Icon Sport

La Covid va-t-elle perturber la fin de saison de Grenoble ?

La Covid va-t-elle perturber la fin de saison de Grenoble ?

Le 27/04/2021 à 14:48Mis à jour

PRO D2 - Avec 5 points d’avance sur Carcassonne et Nevers et un match en plus à disputer contre Vannes, le FCG est en position de force pour décrocher la dernière place qualificative en phases finales. Seulement, la découverte de nouveaux cas de Covid-19 dans ses rangs pourrait encore une fois bouleverser son programme et le mettre en difficulté.

Au repos forcé en fin de semaine dernière après la détection de cas de Covid-19 dans les rangs de Vannes, Grenoble aborde sportivement le sprint final pour la sixième et dernière place qualificative en tant que favori puisque le FCG dispose de 5 points d’avance sur Carcassonne et Nevers, plus ce match en retard reprogrammé samedi (18h30) contre le RCV.

Mardi dernier, Stéphane Glas confiait que ne pas être au rendez-vous des phases finales serait un coup dur à encaisser après le superbe parcours réalisé depuis janvier. "Après le match d’Angoulême (3-9) juste avant Noël, on était très loin des six premières places, on n’avait plus beaucoup le droit à l’erreur et c’était compliqué, on me parlait même de maintien, rappelait le manager isérois. Je n’ai jamais été trop inquiet sur le maintien, honnêtement.

On sentait qu’on était sur un fil. Moi ce qui m’embêtait, c’était de rester dans le ventre mou et ne pas pouvoir jouer la qualif jusqu’au bout. Pour la qualif, à Noël je me suis dit que ça allait être très compliqué et je ne nous voyais pas spécialement remonter la pente aussi bien. Bravo à l’équipe. Après la remontée qu’on a fait, après le fait d’être passés dans les six premiers depuis la victoire contre Colomiers (32-16, le 7 mars), franchement, oui, ce serait une grosse déception de ne pas se qualifier."

Déjà une semaine compliquée avant Valence

Les Isérois pourraient s’enlever beaucoup de pression avant de recevoir Carcassonne la semaine prochaine en cas de victoire contre les Vannetais. Seulement, cette rencontre face aux Bretons va-t-elle bien pouvoir avoir lieu cette semaine ? C’est une question qui peut se poser ce mardi. Après avoir déjà connu des cas de Covid-19 il y a deux semaines avant leur déplacement à Valence (23-30), qu’ils étaient parvenus à circonscrire pour éviter la propagation du virus, occasionnant "simplement" le report du match du vendredi au dimanche, abordé avec un seul entraînement collectif dans les jambes, les Isérois sont de nouveau confrontés au virus en ce début de semaine.

Des tests PCR de lundi se sont révélés positifs. Conséquence : les entraînements de ce mardi ont été annulés. Si le virus ne s’est pas diffusé davantage et que les Grenoblois obtiennent le feu vert pour de nouveau s’entraîner d’ici peu, ils devront une nouvelle fois, conformément au protocole sanitaire mis en place par la LNR, le faire par groupes. Or, préparer une rencontre dans ces conditions c'est vraiment compliqué, comme le soulignait Stéphane Glas avant le match à Valence.

"La seule chose qui nous pose problème, c’est de s’entraîner par petits groupes. Ce n’est pas idéal pour travailler. Ce n’est pas notre quotidien mais c’est quelque-chose cette saison qu’on a dû pratiquer quand même quelque fois." Références à leur fin de préparation estivale et à leur déplacement à Angoulême qui avait dû être reporté deux fois à cause de la Covid.

Si le match contre Vannes ne peut pas se jouer samedi, quand pourrait-il l’être ? En début de semaine prochaine ? Après cette semaine, la Pro D2 ne fait plus relâche jusqu’à la fin de la saison. Il reste encore deux journées à disputer : Grenoble doit normalement recevoir Carcassonne dès le jeudi 6 mai (20h45), puis terminer sa phase régulière à Montauban le week-end du 14 mai. Avant, si le FCG se qualifie, un barrage à disputer la semaine suivante. Bref, un sacré casse-tête possible en termes d’organisation, de préparation et de calendrier.

Contenus sponsorisés