Icon Sport

Pépite du Pro D2 – Ange Capuozzo, le coup de chaud dans la fraîcheur grenobloise

Pépite du Pro D2 – Ange Capuozzo, le coup de chaud dans la fraîcheur grenobloise
Par Rugbyrama

Le 03/02/2021 à 17:01

PRO D2 - À seulement 21 ans, le jeune arrière a déjà mis tout le monde d’accord dans l’Isère. Auteur d’un doublé contre Béziers le week-end dernier, il prouve qu’il a du feu dans les jambes et qu’il pourrait devenir un joueur d’exception dans le futur.

Capuozzo, c’est de la bombe ! Ce week-end encore, le Grenoblois de 21 ans est sorti de sa boîte, pour le plus grand plaisir de ses coéquipiers et supporters. Par deux fois, l’arrière du FCG s’est retrouvé dans l’en-but biterrois, pour inscrire son 4ème et 5ème essai de la saison. Les deux, dans un style bien caractéristique. La vitesse et le franchissement sont ses principaux faits d’arme, voilà pourquoi il profite d’un ballon récupéré sur les 40m pour déborder sur l’aile… sans que personne ne le revoie (8e). Le joueur des U20 Italiens récidive ensuite en utilisant sa vitesse supersonique pour cueillir le cuir après un bon coup de pied à suivre d’Enzo Selponi, qui cherchait du regard son arrière (42e). “C’est se connaître les uns les autres, décrypte Capuozzo, si j’ai un Adrien Seguret à 10m de la ligne, je vais lui laisser la place. Au contraire, s’il y a plus d’espaces, ce sera moi. On se complète et on se trouve.”

Avec une telle performance de son arrière, il n’est pas étonnant de dire que Grenoble s’en est sorti avec une victoire bonifiée (34-19), la première de la saison. “On était serein et ça s’est senti sur le terrain. Je me suis super bien senti physiquement et dans le collectif et je pense que ça s’est vu. J’ai la chance d’être à la finition deux fois mais à chaque fois, il y a un bon travail avant.” Ces deux réalisations sont loin d’être des surprises tant le natif de Grenoble prend de plus en plus de place dans le collectif. Entré dans la rotation il y a deux ans, il joue son premier match avec les Isérois en Top 14, contre Pau. Profitant de blessures, il dispute ses premières minutes en professionnel à 20 ans. “Je m’entraînais déjà régulièrement avec le groupe. Je travaillais bien et j’avais toujours été sérieux, donc c’était un peu comme une récompense. Ça motive parce que ça prouve que le travail paye.”

Vitesse et polyvalence, ses grandes forces

Originaire de la région, il joue à l’US 2 Ponts depuis ses 5 ans avant de rejoindre le FCG. Cette saison, Capuozzo (1m78, 76kg) a déjà disputé 10 matchs sous le maillot grenoblois, tous en tant que titulaire. “Déjà l’an passé, j’ai joué pas mal de matchs avec la blessure de Gaëtan Germain, mais cette saison j’enchaîne bien les rencontres, j’ai pas mal de titularisations et je m’épanouis. Même si en terme collectif, on peut bien faire mieux.” Outre la vitesse, les appuis et l’explosivité, Capuozzo se distingue aussi par sa polyvalence. Capable de jouer arrière, ailier, demi de mêlée et même demi d’ouverture, il peut dépanner en cas de pépins physiques dans l’équipe. Une polyvalence qu’il affectionne : “J’aime cette polyvalence dans laquelle je suis épanoui. J’aime aussi découvrir et comprendre les autres postes, tant que j’ai le niveau pour.”

Malgré ses deux essais marqués en position d’ailier contre Béziers, son poste au FCG semble plus être à l’arrière (6 de ses 10 titularisations sont à ce poste). Avec ses coups d’éclats, Ange Capuozzo n’est pas sans rappeler un ancien arrière Grenoblois : Gio Aplon. “Je l’ai beaucoup aimé, parce qu’en plus c’était dans une période du club où j’avais 15 ans et j’allais au stade. Je m’identifiais à lui vis-à-vis du gabarit mais bon avant que j’atteigne son niveau… Je me rappelle d’actions où il traversait le terrain en Top 14 au Stade des Alpes, c’était génial.”

Le Sud-Africain n’est pas le seul joueur qu’idolâtre Capuozzo. L’actuel arrière de l’ASM, Kotaro Matsushima a un profil similaire (1m75, 88kg). En plus, il possède cette polyvalence, chère aux yeux du franco-italien. “Il a la force d’avoir un super jeu au pied. Il a une tonicité, une vitesse qui lui permet de franchir. Quand tu prépares les matchs, c’est le genre de mecs que tu regardes. C’est inspirant et ça donne des idées.” Des idées, Capuozzo n’en manque pas pour la suite de sa jeune carrière.

Ange Capuozzo a inscrit un doublé contre Béziers

Ange Capuozzo a inscrit un doublé contre BéziersIcon Sport

Objectif Coupe du Monde

Avant d’arriver au même niveau que ses idoles, le jeune grenoblois sait qu’il doit encore travailler certains points. “Je dois mieux savoir alterner pour être encore plus imprévisible, ne pas toujours relancer et me canaliser un peu.” Pour exceller, il travaille aussi régulièrement ses qualités premières. “Je continue à bosser mes points forts. Je dois être irréprochable sur certains points pour arriver à un haut niveau.” Le haut niveau en club, mais surtout en sélection, son objectif premier en vue de la Coupe du Monde 2023 qui se profile en France. L’Italie étant dans le groupe de la France, il espère aussi rencontrer ses copains, comme Kilian Geraci, son ami d’enfance. “Jouer avec l’équipe d’Italie, je ne vais pas le cacher, c’est mon objectif numéro un”, explique sereinement l’ancien international U20 avec les Italiens. “Forcément, j’ai envie de jouer contre Kilian s’il est avec les Bleus vu que c’est mon ami d’enfance. Mais pour l’instant, je ne parle pas avec Franco Smith ou le staff.”

À l’image de Tomaso Allan, Ange Capuozzo pourrait intégrer la sélection alors même qu’il joue au deuxième échelon du rugby français. Même si rejoindre l’élite reste aussi un objectif : “Je pense que de toute façon, tout viendra en même temps (sélection et Top 14, ndlr). En Top 14, si ce n’est pas avec Grenoble, ce sera peut-être avec un autre club, on sait que dans des carrières, ça bouge. Je connais très peu de joueurs qui font 12 ans dans un même club donc peut-être qu’à un moment je devrais bouger.” Avant de songer à un départ, le feu follet veut disputer des phases finales avec son club de toujours. L’an passé, Grenoble, alors en bonne position, avait été stoppé par le premier confinement. Si c’est plus compliqué cette saison, l’espoir est toujours vivant. “J’y crois toujours et je m’en voudrais de ne pas y croire.”

Pour cela, il faudrait que le FCG retrouve de sa superbe, peut-être par l’intermédiaire de son insaisissable arrière, qui s’est fixé des objectifs personnels pour la fin de saison : “Disputer des phases finales, mettre 10 essais et faire 15 feuilles de matchs. C’est un peu une suite logique. Il reste un peu plus de 10 matchs… pourquoi pas !” Avec Capuozzo, Grenoble est pour l’instant neuvième, à 10 points des places qualificatives. Mais on l’a vu depuis le début de la saison, en Pro D2, tout est possible.

Par Yanis Guillou

Contenus sponsorisés