Icon Sport

Perpignan à l’assaut d’un bloc costaud

Perpignan à l’assaut d’un bloc costaud

Le 30/10/2019 à 17:35

PRO D2 - Gonflés par leur série de trois victoires consécutives, les Catalans se rendent à Nevers, jeudi, pour le coup d’envoi d’un bloc particulièrement relevé, où Vannes, Grenoble et Oyonnax sont au programme au cours des prochaines semaines.

L’Usap monte en puissance, son calendrier avec. Plutôt épargné jusqu’ici, le club catalan s’apprête à enchaîner les gros rendez-vous lors du mois à venir et du prochain bloc. Après un premier tiers de championnat d’abord poussif puis maîtrisé, Perpignan entend désormais confirmer alors que la difficulté devrait s’élever d’un cran. Les Sang et Or se déplacent à Nevers, jeudi, pour le compte de la 9e journée de Pro D2. Avant d’accueillir Vannes à Aimé-Giral. Les coéquipiers de Mathieu Acebes enchaîneront ensuite par leurs deux principaux concurrents directs : un voyage à Oyonnax puis la venue de Grenoble. En bref, deux demi-finalistes et un barragiste de la saison précédente, ainsi qu'un ancien pensionnaire du Top 14…

Les protégés de Patrick Arlettaz ont du pain sur la planche, mais confirment leur impatience à l’idée de disputer de telles rencontres. "Ce bloc est intéressant. Nous allons nous comparer à ce qui se fait de mieux sans doute en Pro D2, sans faire injure aux équipes que l’on a déjà rencontrées. Sur le papier, en terme de qualité, d’effectifs et d’ambitions, on va rencontrer ce qui se fait de mieux dans ce championnat. C’est toujours excitant, et ça l’est d’autant plus quand on le fait avec de la confiance", résume l’instigateur du jeu catalan.

Il est vrai que l’Usap reste sur une série de trois victoires consécutives, à plus de quarante points inscrits par rencontre. "Clairement, ce bloc de quatre matches tombe au bon moment. En tout cas pour nous, dans la construction de notre saison et de notre groupe, c’est un bloc intéressant. On va pouvoir se jauger", confirme Julien Farnoux. "À l’intérieur de l’équipe, on s’est fixé des objectifs. Maintenant, il faut voir si nous sommes capables de les atteindre. C’est un beau challenge. On est tous excités à l’approche de ce bloc, pour tenter de bien finir l’année 2019 et pour voir où nous en sommes. C’est très plaisant de jouer ces équipes-là dans notre championnat", poursuit l’arrière de l’Usap.

L’infirmerie se vide, concurrence accrue, Faasalele première…

Les Catalans ont renoué avec quelques certitudes, encore fragiles toutefois. Un quatrième succès de rang n’est plus arrivé depuis février 2018 pour l’Usap. Une victoire à Nevers, jeudi, et la formation roussillonnaise marquerait un peu plus les esprits. "Forcément. Si on venait à gagner à Nevers, ce serait un super coup. Mais je pense qu’avant de penser à gagner, dans la situation dans laquelle nous sommes, il faut rester sur la même attitude. Garder cette envie de se battre ensemble et de travailler dur. Les résultats viendront forcément, mais d’abord, parlons d’attitude. Chacun doit se focaliser sur ce qu’il a à faire", tempère Julien Farnoux.

"Les attentes ? Continuer à emmagasiner un peu de confiance, exister sur les duels parce que c’est le coeur de notre jeu, c’est aussi être performant en attaque, en conquête, valider nos progrès en défense…", cible Patrick Arlettaz. Il y a deux ans, Perpignan avait envoyé dans la Nièvre une équipe très rajeunie et majoritairement composée de joueurs espoirs. Une expérience non concluante avec une large défaite 34 à 9 et beaucoup de joueurs laissés sur le carreau, sur blessure ou sur carton rouge. Cette fois, pas de turnover pour le déplacement au Pré Fleuri. Au contraire, l’infirmerie catalane se vide enfin. Le centre Adrea Cocagi postule, tout comme Piula Faasalele.

L’ancien joueur du Stade Toulousain a participé à la Coupe du monde au Japon avec les Samoa et devrait, déjà, connaître sa première titularisation avec l’Usap. "J’ai été très bien accueilli, je me sens déjà comme à la maison. Il me tarde de porter les couleurs catalanes. Maintenant, c’est à moi de prouver", a lancé le vainqueur du Top 14 lors de la saison précédente.

Piula Faasalele vainqueur du Top 14 l'an dernier avec Toulouse se sent prêt à jouer avec Perpignan

Piula Faasalele vainqueur du Top 14 l'an dernier avec Toulouse se sent prêt à jouer avec PerpignanIcon Sport

Plus globalement, Patrick Arlettaz attend les retours de plusieurs autres joueurs cadres au cours de ce bloc important. Lam, Carbou, Mamea Lemalu, Lucas et Tilsley devraient réintégrer l’effectif catalan. Une excellente nouvelle pour l’entraîneur de l’Usap : "Ça tire tout le monde vers le haut. Il y a des joueurs qui se sont affirmés pendant que d’autres n’étaient pas là. Ces derniers vont devoir prouver que l’équipe est encore plus performante quand ils sont présents. Ça permet aussi de remettre une petite sonnette d’alarme sur ceux qui ont été très bons, pour leur dire qu’ils ne sont pas arrivés. Ça augmente l’exigence, la vigilance et la motivation. Ça teste aussi la solidité de chacun. Ce sont des choix difficiles mais plaisants pour le staff", résume Patrick Arlettaz.

Après une semaine de vacances pour l’ensemble du groupe, Perpignan espère prolonger sa dynamique positive. Mais les Catalans sont sans doute les mieux placés pour savoir qu’il ne faut pas s’emballer si vite. Nevers, Vannes, Oyonnax puis Grenoble… Quatre rendez-vous qui devraient révéler un peu plus encore les capacités des Sang et Or. Et les propulser définitivement, dans le meilleur des cas, aux avant-postes de la Pro D2. Premier révélateur demain à 20h45.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0