Icon Sport

À chacun sa mi-temps, à Biarritz la victoire

À chacun sa mi-temps, à Biarritz la victoire

Le 16/02/2021 à 09:23

PRO D2 -En battant Provence (29-24), le Biarritz Olympique s’est adjugé une cinquième victoire de rang. Mais le trou d’air connu par les Basques en seconde période appelle à la vigilance, alors que Provence peut nourrir des regrets.

Il y a d’abord un chiffre : cinq. Il correspond au nombre de victoires consécutives d’un Biarritz Olympique qui engrange terriblement. Et une question, en suivant. Comment le BO, qui disposait du bonus offensif à la pause (20-3), a-t-il pu se trouer ensuite et trembler jusqu’aux derniers instants ? Après tout, c’est devenu une habitude. À Aguiléra, exceptées les rencontres contre Montauban ou Carcassonne, les rouge et blanc n’ont jamais complètement maîtrisé leur sujet, se montrant seulement dominateurs par intermittence. “Comme le score était acquis, peut-être que nous nous sommes relâchés, tentait d’expliquer Steeve Barry après la rencontre. Aix est aussi bien revenu dans le match, mais nous ne pouvons pas lâcher comme ça. Tout ça nous prouve qu’on a encore du boulot à domicile et qu’on a tendance à se compliquer les matchs à la maison.”

Malgré des soucis en conquête, des difficultés sous les ballons aériens et cet inquiétant trou d’air, le BO capitalise néanmoins et reste bien accroché à sa troisième place. Aussi dominateur soit-il ces dernières semaines, Biarritz possède une marge de progression encore grande, mais sait qu’il possède un groupe avec du caractère pour se resserrer quand la difficulté monte d’un cran. “Nous avons montré un état d’esprit et fait preuve de résilience, soulignait Shaun Sowerby, mais c’est une déception qu’on n’arrive pas à gagner plus facilement en deuxième mi-temps. On doit mieux faire.”

À n’en pas douter, cette victoire sans convaincre va servir comme piqûre de rappel et empêcher les Basques de tomber dans la facilité. “Pour un entraîneur, c’est très bien, car ça montre qu’il y a des points à corriger, poursuivait Sowerby. La manière, c’est important, mais le plus important reste le résultat. Nous avons fait le nécessaire et nous sommes toujours en construction.” Dimanche, en déplacement à Carcassonne, le BO devra donc monter plus de maîtrise s’il veut poursuivre sa belle série en cours. Mais il pourrait voir certains de ces cadres manquer à l’appel puisque Yohann Artru et Adam Knight (commotion), Alex Nicoué (hyperextension du genou) ou Kévin Giméno (épaule) ont quitté le terrain blessé.

Adam Knight est sorti sur commotion hier soir face à Provence

Adam Knight est sorti sur commotion hier soir face à ProvenceIcon Sport

Provence attend une victoire chez un gros

De son côté, Provence, parti avec trop de retard à la mi-temps (20-3), n’est finalement pas passé loin d’un succès à Aguiléra. Mais comme à Grenoble la semaine dernière, la bande à Annetta s’est inclinée chez un gros. Aujourd’hui, elle ne parvient toujours pas à accrocher une équipe du Top 6 à l’extérieur. “C’est quelque chose qu’on veut arriver à faire, annonçait Fabien Cibray en conférence de presse d'après-match. À chaque fois, on ne passe pas loin. À Grenoble, on doit gagner, ici, on a la balle de match. Parfois, j’ai l’impression que nous sommes un peu surpris d’exister contre des gros, et nous bloquons sur des moments clés. Le jour où nous y arriverons, nous allons prendre de la confiance. Derrière, je suis persuadé que ça peut nous enclencher une dynamique ultra-positive.”

Pour ce voyage au Pays Basque, Fabien Cibray et son staff avaient décidé de faire confiance aux jeunes pousses de son centre de formation. Au-delà d’aligner une équipe avec 21 JIFF sur 23, Provence comptait six joueurs de moins de 23 ans, un talonneur titulaire de 21 balais, son remplaçant tout juste majeur, et malgré bon nombre de cadres absents (Ledevedec, Radosavljevic, Malet, Belan, Massip, Forbes...), l’équipe a rivalisé. “C’est vraiment un gros point positif pour la suite, affirmait le manager. Avec ça, on arrive à sortir des matchs corrects, ça veut dire qu’il y a un bon vivier chez nous, qu’on commence à bien travailler. Mais maintenant, il faut gagner les matchs aussi.”

Neuvième du classement à dix points de Colomiers (6e), Provence sait donc qu’il pourra compter sur un effectif homogène et de qualité. Mais devra cravacher pour accrocher une place dans le top six. “Notre objectif au départ, c’était d’être dans les huit premiers, rappelait l’ancien demi de mêlée. Là, nous jouons dix matchs d’affilée avec six déplacements, nous affrontons toutes les formations du Top 6, et nous savons que ce sera un peu plus ouvert pour nous, plus tard. Si opportunité il y a, on la prendra volontiers. Si nous n’y sommes pas, nous aurons fait une grande saison en essayant de mettre le club dans le Top 8. Il faut être lucide et ne pas oublier qu’il y a trois ans, nous étions en Fédérale 1. Nous construisons gentiment les choses, nous jouons avec beaucoup de jeunes et nous faisons un rugby qui commence un peu à ressembler à quelque chose. Les saisons précédentes, nous prenions quarante points ici. Désormais, on râle parce qu’on n’a pas gagné. Ça veut dire qu’on a franchi une étape...”

Contenus sponsorisés