Icon Sport

Place au terrain

Place au terrain
Par Rugbyrama

Le 14/08/2020 à 16:15Mis à jour Le 14/08/2020 à 16:17

AMICAUX - Après un été plus qu’agité, l’AS Béziers Hérault retrouve les terrains - pour un match amical ce vendredi à 18h face au Stade Toulousain - entre incertitudes et envie de redorer leur mythique blason.

Après une intersaison des plus tumultueuses, l’ASBH retrouve les terrains avec moult incertitudes suite aux échecs des négociations de rachat du club, une présidence temporaire… Mais s’il y a bien une chose dont nous sommes sûrs à propos des Héraultais, c’est qu’ils ne vont pas bouder leur plaisir d’écrire l’histoire sur le pré désormais. Cette fois-ci, si l’ASBH fait les gros titres c’est parce qu’il aura fort à faire ce vendredi face au Stade toulousain qui reste le tenant du titre de la plus prestigieuse des compétitions françaises. Et s’il y a bien un homme idéalement placé côté biterrois pour parler de la maison rouge et noire, c’est Tristan Tedder.

Prêté dans sa dernière année de contrat avec Toulouse, le jeune Sud-Africain n’aborde pas cette rencontre sous la pression du regard de ses anciens dirigeants. "Il ne faut pas que je rentre sur le terrain en voulant tout casser parce qu’en face c’est Toulouse. Il faut que je joue mon jeu. Je sors d’une saison difficile où le Stade ne m’a pas fait évoluer à mon poste mais à l’arrière. Naturellement je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu et puis les internationaux sont revenus… À Béziers, je vais pouvoir retrouver le numéro 10, et du temps de jeu j’espère. C’est important pour ma carrière aujourd’hui. C’est un challenge qui s’était plutôt bien passé il y a deux ans. Alors quand la direction m’a informé qu’ils étaient en discussion avec Béziers, j’ai saisi l’opportunité des deux mains." En effet, il connaît les prêts en Pro D2, puisqu’il avait connu une saison pleine avec Bayonne en 2018-2019, où il n’inscrivit pas moins de 168 points avec un titre de champion à la clé.

Un groupe resserré

Arrivé en fin de feuilleton, Tristan Tedder avait de lui-même fait l’effort de se désintéresser de l’aspect extra-sportif. À son arrivée il a pu constater que ces coéquipiers avaient fait de même. "Dans le groupe, tout le monde ne parle que du terrain. Je n’y ai pas assisté mais j’ai senti qu’avant mon arrivée, les joueurs avaient eu cette discussion pour se concentrer sur le sportif. J’ai senti un groupe qui s’est resserré. Je ne sais pas comment était l’ambiance avant mais aujourd’hui, le groupe est soudé. Maintenant on veut jouer, et quand on joue c’est pour gagner même quand on affronte le Stade toulousain."

Rester soudés, les Biterrois en auront bien besoin face à l’ogre toulousain pour ne pas perdre le fil à l’heure de jeu comme c’est souvent le cas dans ce genre de rencontres déséquilibrées. Mais évidemment du côté du pensionnaire de Pro D2, l’objectif sera la manière, bien avant le résultat. "Ce match c’est surtout l’occasion pour nous de travailler nos lancements de jeu. Être le plus propre possible balle en main. Il faudra être prêt comme pour n’importe quel match de compétition sinon ça va être très compliqué." Place au terrain, la vérité de ce dernier va de nouveau pouvoir s’exprimer. Après un recrutement loin d’être optimal, l’ASBH pourrait bien avoir récupéré un élément qui leur sera d’une grande utilité : l’état d’esprit.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés