Icon Sport

Jaminet : "Montrer que l’on sera présent pour les six premières places"

Jaminet : "Montrer que l’on sera présent pour les six premières places"

Le 26/11/2019 à 16:17

PRO D2 - C’est une bonne nouvelle pour Nevers, on voit de plus en plus l’arrière Kylian Jaminet. Auteur de trois essais sur les deux derniers matchs et surtout plus en vue au cœur du jeu bourguignon, l’une des recrues est un acteur de la remontée au classement de l’USON. Le leitmotiv des Neversois ? Enchaîner enfin les succès pour recoller aux places qualificatives pour les phases finales.

Rugbyrama : Avec une victoire à Montauban puis votre succès ramené vendredi dernier de Rouen (24-34), avez-vous l’impression d’avoir effacé votre défaite inaugurale à domicile face à Soyaux-Angoulême ?

Kylian Jaminet : Oui je pense. On l’avait rattrapé en gagnant à Montauban et nous étions à 0 au classement Britannique. Là, nous savions qu’il fallait ramener le plus de points possibles de Rouen, gagner pour revenir dans le haut du tableau. C’est ce que nous avons fait. Nous avons un bloc qui est assez long, avec désormais deux grosses équipes qui viennent à Nevers avec Béziers puis Colomiers. Il va falloir bien préparer ces matchs et essayer de confirmer.

Sur quoi repose votre victoire en Normandie ?

K.J. : Sur la cohésion. Car nous marquons, ils remarquent derrière et nous marquons encore… Il y a eu de la solidarité. Et puis tout simplement l’application de ce que nous bossons la semaine. Cela fait vraiment deux matchs que nous le retranscrivons sur le terrain donc c’est bien pour nous. Nous voulions de la continuité sur le plan comptable et le contenu. Nous enchaînons deux victoires et espérons continuer comme cela. Avec un peu plus de réussite et cette envie de gagner tous les matchs.

Après un début de saison compliquée, ressentez-vous une réelle progression de votre équipe ?

K.J. : Au fur et à mesure des matchs, nous progressons collectivement. Défensivement, nous voyons que nous sommes plus en place qu’en début de saison. Derrière, cela fait deux matchs que nous touchons un peu plus de ballons, que nous arrivons à mieux nous trouver. Peu à peu, nous arrivons à enchaîner de bonnes prestations même s’il y a encore des choses à régler. Nous avons été plutôt efficaces sur les deux matchs que nous venons de jouer et il faut continuer, essayer de confirmer.

Comment le groupe a-t-il vécu l’entame de saison difficile ? Y-a-t-il eu une grosse remise en question de la part des joueurs ?

K.J. : Forcément, la confiance n’était plus là. Quand on perd le premier match à domicile sur quelques erreurs et qu’ensuite on prend une bonne rouste à Oyonnax, cela ne facilite pas la chose. Il a fallu continuer à bosser et régler les détails qu’il manquait. Et ensuite le montrer sur le terrain, ce que nous arrivons à faire depuis deux-trois semaines.

Et cette confiance est-elle revenue désormais ?

K.J. : Je ne sais pas si elle est revenue totalement car nous voyons qu’il y a encore quelques petites choses à régler. Après, il y a aussi cette petite absence de réussite qui fait que la confiance n’est pas encore totalement là. Mais elle va revenir avec les victoires et les bonnes prestations.

Après la défaite à Oyonnax et à un degré moindre à Grenoble, Xavier Péméja a eu des mots assez durs envers les joueurs (« trop gâtés » notamment, ndlr), est-ce que cela a piqué le collectif ?

K.J. : Oui, cela nous a piqué ! Déjà, le résultat était compliqué à encaisser… Grenoble, c’était une fin de bloc, les jours de repos qui devaient suivre ont été annulés. Il fallait que l’on bosse car nous étions en retard. Nous avons eu pas mal de choses à travailler sur notre jeu, notre défense, et aussi le côté offensif. Nous sommes encore en retard mais cela nous a permis de travailler et ensuite de le retranscrire en match.

