon positionnement et je sens que je progresse de match en match et que je monte en puissance." Ses performances sont aussi remarquées par le staff de l’UBB, qui a notamment récemment fait revenir au club Simon Desaubiès, qui était prêté à Mont-de-Marsan. "Oui, j’ai eu des contacts récemment. Ils sont contents, ça marche bien. Je vais attendre de voir ce qu’il se passe pour les prochaines saisons. C’est sûr que de voir les joueurs de prêts revenir en pleine saison, c’est motivant."

En attendant de revenir vers son club formateur, Martin Dulon insiste sur son implication dans le projet des Jaune et Noir. D’autant plus qu’il a marqué son premier essai en pro sous les couleurs Carcassonnaises. "Premier essai en pro, en plus il y avait du public ! C’était à Angoulême, ce n’est pas loin de Bordeaux donc il y avait mes parents qui étaient venus me voir. Marquer devant ma famille, c’était vraiment particulier donc c’est un bon souvenir." Malgré ce moment marquant, l’ailier reste déçu que cet essai soit le seul de sa saison pour le moment : "Je n’ai pas beaucoup marqué, seulement un essai, pour un ailier ce n’est pas le top. C’est le jeu Carcassonnais qui veut ça, c’est pas mal axé sur les avants qui font un gros boulot et nous derrière, on essaye de jouer comme on peut."

Plus Ben Lam que Santi Cordero

Mais Dulon reste lucide, il n’a pas un profil de finisseur, mais bien plus d’un ailier créateur. Son gabarit avantageux (1m87, 94kg), est plus propice à faire mal aux défenses plutôt qu’à finir simplement les actions. "Je n’ai pas le profil de finisseur, je peux jouer au centre, c’est ça qui fait ma force aussi. Je suis plutôt du genre à resserrer les défenses, gagner les duels, avancer au contact et mettre de l’avancée sur les ballons d’essai. Après forcément, je suis parfois déçu parce que c’est toujours bien de marquer." Replacé deux fois en tant que deuxième centre cette saison, ses qualités physiques font qu’il peut couvrir le poste sans problème, "c’était même mon poste à l’école de rugby et en espoir. Après, je me sens de mieux en mieux à l’aile. Peu m’importe où je joue, tant que je suis sur le terrain. Mais tu ne me mettrais pas numéro 10 ou numéro 9 quand même (rires)."

Martin Dulon mise sur sa puissance

Martin Dulon mise sur sa puissanceIcon Sport

Un point intéressant lorsqu’on sait que deux des centres Jaune et Noir sont des anciens bordelais eux aussi. "J’ai de la chance d’être avec Félix le Bourhis et Julien Rey, qui jouaient à l’UBB quand j’étais petit. Je les regardais sur le terrain, j’étais ramasseur de balles. Ils me donnent beaucoup de conseils. On a un bon groupe donc j’essaye d’apprendre un maximum cette année." D’ailleurs, Dulon continue de regarder l’UBB et le Top 14, pour s’inspirer de ce qui se fait, notamment à l’aile avec Ben Lam. "Je regarde ce qui se fait en Top 14, qui est vraiment un beau championnat. Ben Lam fait des gros matchs. C’est un joueur dont je m’inspire un peu. Lam est plus dans mon profil que les autres ailiers de l’UBB, même s’il est plus imposant que moi (sourire)."

Le tout en attendant de peut-être jouer avec le Néo-Zélandais dans les prochaines saisons. Mais Dulon ne se précipite pas, mieux vaut faire ses armes avant de se lancer dans le grand bain avec les grands noms, à la manière d’un Maxime Lamothe, prêté avant de devenir titulaire au talon cette année. "Ça me motive à aller chercher une place au milieu des grands. Après mon objectif, c’est de m’aguerrir en Pro D2 et avec des prêts, un peu comme Maxime, pour avoir la chance d’intégrer un club de Top 14, que ce soit Bordeaux ou un autre."

Pour son après-carrière aussi, le néo-carcassonnais a de la suite dans les idées puisqu’il veut continuer son projet et deuxième passion : être coiffeur. Détenteur d’un CAP, ce talent lui sert aussi à s’intégrer dans le club. "Je coupe la moitié de l’équipe, ce qui a été bien pour m’intégrer. C’est vraiment quelque chose que j’aime bien et c’est toujours dans un coin de ma tête, il faut aussi penser à l’après-carrière." Espérons pour Martin Dulon que celle-ci soit belle, et qu’il glane des trophées avant de faire des coupes.

Par Yanis Guillou

Contenus sponsorisés