Midi Olympique

Capuozzo : "Je me demande encore si tout ça s’est vraiment passé"

Capuozzo : "Je me demande encore si tout ça s’est vraiment passé"
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 28/04/2022 à 08:46

PRO D2 - Héros de la première victoire de la Squadra azzurra depuis sept ans dans le Tournoi, élu meilleur joueur de la dernière journée du 6 Nations, le Peter Pan grenoblois Ange Capuozzo a pris le temps pour Midol Mag de rembobiner le fil de ces folles dernières semaines, tournant définitif de sa carrière, tout en mesurant le chemin parcouru.

Quel rapport entretenez-vous avec cette désormais légendaire contre-attaque de Cardiff ? Arrivez-vous à en rêver, à la revisualiser ?

(il sourit) Je l’ai tellement vue et revue en vidéo que j’ai pratiquement l’impression de l’avoir juste regardée de l’extérieur, et de ne pas l’avoir vécue. C’est dur, ça m’énerve presque, mais je n’ai déjà plus de souvenir de ce qui s’est passé. Il faut comprendre que dans le contexte où nous étions (sept ans sans gagner, sur la pelouse du pays de Galles, où on avait prévu la fête pour Dan Biggar et Alun-Wyn Jones…) ça a tellement été un choc psychologique et émotionnel que je n’arrive pas à me remettre dans ma propre peau. Ça m’agace… Alors forcément, j’y repense, je regarde les images du match encore et encore, presque en me demandant encore si tout ça s’est vraiment passé.

Vous aviez inscrit un doublé une semaine plus tôt contre l’Ecosse. Cela a-t-il contribué à vous donner la confiance nécessaire pour relancer ce dernier ballon au pays de Galles, exactement comme vous le faites avec Grenoble en Pro D2 ?

Peut-être… Même si j’avais raté mon entame à Rome, ce premier match m’avait rassuré parce que je l’avais quand même marqué de mon empreinte, et surtout parce que je m’étais prouvé que j’avais le niveau. J’étais sûr et certain qu’au niveau international, je ne serais pas largué. Ça a contribué à ce que j’aborde ce deuxième match beaucoup plus sereinement.

Qu’avez-vous gardé de vos deux premières sélections ?

Tout ! J’ai tout gardé du premier et du deuxième, j’ai eu du mal à lâcher quelques trucs. Même les shorts, les chaussettes… J’ai absolument tout gardé ! (rires)

Retrouvez l'entretien d'Ange Capuozzo en intégralité sur midi-olympique.fr

Contenus sponsorisés