Icon Sport

Oyonnax passe un test à Béziers

Oyonnax passe un test à Béziers

Le 01/10/2019 à 18:00Mis à jour Le 03/10/2019 à 07:47

PRO D2 - Flamboyants sur leurs deux premiers matchs à domicile, les Oyonnaxiens ont ensuite déçu à Vannes puis surtout à Biarritz. S’ils ont renoué avec le succès au terme d’un match âpre à domicile face à Colomiers (23-19), les hommes de Joe El Abd ont laissé échapper le bonus offensif en toute fin de partie. À l’heure de reprendre la route discours est clair : Oyo veut se tester dans l’Hérault.

Apprendre à voyager

Le club de l’Ain est un prétendant aux premières places, son temps de passage à domicile (14 sur 15 points possible) l’illustre. Mais à ce titre, il doit aussi vite voyager de manière efficace. Avec un seul point sur les deux premiers déplacements (Vannes et Biarritz) lors du bloc précédent, les Oyonnaxiens ont un maigre butin. "À nous d’être à l’extérieur l’équipe que nous sommes à domicile, martèle le pilier gauche Tommy Raynaud. À nous d’aller chercher les ressources pour accomplir les mêmes matchs que nous avons fait à Mathon. Si nous faisons cela, nous ne gagnerons peut-être pas mais nous ne serons pas loin de d’embêter nos adversaires voir de ramener des points. Pas comme à Biarritz par exemple."

Pro D2 - Aurélien Callandret (Oyonnax) face à Colomiers

Pro D2 - Aurélien Callandret (Oyonnax) face à ColomiersIcon Sport

Le match sur la pelouse du BO semble une référence de ce que les Oyonnaxiens ne veulent pas reproduire. "La grosse désillusion de ce début de saison, c’est Biarritz, confirme l’ailier Aurélien Callandret. Il faut apprendre de nos erreurs. Et nous pensions avoir appris de celles commises à Vannes et en fait non. Il faut se bouger le c… à l’extérieur. Ramener des points de bonus défensifs et gagner des matchs." Au Pays basque, les Haut-Bugistes avaient clairement manqué de consistance pour espérer éviter le retour à vide. "Il faut s’appuyer sur nos erreurs pour progresser, plaide Tommy Reynaud. C’est le début de saison et l’important est d’avancer."

Du rythme, de la musique et de la pression défensive

À la fin du premier bloc, le nouveau manager Joe El Abd et son staff ont déjà procédé à des ajustements. "Pendant la coupure, nous avons réglé quelques détails sur la conquête, les sorties de camp et les lancements de jeu, éclaire l’arrière Joffrey Michel. Ce n’est pas un changement global sur la manière de jouer mais des détails qui nous ont fait défaut, à Biarritz surtout." Un match décidément dans toutes les têtes…

Pro D2 - Joffrey Michel (Oyonnax) contre Béziers la saison dernière

Pro D2 - Joffrey Michel (Oyonnax) contre Béziers la saison dernièreIcon Sport

Contrariés en conquête sur les deux dernières rencontres, les Oyonnaxiens veulent rectifier le tir au plus vite. "Béziers, c’est un très bon test pour nous, assène le manager Joe El Abd. Et c’est le type de test qui va nous faire progresser." Pour contrarier son adversaire, Oyonnax veut s’appuyer tout au long de l’année sur un fort jeu au pied, accompagné d’une féroce intensité défensive. "Utiliser beaucoup de jeu au pied est stratégique, confirme le demi de mêlée Julien Audy. C’est quelque chose que nous travaillons et qui va nous amener du pragmatisme sur la fin de saison. Nous sommes dans le concret mais nous pensons aussi à construire notre saison, à construire notre jeu. Si nous arrivons à gommer quelques défauts, nous pourrons avoir plus de possession du ballon et lancer notre jeu."

Pour s’habituer à enchaîner ces longs temps de jeu, les joueurs pratiquent à l’entraînement d’interminables séquences sous l’œil et le sifflet de Joe El Abd et Manny Edmonds notamment. Et le tout devant d’énormes enceintes qui crachent du gros son très rythmé. De quoi préparer les joueurs à évoluer dans une ambiance où ils entendent mal d’éventuelles consignes. Et surtout à soigner le cardio pour opposer une farouche défense et une grosse intensité à son adversaire. Une précieuse base de travail avant d’aller se mesurer à Béziers.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0