Midi Olympique

Belzons : "Si nous n'avons pas de vrais repreneurs, je démissionne"

Belzons : "Si nous n'avons pas de vrais repreneurs, je démissionne"

Le 14/06/2022 à 17:09Mis à jour Le 14/06/2022 à 17:32

PRO D2 - Alors que les mauvaises nouvelles s'enchaînent au Racing Club narbonnais qui n'a toujours pas de nouvelles recrues et qui navigue à vue concernant la présidence et la présence d'éventuels repreneurs pour la saison prochaine, Gilles Belzons (actuel président du RCN) s'inquiète de l'avenir de son club de cœur qui pourrait bien "disparaître si rien ne change".

Il y a quelques jours dans ces mêmes colonnes, on annonçait que la seule recrue officielle du Racing Club narbonnais, Jacob Botica ne viendrait pas. Une nouvelle qui faisait grand bruit quand l'on sait que le club audois accuse 21 départs à deux semaines de la reprise des entraînements. Si ceux qui pensaient que la saison de Narbonne en Pro D2 avait été compliquée, ils n'avaient sans doute pas imaginé ce qu'il pourrait se passer la saison suivante, car au vu de l'état actuel des choses, rien ne laisse entrevoir du positif et Gilles Belzons (l'un des cinq présidents du RCN aux côtés de Marc Delpoux, Philippe Campos, Xavier Marco et Jean Ormières) en est bien conscient : "On me dit de rester positif dans ma communication mais aujourd'hui si je l'étais, je serais un menteur !".

" Si rien ne change, le club disparaîtra dans deux mois""

Il semblerait que non. Car si plusieurs noms circulent dans le Narbonnais, Gilles Belzons assure que "c'est faux, ce ne sont que des rumeurs car les gens veulent se rassurer mais aujourd'hui si rien ne change, le club disparaîtra dans deux mois. Nous n'avons reçu aucun coup de fil, personne ne se renseigne pourtant nous avons déjà tiré la sonnette d'alarme". Même discours du côté de Philippe Campos : "Rien ne bouge, personne ne s'est présenté. ça ne se bouscule pas au portillon". Voilà qui a le mérite d'être clair, mais Gilles Belzons ne s'arrête pas là : "Si nous n'avons pas de vrai repreneur, je démissionne de mes fonctions ce jeudi. Je suis en situation d'échec et je me dis que mon temps est terminé. Nous avons un conseil d'administration ce vendredi mais je ne m'attends pas à ce qu'il soit révolutionnaire, les personnes les plus importantes ne seront pas présentes. Je ne suis en colère contre personne, je suis juste triste pour ce club que j'aime tant."

Des ambitions forcément revues à la baisse

Avec des présidents dans l'impasse, des entraîneurs avec qui les négociations économiques ne semblent pas aboutir et un recrutement qui traîne à trois mois de la reprise du championnat, il ne faut pas se leurrer, les Orange et Noir ne joueront certainement pas le haut de tableau de Nationale et n'envisagent pas non plus une remontée en Pro D2. Philippe Campos est lucide : "Aujourd'hui on est dans un projet où l'on sait que cette saison sera une saison de transition avec nos moyens et une équipe jeunes et nos espoirs. On jouera le maintien en Nationale, personne ne doit s'attendre à ce que l'on joue la montée." Si la relégation du RCN à l'issue de cette saison en Pro D2 n'était pas vraiment une surprise, dans les travées du Parc des Sport et de l'Amitié on pouvait entendre : "Ils remonteront !". Les supporters étaient encore sur un petit nuage qui portait le nom de consolation tandis qu'en interne les présidents sentaient déjà que rien ne serait aussi simple.

Contenus sponsorisés