Icon Sport

Le Pré-Fleuri en feu, des Audois pas assez tueurs... Le baromètre de Nevers - Carcassonne

Le Pré-Fleuri en feu, des Audois pas assez tueurs... Le baromètre de Nevers - Carcassonne

Le 19/05/2022 à 23:23Mis à jour Le 19/05/2022 à 23:30

PRO D2 - Ce jeudi soir, Nevers s'est imposé 24 à 12 contre Carcassonne en match de barrage, s'assurant une place en demi-finale pour la première fois de son histoire. Si Ceyte et Jaminet ont assuré du côté de l'USON, Silago a quant à lui déçu. Dans la belle ambiance du Pré-Fleuri, Marques a bien animé le jeu audois, mais lui et son équipe ne sont jamais parvenus à prendre les commandes...

Les tops :

Thomas Ceyte

Quelle générosité de la part du deuxième ligne nivernais ! Leader dans le jeu et en conquête, le numéro 5 s’est révélé précieux ce jeudi soir, grâce à son abattage et son activité sur la pelouse du Pré-Fleuri. Ceyte a été servi à de nombreuses reprises dans le jeu courant, et a négocié ses ballons avec justesse. Sans surprise, il a en plus été très présent dans le combat au sol. On notera également un très bon grattage réalisé à la 34e minute.

Kylian Jaminet

Dans la famille Jaminet, on demande le grand frère. L’arrière de Nevers, Kylian Jaminet, s’est montré assez solide lors de ce barrage de Pro D2. Plutôt propre au pied (en témoigne son énorme dégagement en touche au début du match), il s’est surtout distingué par sa justesse dans le domaine aérien, remportant ses duels les uns après les autres, et rassurant son équipe par sa superbe détente. À son discrédit, il commet un en-avant sur une occasion de l’USON en deuxième période.

L’ambiance du Pré-Fleuri

Qui dit début des matchs couperets de phase finale, dit également ambiance des grands soirs. Du côté du Pré-Fleuri, les acteurs de la rencontre Nevers - Carcassonne ont été servis. Massés dans l’enceinte située à Sermoise-sur-Loire (guichets fermés), les quelques 7000 supporters nivernais et 200 supporters carcassonnais ont fait plus que répondre présent.

Plein à craquer, le stade a été le théâtre de chants et d’encouragements constants, qui ont trouvé leur paroxysme lors des toutes dernières minutes de feu de l’équipe locale. Une ambiance qui fait plaisir à voir et à entendre, et qui n’est sûrement pas étrangère à la victoire à domicile de Nevers, presque imprenable dans son antre cette saison (une seule défaite).

Samuel Marques

S’il y a un joueur carcassonnais auquel il sera difficile de reprocher quelque chose après cette saison, c’est bien Samuel Marques. En véritable meneur d’hommes, le demi de mêlée audois a tout tenter pour faire avancer son équipe. Remuant au bord des rucks et à l’aise techniquement, il a régulièrement été à l’origine des bons mouvements visiteurs. L’ancien Palois s’est aussi montré à l’aise au pied, que ce soit pour mettre la pression sur Nevers ou pour sanctionner l’indiscipline adverse (12 points). Malheureusement pour lui, et pour sa seule vraie fausse note de la soirée, il manque la pénalité qui aurait permis à Carcassonne de prendre l’avantage, à 15 minutes du terme…

Les flops :

Le manque de réussite audois en fin de match

S’ils ont dans l’ensemble livré une prestation consistante, les hommes de Christian Labit pourront regretter de ne pas avoir été assez tueurs en fin de match, avant le réveil neversois. Globalement meilleurs que leurs adversaires en seconde période, en témoigne leur occupation du terrain, les Carcassonnais n’ont pas marqué le moindre point lors des 25 dernières minutes.

Si Marques a manqué de peu une pénalité, Damien Anon a quant à lui trouvé le poteau sur sa tentative de drop (69e). Malheureux, et incapables de prendre les commandes, les Audois ont vu les locaux leur asséner un violent coup sur la tête, avec l’essai de Cazenave en fin de partie, faisant suite à une interception d’Hamel. Ils ne s'en relèveront pas : leur manque de réussite leur a été fatal.

Aviata Silago

Le trois-quarts centre néo-zélandais n’a pas fait parler la poudre ce jeudi soir. Parfois imprécis dans ses montées défensives, il a ouvert par deux fois un intervalle à l’attaque audoise, et a commis un en-avant sur une tentative de récupération (11e). Ses prises de balle n’ont pas non plus rencontré un grand succès, l’ancien Montalbanais n’ayant jamais réussi à réellement créer le décalage pour ses partenaires.

Au pied, en première période, il rend d’ailleurs à l’adversaire un ballon pourtant intéressant à jouer. Sur l’une de ses rares prises d’initiative individuelle, il est également découpé par un plaquage d’Agaba. Enfin, il est sanctionné d'une pénalité à la 56e minute.

Contenus sponsorisés