Midi Olympique

Abzhandadze (Montauban) : "La dernière pénalité, je l’ai vraiment appréhendée !"

Abzhandadze (Montauban) : "La dernière pénalité, je l’ai vraiment appréhendée !"

Le 13/08/2022 à 13:59Mis à jour

AMICAL - Recruté cet été en provenance de Brive, l’ouvreur Géorgien Tedo Abzhandadze a été le héros de la soirée à Montauban. C’est lui qui a offert le succès aux siens lors du match amical face à Perpignan, d’une dernière pénalité après la sirène (22-19). Il revient sur ce moment, son choix de rejoindre l’USM, et évoque avec nous la sélection de Géorgie.

C’était votre première apparition avec le maillot montalbanais, comment l’avez vous vécu ?

Oui, à la maison en plus, ce match était magnifique. J’étais très heureux. En plus, j’ai eu la pénalité de la gagne. Je l’ai vraiment appréhendée avant de la taper ! Je voulais vraiment qu’elle rentre et quand j’ai vu qu’elle était passée, j’étais trop heureux. Premier match à la maison, première victoire, c’est très bien contre une équipe de Top 14 en plus.

Comment vous prenez la décision de taper la dernière pénalité, la seule tentée sur ce match amical ?

C’était 19-19, on ne s’est pas posé la question. On voulait gagner donc tous, on a dit qu’il fallait la prendre.

La pénalité de votre ultime coup de pied découle d’un début de bagarre. Dans quel était d’esprit étiez vous ?

J’étais concentré. Je savais que j’allais taper donc je ne pensais pas à la bagarre.

Deux joueurs se sont jetés sur vous après avoir vu qu’elle passait, cela prouve votre intégration ?

Le premier était Otar (Giorgadze, NDLR) et le deuxième je ne sais même plus (rires) ! Tout le monde était content de moi, me félicitait, me touchait la tête… C’était un bon moment.

Comment avez-vous pris la décision de venir à Montauban ?

Après la saison à Brive, quand ils m’ont dit qu’on ne signerait pas un nouveau contrat, David (Gerard, NDLR) m’a appelé. J’étais très content car Montauban a des ambitions, notamment celle de jouer les phases finales. Donc c’était le bon choix à faire pour moi.

Vous n’aviez pas peur de descendre d’un niveau en rejoignant la Pro D2 ?

Non. Je voulais aller dans l’équipe où j’allais jouer le plus. Je préfère être en Pro D2 et jouer davantage qu’en Top 14 et moins jouer. Il y a la coupe du monde qui arrive, donc c’était jouer plus et être en forme pour la jouer.

À Montauban, vous êtes en concurrence avec Jérôme Bosviel. Comment l’analysez-vous ?

C’est bien pour l’équipe quand il y a plusieurs mecs qui jouent bien dans un même poste. Ce n’est pas trop une concurrence entre nous, on a une très bonne relation.

David Aucagne (entraîneur de l’attaque) veut mettre en place un jeu de mouvement, où beaucoup de ballons seront écartés. Vous allez avoir de grosses responsabilités en tant qu’ouvreur…

Oui. Mais j’aime bien quand ça joue moi donc j’étais très heureux que ça joue ici.

Vous faisiez partie de l’équipe Géorgienne qui a battu l’Italie récemment. Qu’est-ce que ça fait ?

J’ai marqué deux essais ! C’était magnifique, il y avait du monde. C’était un jour incroyable. C’est la première fois qu’on gagne contre une équipe du tiers 1.

Ça relance le débat sur un possible barrage entre les deux équipes pour le Tournoi des 6 Nations ?

On dit ça. Mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Cette victoire nous donne le droit d’en parler en tout cas. Mais en 2018, on avait perdu en Italie et on n'avait rien dit. Mais ce n’est pas nous qui parlons, ce sont plutôt des gens à l’extérieur.

La Géorgie est réputée pour son paquet d’avants. Mais de plus en plus vous trouvez des talents derrière…

On progresse. Sur trois matchs, on a marqué je crois huit essais. Et sur ces huit essais, les trois-quarts en ont marqué sept ! Ça montre la progression.

Contenus sponsorisés