Rugbyrama

Nevers est resté solide face à Biarritz

Nevers est resté solide face à Biarritz

Le 03/12/2020 à 22:48Mis à jour Le 03/12/2020 à 23:14

Après plusieurs déconvenues face à des membres du top 6, Nevers tient sa première victoire face à un concurrent direct aux Barrages de Pro D2. Ce jeudi soir au Pré Fleuri, les Neversois ont logiquement dominé Biarritz (37-18) et n'étaient pas loin du bonus offensif.

Battu par Colomiers, Vannes, Provence Rugby et Perpignan, Nevers n'avait plus le droit à l'erreur selon son manager, Xavier Péméja. Ses joueurs ont fait le boulot ce jeudi soir face à une formation basque maladroite et indisciplinée. Ce sont pourtant les Biarrots qui ont vite mené grâce à un essai de filou d'Aurrekoetxea (8e) en sortie de mêlée. Intraitable au sol avec trois ballons grattés en un quart d'heure, Biarritz craquait finalement face aux crochets de Ménoret. L'ouvreur changeait de rythme et arrivait à passer les bras pour Camou qui marquait entre les perches (19e).

L'USON prenait le score à ce moment-là (10-8) et le tenait jusqu'à la pause (16-11) grâce au pied impeccable de Cazenave (6/6, 15 points ce soir). Malgré un affrontement équilibré avec chacun son temps fort dans ce premier acte, la touche nivernaise avait déjà fait perdre trois munitions aux joueurs basques. Cette domination dans les airs s'est confirmée en deuxième période.

Cette fois, les Neversois ont tenu

Le BO a mis un bon quart d'heure avant de sortir du vestiaire du Pré Fleuri. Après un quatrième ballon perdu en touche, le ballon porté (monstrueux) des Neversois allait au bout en même temps que Mr Marbot sous les perches pour accorder l'essai de pénalité (45e). Biarritz écopait d'une double peine avec un carton jaune pour Watremez. Cinq grosses minutes et une cinquème touche volée plus tard, Nevers rejouait la scène avec un maul cette fois arrêté à un mètre de la terre promise. C'est sur un ultime pick and go que Roelofse s'effondrait dans l'en-but (51e). En moins de quinze minutes, l'USON infligeait un 14-0 dont les joueurs du trio Nadau-Sowerby-Clarkin ne se relevaient pas.

Certes, le banc basque a eu son effet, notamment avec la charnière Couilloud-Bosch qui a dynamisé le jeu, mais beaucoup de ballons ont été rendus en zone de marque par précipitation. Saili trouvait finalement la brèche (71e) et récompensait les efforts des siens un peu trop tardivement. Surtout que Le Gal plantait un quatrième essai dans la foulée (74e) et confirmait que la maîtrise était vraiment nivernaise ce jeudi soir.

Difficile de dire si c'est le match référence attendu par l'USON. En tout cas, les joueurs de la Nièvre sont restés solides jusqu'au bout (37-18) et ont même failli arracher le bonus offensif. Quatre précieux points qui leur permettent quand même de rester en embuscade aux portes des places de barragistes. De son côté, le BO s'incline pour la première fois depuis quasiment un mois et ne ramène aucun point de ce long déplacement.

Contenus sponsorisés