Si la plupart des équipes vont souffler le week-end prochain, vous défiez Béziers. Comment gérez-vous votre « marathon » de 8 matchs ?

K.J. : (Il sourit) Oh, nous n’avons pas le choix ! Nous devons gérer ces matchs le mieux possible car un tel enchaînement c’est du jamais vu en Pro D2. Nous avons un gros effectif donc nous allons pouvoir enchaîner sans – je l’espère – qu’il y ait trop de casse. Il faudra bien récupérer et bien bosser en semaine. Et enchaîner avec le plus de victoires possibles. Nous devrons répondre présent sur les matchs à la maison et grappiller le plus de points possibles car nous sommes encore en retard. Il faut faire le maximum pour le rattraper et essayer de recoller au haut du classement.

Avant ce bloc, vous êtes-vous dit que ces 8 matchs pouvaient conditionner toute votre saison ?

K.J. : Bien sûr. Nous n’avons pas parlé d’objectif global sur ces 8 matchs mais nous savons que nous recevons 5 fois. A nous de faire le job à domicile. Nous voulions gagner à Rouen, on se l’était dit toute la semaine et nous l’avons fait. Depuis le début de saison, il y a pas mal de choses que nous nous étions dites mais que nous n’avions pas réussi à faire… Là, même si cela a été compliqué, nous l’avons fait.

Vous allez tenter d’engranger un troisième succès consécutif avec la venue de Béziers, ce que vous n’avez pas encore réussi à faire cette saison. Que manque-t-il pour réussir à enchaîner ?

K.J. : Un peu de confiance, de réussite. Il va falloir que l’on continue de mettre notre jeu en place, ce que nous faisons à l’entraînement de le réitérer en match. De bien bosser et d’écouter les consignes… et de gagner pour se faire encore du bien à la tête.

A titre personnel, comment-vous sentez-vous dans votre nouveau club ?

K.J : Il y a toujours un petit temps d’adaptation quand on change de club. Nouvelle vie, nouveau club et nouvelles personnes. Je suis assez content de mon début de saison même s’il y a toujours des petites choses à régler. Mais dans l’ensemble, je suis satisfait.

Et on vous voit plus à la conclusion des actions et sur des initiatives de relances sur les derniers matchs…

K.J. : Oui, cela fait deux-trois matchs que je me sens mieux dans le système. Sur le début de saison, nous touchions aussi très peu de ballons derrière. Avec le manque de confiance, nous n’osions pas trop écarter ces ballons, là nous arrivons mieux à nous trouver. Forcément, cela nous facilite la tâche.

Avez-vous le sentiment qu’un petit écart s’est créé entre le trio de tête et les autres équipes ?

K.J. : La Pro D2 reste très serrée chaque année. Grenoble et Oyonnax sont bien lancés, avec Perpignan qui colle bien derrière. Je n’ai pas regardé exactement le classement mais je crois que de la 5-6e place jusqu’à la 12e, cela reste assez serré. A nous d’aller chercher le plus de points pour recoller aux 6 premières places, ce qui est l’objectif de notre saison.

Nevers a pris très peu de bonus sur ce début de saison. Est-ce un domaine où il faut vraiment franchir un cap ?

K.J. : Tout à fait. A la maison, nous devons enregistrer des victoires impérativement. Mais ensuite, à l’extérieur, il faut ramener le plus de points possibles. Nous savons que cela sera compliqué mais nous bossons pour cela. Et nous devons nous mettre dans la tête qu’il faut revenir dans les 6 avant les fêtes.

Les difficultés vécues en début de saison peuvent-elles aussi nourrir la progression du groupe ?

K.J. : Oui, cela peut nous aider pour la suite. Je pense qu’une saison ce n’est pas tout le temps à 100%, il y a toujours une période où l’on n’est pas bien. Nous, cela nous est arrivé en début de saison. L’idéal, c’est que cela ne nous arrive plus, que l’on soit toujours sur une constance positive. Que l’on s’améliore de match en match sans avoir des trous d’airs. Et si cela nous arrive, il faudra rester concentrés et soudés. Montrer que l’on sera présent pour les 6 premières places !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0