Icon Sport

L'hommage du stade Robert-Diochon à Jordan Michallet

L'hommage du stade Robert-Diochon à Jordan Michallet
Par Rugbyrama

Le 22/01/2022 à 15:39Mis à jour Le 22/01/2022 à 18:11

PRO D2 - Après la disparition tragique de son maître à jouer, Jordan Michallet plus tôt dans la semaine, Rouen accueillait Carcassonne dans le cadre de la 18ème journée de championnat vendredi soir. Avant la rencontre, le stade Robert-Diochon a basculé dans l'émotion pour rendre un dernier hommage au joueur qui était arrivé en Normandie en 2018.

Mardi dernier le monde du rugby apprenait la disparition tragique de Jordan Michallet qui perdait la vie à seulement 29 ans. L'ouvreur arrivé à Rouen en 2018 avait participé pleinement au titre de Champion de France de Fédérale 1 en 2019, et il était depuis l'un des cadres de l'effectif normand. Cette saison en Pro D2, l'ouvreur avait participé à seize rencontres dont treize en tant que titulaire, le natif de Voiron en Isère comptabilisait deux essais et 157 points. C'est donc un stade Robert-Diochon bien rempli qui lui a rendu un vibrant hommage en guise d'adieu hier soir lors de la réception de Carcassonne.

À peine sorties du tunnel, les deux équipes se sont regroupées en cercle au centre de la pelouse. Joueurs, entraîneurs, supporters, tous les acteurs de la rencontre ont alors observé une minute d'applaudissements pour honorer la mémoire de Jordan Michallet. Un dernier hommage marqué par la vive émotion présente sur les visages rouennais. Ultime clin d'œil à la mémoire du buteur normand, aucun joueur ne portait le numéro dix sur la pelouse de Robert-Diochon. Dans un match qu'ils ont voulu jouer pour lui, les coéquipiers de Jordan Michallet ont été submergés par l'émotion et ont concédé une défaite anecdotique face à Carcassonne (3-24).

Les entraîneurs Christian Labit (Carcassonne) et Serge Betsen (Rouen) étaient également touchés par l'émotion.

Les entraîneurs Christian Labit (Carcassonne) et Serge Betsen (Rouen) étaient également touchés par l'émotion.Icon Sport

L'émotion était vive sur les visages normands.

L'émotion était vive sur les visages normands.Icon Sport

Contenus sponsorisés