Icon Sport

Biarritz refait le coup à La Rabine

Biarritz refait le coup à La Rabine

Le 14/01/2021 à 22:47Mis à jour Le 14/01/2021 à 23:37

Nouvel exploit à l'extérieur du Biarritz Olympique. Après Oyonnax et Grenoble, les joueurs basques sont allés s'imposer sur la pelouse de Vannes (14-16) au terme d'une partie très disputée.

Ce choc entre le deuxième et le troisième de PRO D2 était un "match charnière" pour Jean-Noël Spitzer. Avec douze points d'avance sur ce premier poursuivant, le manager breton savait bien que ce duel allait compter dans la course pour le duo de tête. Tout avait d'ailleurs très bien commencé pour son équipe car Kévin Bly aplatissait le premier essai du match après seulement trois minutes de jeu. Coupable d'un en-avant volontaire en zone de marque, l'ailier biarrot, Yohann Artru, écopait d'un carton jaune. Sur la pénalité, Pierre Popelin jouait rapidement à la main et trouvait son ailier d'une passe au pied décroisée et millimétrée : propre et efficace comme le reste de la première période pour les Morbihannais. Sans vaciller sauf en mêlée (deux pénalités concédées), ils tenaient la barre grâce à deux nouvelle pénalités de leur ouvreur. En place en défense mais contre le vent, Biarritz a fait le dos rond et beaucoup occupé au pied. Avec deux pénalités également réussies par Hart (un échec), les joueurs basques restaient patiemment à porté de leurs hôtes à la pause (11-6).

Le plan vannetais se déroulait sans accroc jusqu'à la 52ème minute. Pierre Popelin avait rajouté trois unités dans l'escarcelle de son équipe (14-6) mais Andy Symons se rendait alors coupable d'un plaquage au dessus de la ligne des épaules sur Artru qui sortait sur protocole commotion. La formation bretonne a payé cash ce carton jaune. Deux minutes plus tard, Lucas Peyresblanques était à la conclusion d'un gros ballon porté et du premier essai basque de la soirée (54e). Avec la transformation de Hart, le BO revenait à un tout petit point du RCV et lançait une véritable guerre des nerfs aux multiples rebondissements.

Vannes a perdu sa maîtrise

Il y a d'abord eu ce choix osé des joueurs bretons, à l'heure de jeu, de privilégier la pénaltouche au lieu de prendre les points dans les 22m biarrots. Si le premier ballon porté avait poussé Olmstead à la faute, la deuxième touche était volée par l'alignement adverse. Cinq minutes plus tard, Abraham restait au sol après un contest gagnant des Biarrots dans un ruck. Mr Beun arrêtait le jeu et demandait la vidéo mais sa liaison micro avec son homologue derrière les écrans tombait en rade. Après un long imbroglio entre les six arbitres, l'homme de champ pénalisait Vannes pour un plongeon dans le ruck en question mais omettait de sanctionner Lucas Peyresblanques d'un plaquage trop haut sur le pilier breton. Un choix étrange et une erreur qui permettait à Biarritz de s'installer dans le camp morbihannais avant de profiter de l'indiscipline grandissante de ses hôtes. Gilles Bosch marquait la pénalité de la gagne et donnait l'avantage aux siens pour la première fois de la partie (70e). Même après tout ça, Vannes est allé chercher sa balle de match quatre minutes plus tard sauf que Popelin manquait le cadre. Avec la transformation de l'essai manquée, cela fait donc cinq points laissés en route qui comptaient au moment où les binious résonnaient dans les enceintes de La Rabine.

14-16, le BO prend sa revanche du match aller perdu à Aguilera et enchaîne un deuxième succès consécutif dans l'antre bretonne. Surtout, le club basque continue son impressionnante moisson de points à l'extérieur avec cette cinquième victoire hors de ses bases, la troisième de suite après celles à Grenoble et Oyonnax. Malgré le bonus défensif, Vannes s'incline pour la première fois depuis le 19 novembre et met fin à sa série de cinq matchs sans défaites (quatre victoires, un nul). Surtout, ce résultat des Biarrots, ainsi que celui des Columérins juste avant, relance la course à l'accession directe dans le dernier carré.

Contenus sponsorisés