Icon Sport

Rachat de Béziers : Dominici et le mystérieux investisseur "à la surface financière gigantesque"

Rachat de Béziers : Dominici et le mystérieux investisseur "à la surface financière gigantesque"
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 14/05/2020 à 18:41Mis à jour Le 14/05/2020 à 18:52

Dans un long entretien qu'il accorde à Midi Olympique, l'ancien ailier international (67 sélections) confirme négocier pour un investisseur des Emirats Arabes Unis le rachat de l'AS Béziers Hérault. En préservant, toutefois, une partie du mystère.

Les bruits qui couraient depuis plusieurs étaient donc exacts : Christophe Dominici, représentant ici les intérêts d'un investisseur des Emirats Arabes Unis, négocie actuellement le rachat de l'AS Béziers Hérault. Qui est-il, cet investisseur ? « Il est issu d’une famille émiratie. C’est un très proche du pouvoir royal, quelqu’un qui a fait fortune dans l’extraction du pétrole. Sa surface financière est importante, pour ne pas dire gigantesque. […] Si le docteur Wild peut faire vivre dix générations derrière lui, mon ami peut faire vivre cent générations derrière lui » confie-t-il ce jeudi à Midi Olympique.

Possible d'en savoir plus ? Difficile, si ce n'est que Dominici dit avoir fait sa rencontre par le biais d'un ami commun, avoir sympathisé avec lui et être désormais en première ligne des négociations, à son nom. « Ce sont des gens qui veulent pour le moment rester discrets mais j’espère que vous les rencontrerez bientôt. »

Une chose est donc sûre, à ce stade : l'ASBH est en difficultés financières, potentiellement à vendre et des négociations sont ouvertes. Lesquelles mêleraient déjà, toujours selon l'ancien ailier international, les pouvoirs publics locaux. « Le maire, qui a beaucoup de choses à gérer avec le déconfinement, et les dirigeants sont en pleine réflexion. Mais j’ai confiance. Nous pouvons amener dans les jours à venir de solides garanties financières à la DNACG; la FFR est au courant, tout est fait de façon transparente. Et j’ai prévenu mon investisseur: il perdra de l’argent en intégrant le rugby. Mais il veut vibrer, s’engager, faire plaisir et donner du rêve… ». Le dossier, engagé, n'est pas encore conclu. « Si les dirigeants actuels souhaitent laisser le club à des Biterrois, on respectera leur choix. On ne pourra rien faire contre ça. » Avec une promesse, toutefois : « je peux comprendre que les gens aient peur : mais regardez ce qu’ont fait les Qataris au PSG, c’est remarquable. »

Retrouvez lʼintégralité de lʼentretien ici.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés