Icon Sport

Sheklashvili : "quand les trois-quarts viennent nous féliciter, c’est vraiment le bonheur"

Sheklashvili : "quand les trois-quarts viennent nous féliciter, c’est vraiment le bonheur"
Par Rugbyrama

Le 23/12/2019 à 17:00

PRO D2 - Victorieux de Biarritz 22-15, Colomiers est actuellement 4e du championnat. Les Columérins ont gagné six pénalités en mêlée dans ce match contre Biarritz. C’est une vraie force pour Colomiers cette saison. À droite de cette mêlée, Beka Sheklashvili s’impose véritablement cette saison. Après le match, le Géorgien revient sur le début de saison et sur la force de cette mêlée.

Rugbyrama : La mêlée a été un élément essentiel aujourd’hui et c’est un point fort de Colomiers cette saison. Comment faites-vous pour aussi bien maîtriser ce secteur de jeu ?

Beka Sheklashvili : C’est simple, d’entrée, lors de la préparation, on a commencé à travailler ensemble. C’est une mêlée qui fonctionne collectivement. On fait énormément de progrès. Chaque week-end, on s’améliore un peu plus. Tout le monde est concerné par ce secteur et ça paye.

RR : L’arrivée de Gurthrö Steenkamp dans le staff est une raison de cette amélioration ?

BS : Avec Gurthrö on fait du bon boulot. Tout le monde l’écoute et en match avant chaque mêlée, on se parle, on dit ce qu’on voudrait faire. Et encore une fois aujourd’hui ça a payé avec un essai de pénalité. Et si dans le rugby d’aujourd’hui, un pilier doit courir partout sur le terrain, notre premier job, c’est la mêlée et on s’en sort bien cette année.

RR : Quand on est pilier, on prend plus de plaisir à marquer un essai de pénalité après mêlée ou lorsqu’on aplatit personnellement dans l’en-but ?

Pour moi, je préfère largement marquer quand l’arbitre nous accorde un essai de pénalité après une domination en mêlée. C’est toujours sympa de pouvoir marquer personnellement, mais quand c’est le collectif qui marque, ça nous fait tous plaisir. Et surtout, quand les trois-quarts viennent nous féliciter, c’est vraiment le bonheur.

RR : Personnellement, vous enchaînez les matches cette saison, vous semblez ne plus avoir de petit pépin physique…

BS : C’est satisfaisant. On a bien travaillé avec le préparateur physique depuis le début de la saison. Aux entraînements, on gère, si on a des courbatures, on sort. On travaille beaucoup sur les étirements. Je n’ai même pas senti une seule crampe cette année. Je suis content parce que je sors de deux saisons où je n’ai pas trop joué. Pour l’instant, pas de douleurs, pas de blessures, j’espère que ça sera comme ça jusqu’à la fin du championnat.

RR : Après ce très bon début de saison, jusqu’où peut aller Colomiers ?

BS : On prend match par match. Surtout, on ne prend pas le melon, on reste simple. On joue tous les matches pour gagner et on verra où ça nous amène. Notre job, c’est de gagner chaque match. Franchement, cette année, l’équipe tourne bien. Que ce soit à l’extérieur où à la maison, on veut à chaque fois prendre le maximum de point. Mais on verra jusqu’où on peut aller.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés