Icon Sport

Biarritz s'offre Grenoble et défiera Vannes en demi-finale

Biarritz s'offre Grenoble et défiera Vannes en demi-finale
Par Julien Veyre via Midi Olympique

Le 22/05/2021 à 17:16Mis à jour Le 22/05/2021 à 17:54

PRO D2 - Vannes accueillera Biarritz dimanche prochain à la Rabine en demi-finale de Pro D2. En barrage ce samedi, le club basque a réussi à se défaire du FC Grenoble (41-14). Une grosse rigueur défensive, une domination dans le jeu au sol et du réalisme offensif ont été les ingrédients du net succès basque.

Le Biarritz Olympique s’est mis en mode phase finale. L’équipe basque a rendu une sacrée copie devant la formation iséroise samedi en match de barrage. En fait, les locaux n’ont laissé que peu d’espoirs à leurs adversaires, en construisant leur succès autour de plusieurs points forts.

Une défense en pointe

Tout d’abord la défense ! Les Basques font preuve d'une grosse rigueur défensive et grattent de précieuses munitions dans le jeu au sol. Face au vent, les Isérois tentent bien de dynamiser la partie mais manquent de réalisme et butent sur cette solide organisation adverse. John Dyer et Steffon Armitage se régalent au grattage et les offensives grenobloises sont éteintes.

En face, les Biarrots valident deux temps forts. Après un ballon porté bien stoppé par la défense iséroise, Lucas Peyresblanques réussit à relever l’ovale et à boucler victorieusement les quelques mètres le séparant de l’en-but, grâce à une belle charge et un joli cadrage-débordement sur l’ultime défenseur isérois (15e). Puis en fin de période, sur une pénalité jouée à la main par Lucas Peyresblanques, les Basques mettent à mal la défense adverse. Passe au pied d’Ilian Perraux,… tête d’Henri Speight puis tentative de passe de Romain Lonca vers François Vergnaud. Ce dernier est gêné par Ange Capuozzo. Mais Barnabé Couilloud est là pour ramasser le ballon et finir le travail. Un essai validé après arbitrage vidéo (40e).

Une tactique au point

Du tableau noir. Les Biarrots mènent 15-0 à la pause mais ils doivent gérer le vent de face. Ils le font à merveille, notamment en s’appuyant sur leurs cadres et un plan de jeu bien établi. Ils laissent le FCG sous pression, Romain Ruffenach valide un essai sur ballon porté (48e). Les Basques peuvent capitaliser sur cette avance au tableau d’affichage après 50 minutes (22-0). Grenoble doit alors prendre plus de risques et… le centre du BO Francis Saili réussit une interception décisive. Au bout de l’action, la fusée Gavin Stark est à la conclusion (27-0, 53e). Et le match quasiment plié.

La révolte grenobloise permet tout de même aux visiteurs de scorer par Neparidze (63e) puis Bouchet (68e). Mais une nouvelle interception – signée Stark celle-ci – permet à l’ailier de filer une nouvelle fois à l’essai (70e). Insatiable, l’ailier néo-zélandais s’offre même un triplé sur un ultime ballon laissé en route par les Grenoblois. Histoire de boucler le score (80e, 41-14).

Une attaque réaliste

Une force de frappe. Avec six essais inscrits, les Basques se sont montrés pragmatiques dans les zones de marque. Ces essais ont été marqués à deux reprises par des avants après une épreuve de force. Puis dans des actions plutôt débridées, tout d’abord sur une offensive du BO, par Couilloud. Avant ensuite de s’appuyer sur la pression défensive exercée afin de scorer sur des ballons de récupération et des contre-attaque finement jouées pour le triplé de Stark. En face, le FC Grenoble peut souffrir de la comparaison sur le plan du réalisme offensif. Les Isérois n’ont pas réussi à scorer sur leurs temps forts, se sont fait étouffer par la défense adverse. S’ils ont bien tenté de dynamiser le jeu pour éviter de subir la guerre des rucks voulue (et remportée) par les Basques, les joueurs de Stéphane Glas ont dû attendre l’heure de jeu pour enfin valider des temps forts. Avant à nouveau de se faire contrer en toute fin de partie.

Un choc Vannes – Biarritz à la Rabine

C’est donc le Biarritz Olympique qui ira défier Vannes dimanche prochain au stade de la Rabine en demi-finale. L’équipe du BO s’avance armée pour affronter l’équipe bretonne. En confiance sur le plan défensif et offensif, prête à livrer une nouvelle guerre dans le jeu au sol. Même si le jeu bien huilé des Vannetais sera peut-être un peu plus difficile à stopper… Cette confrontation promet. A suivre donc.

Contenus sponsorisés