Icon Sport

Biarritz crucifie Vannes et décroche sa première finale de Pro D2

Biarritz crucifie Vannes et décroche sa première finale de Pro D2

Le 30/05/2021 à 19:46Mis à jour Le 30/05/2021 à 20:39

PRO D2 - Au terme d'une demi-finale très âpre et rythmée, le Biarritz Olympique est venu à bout du Rugby Club Vannes (33-34) dans un stade de La Rabine bouillant. Les joueurs basques étaient menés de six points mais un essai de Gavin Stark dans les arrêts de jeu a tout changé. Le BO ira défier Perpignan en finale de PRO D2, sa première depuis sa descente en 2014.

Comment ne pas aimer la PRO D2 après un tel match ? Le deuxième de la phase régulière accueillait le troisième pour cette deuxième demi-finale, le soleil était au rendez-vous, le public aussi, tout était réuni pour un énorme duel et il a bien eu lieu pendant 80 minutes. Le ton était très vite donné par les Vannetais dans l'entame avec Popelin qui prenait le score sur pénalité (3-0) avant de manquer sa deuxième tentative.

Placée logiquement sous le signe du combat au sol, la première période était un véritable chassé-croisé au tableau d'affichage car le BO prenait six longueurs d'avance après deux essais de Speight (22e) et Bosch (29e). Malgré trois munitions repoussées par le premier rideau breton, ces deux turnovers étaient fatals et parfaitement exploités par Biarritz qui en est désormais le roi dans la division (plus de 200 turnovers gagnés cette saison). Le RCV répondait juste avant la pause avec une superbe réalisation de Curtis (37e), déposé dans l'en-but par un jeu au pied millimétré de Popelin, et menait à la mi-temps du plus petit des écarts (13-12).

Et Stark fila entre les perches...

On pensait que les poumons commenceraient à brûler et les jambes à manquer de jus, mais non... Le rythme n'a jamais baissé en deuxième période grâce à l'apport des bancs, précieux dans les deux camps. C'est Vannes qui en a profité le premier avec un essai de Seneca en force (49e), deux minutes après son entrée en jeu. Une déferlante bretonne sur maul qui se confirmait dans la foulée avec une troisième réalisation d'Edwards (53e) qui portait le score à 27-15 soit le plus gros écart de cette demi-finale.

Mais un match dure 80 minutes et le BO adore le rappeler à ses adversaires depuis le début de la saison. Barnabe Couilloud profitait d'abord de la progression de ses avants sur ballon porté pour marquer un essai de filou (56e) alors que Peyresblanques marquait à son tour après maul au début du money time (72e). Réduit à 14 après le carton jaune pour Darren Barry (71e), le RCV n'était plus à l'initiative du jeu mais à chaque fois, Hilsenbeck gardait un petit matelas d'avance (33-27, 76e) là où Bosch n'était qu'à 50% de réussite (sept points laissés en route). Les binious avaient résonné à La Rabine, c'était les arrêts de jeu et Biarritz a tout fait basculer sur une très grosse dernière séquence. Lonca puis Peyresblanques allumaient la mèche avant l'arrivée pleine balle de Stark bien servi dans l'intervalle pour un cinquième essai entre les perches bretonnes, son troisième déjà dans cette phase finale.

"C'est cruel". Abasourdis comme tout le peuple breton, le troisième ligne vannetais, Jérémie Abiven, n'avait pas d'autres mots à l'issue de ce dénouement dramatique pour le club morbihanais. Malgré une fin de championnat entachée par la COVID et trois défaites consécutives, Vannes avait un pied et quatre orteils en finale de PRO D2. Avec cet essai et la transformation de Bosch, c'est le Biarritz Olympique qui s'impose finalement d'un petit point (33-34) et pour la troisième fois de suite en terre bretonne. Un finish retentissant pour les joueurs basques qui joueront leur première finale d'accession en TOP 14 face à Perpignan, sept ans après leur descente.

Le film du match

Contenus sponsorisés