Icon Sport

Oyonnax : une confiance qui revient à point nommé, un statut retrouvé ?

Oyonnax : une confiance qui revient à point nommé, un statut retrouvé ?

Le 19/05/2021 à 11:02Mis à jour Le 19/05/2021 à 11:04

PRO D2 - Fort de cinq succès consécutifs sur la fin de saison, Oyonnax a validé un barrage à domicile à disputer ce samedi contre Colomiers, et retrouve une forme de confiance au meilleur des moments de la saison. De là à (re)faire d’Oyo l’un des favoris pour la montée ?

Si vous avez la possibilité de revoir les images du match entre Oyonnax et Valence-Romans, on vous invite à visionner l’action de la 73e minute et cette course de l’arrière oyonnaxien Aurélien Callandret revenu défendre sur Christopher Lacour, empêchant un essai qui n’aurait pourtant rien changer au sort de la rencontre. Si ce n’est pas forcément gage d’une grosse confiance, c’est assurément un signe de caractère. Plutôt bon signe quand il faut désormais aborder une série de matchs couperets. Cette série de victoires – avec des succès à Nevers et Vannes – montre également que le club du Haut-Bugey est au niveau où il souhaitait être au moment où il l’avait ambitionné : à savoir dans les six premiers, il ne s’en était pas caché. Sans pour autant dire que l’envie était de caracoler en tête de la Pro D2.

"On n’a pas caché notre ambition il y a 20 mois, on a toujours dit que l’on voulait se qualifier dans les six, insiste l’entraineur Joe El Abd. On l’a toujours dit et certains n’y croyaient pas. Il faut arriver au bon moment en forme et je pense que c’est le cas. Ce qui compte, c’est maintenant. Pas ce qu’il s’est passé après Noël." Car il ne faut pas oublier qu’après avoir enchainé sept succès pour débuter le championnat, Oyonnax a connu une période des fêtes et un début d’année 2021 plus que compliqué, perdant quatre fois consécutivement entre la mi-décembre et la mi-janvier, qui plus est face à des concurrents. Et les Aindinois sont surtout tombés à cinq reprises à Charles-Mathon, mettant beaucoup de temps à retrouver de la régularité, de la constance et tout simplement une forme de confiance en leur jeu.

" On le voit à l’entrainement. Tout le monde tire l’équipe vers le haut. (Joe El Abd)"

Preuve encore du mieux-être général sur cette dernière prestation de saison régulière, le 100% au pied contre le VRDR d’un Yohan Le Bourhis qui semble de nouveau serein après avoir vécu quelques matchs sur le banc. L’ouvreur partage son analyse de la saison vécue, "en dent de scie. On est très bien parti puis on a eu ces soucis en milieu de saison, avec les cas de Covid notamment. Mais c’est pareil pour tout le monde. Sauf que j’ai l’impression que tout s’est mal passé ensuite. On n’a plus réussi à gagner à la maison et on s’est mis dans le doute. Même lorsque l’on prenait de l’avance en marquant un ou deux essais, on se remettait dans le doute." Il veut pour exemple les défaites contre Grenoble à Mathon (27-35) du 7 janvier, et celle à Montauban (23-17) du 16 janvier, alors que l’équipe avait le match en mains.

"On a l’impression que l’on a appris pas mal de choses de cette saison", insiste Joe El Abd. Lui le premier, il s’est posé des questions. Pourquoi ce manque de constance sur 80 minutes ? Pourquoi un temps des entames manquées puis des fins de matchs ratées ? Pourquoi ces soucis en touche ? Pourquoi cette indiscipline ? Pourquoi ce statut de 9e défense ? Tout autant de détails qui ont été travaillés, avec patience et sérieux au fil des mois pour que – semble-t-il – cet investissement porte enfin ses fruits. "Nous avons encore beaucoup de choses à régler, nuance Yohan Le Bourhis. Mais on n’a qu’une envie et qu’un même objectif, aller tous vers la victoire." Le staff a en plus le luxe de pouvoir faire à nouveau tourner et Joe El Abd constate une forme de renouveau, "on le voit à l’entrainement. Tout le monde tire l’équipe vers le haut."

Colomiers, à la fois un bon et un mauvais souvenir

Est-ce que ce sera suffisant pour aller au bout ? Les réponses vont vite arriver. Dès ce samedi face à Colomiers, il faudra déjà faire mieux qu’en saison régulière. Car si les Haut-Bugistes avaient fait nul au stade Michel-Bendichou, ils avaient chuté sur leurs terres le 26 mars dernier. "Je retiens surtout ce mauvais souvenir, reconnait Yohan Le Bourhis. Cela nous tient à cœur de les recevoir pour montrer à notre public et à notre ville que c’était une simple erreur." Et si qualification il y a, il faudra aller jouer une demi-finale à Perpignan qui sera là encore plus que jamais révélatrice du niveau du Champion de France de Pro D2 2013 et 2017. "Notre série de victoire continue et on va essayer de faire la même qu’en début de saison, cela voudra dire que l’on sera en finale et c’est notre objectif. On est clairement prétendant à la victoire finale", de l’aveu du pilier Thomas Laclayat. Une certaine franchise pour un club peut-être pas favori mais content d’être là, et de pouvoir jouer sa carte à fond.

Contenus sponsorisés