Icon Sport

Grenoble se fait peur mais assure l’essentiel à Valence-Romans

Grenoble se fait peur mais assure l’essentiel à Valence-Romans

Le 18/04/2021 à 16:57Mis à jour Le 18/04/2021 à 17:21

PRO D2 - Les Isérois, qui menaient de 14 points à 3 minutes de la fin, ont eu le droit à une petite frayeur dans le final d’un duel perdu par des Drômois qui ont mis de l’engagement mais qui n’ont pas su capitaliser sur leur temps fort, malgré une belle conquête (23-30).

Cette affiche capitale à la fois dans la lutte pour le maintien que dans la course à la qualification semble s’est jouée en quelques secondes, lors d’une action qui voit le VRDR tenir le ballon, hausser son rythme de jeu, mais se faire contrer sur une passe de Lucas Chouvet vers Sean Dougall. Devant ses 22m, Enzo Selponi surgit et traverse tout le terrain pour venir porter l’estocade (73’, 16-27). Jusqu’ici, le FCG avait pourtant du mal, à l’image de sa conquête inconstante.

Si Christopher Lacour vient relancer un peu le suspense dans le final, profitant d’un bon travail de l’un des Damiers les plus entreprenants, Juan Segundo Tuculet, avec un essai vite transformé (79’, 23-30), Valence-Romans ne parvient pas à arracher a minima un bonus défensif qui aurait pu s’avérer précieux. C’est donc Grenoble qui fait la belle opération, confortant sa 6ème place et comptant désormais 5 points d’avance sur son premier poursuit, Nevers, en 7ème position.

Un derby du Dauphiné engagé

Outre une touche et une mêlée sur courant (très) alternatif, on pourra noter la grosse prestation du centre Romain Trouilloud, à l’aise dans ses coups de pied (7 sur 8) et très souvent sollicité pour venir attaquer la ligne et essayer de mettre les siens dans l’avancée. L’autre réalisation du club isérois est l’œuvre de Steeve Blanc-Mappaz, sur une sublime action en sortie de regroupement, voyant Zupan orienter sur le fermé, jouer sur Fourie pour la passe sur un pas, et Selponi pour une transmission entre les jambes en direction de son troisième ligne (34’).

La formation drômoise nourrit logiquement des regrets, n’ayant notamment pas su capitaliser sur son envie, et sur sa supériorité numérique à l’heure de jeu après le carton jaune contre Jérôme Rey pour une accumulation de fautes en mêlée (62’). Il y a tout de même eu cette belle réalisation de Lucas Mensa après une brèche ouverte par Tuculet, fort d’une course tranchante et de crochets (31’). Les autres points au pied de Lucas Chouvet n’auront pas suffi (4 sur 4). Après quatre matchs sans défaite, c’est un rude coup d’arrêt pour les Valentino-Romanais.

Contenus sponsorisés