Icon Sport

En l’absence de Beauxis, s’affirme Le Bourhis

En l’absence de Beauxis, s’affirme Le Bourhis
Par Rugbyrama

Le 15/09/2019 à 09:20

PRO D2 - En ce début de saison, les supporters d’Oyonnax attendaient de voir Lionel Beauxis, ils observent Yohan Le Bourhis. L’ancien ouvreur du XV de France est blessé alors son cadet en profite pour gratter du temps de jeu. Après deux saisons à Castres sans matcher, il a justement de l’énergie à revendre.

C’est l’un des "noms" du recrutement d’Oyonnax cet été. Lionel Beauxis, plus de 250 matchs de Top 14, est attendu pour mener le jeu Haut-bugiste. Mais le demi d’ouverture ne joue que 17 minutes lors de la première journée face à Valence-Romans avant de sortir sur blessure, touché à la voûte plantaire. Yohan Le Bourhis sort alors des starting-blocks dans lesquels il s’impatientait depuis deux saisons sous le maillot du Castres Olympique (13 matchs en 2 ans, dont 5 titularisations). "Je n’aime pas entrer en jeu sur une blessure, grimace le joueur de 25 ans. Mais je me suis dit bon pendant deux ans tu n’as pas joué, tu n’as rien dit. Maintenant feu c’est à toi d’y aller".

Le jeune homme s’installe dans le fauteuil de chef d’orchestre, solide dans le jeu au pied (6/6 contre Valence-Romans puis 10/11 devant Nevers) et inspiré ballon en main. Agressif sur l’attaque de la ligne d’avantage adverse, il participe allègrement aux deux premiers succès bonifiés de son équipe. Si comme Oyo, il est un petit peu moins convaincant à Vannes (3/6 au pied notamment), Yohan Le Bourhis apprécie d’empiler les minutes sur le terrain.

Dans les valises de Joe El Abd

"Comme Lionel est blessé, j’ai peut-être un peu plus les clés en mains, avance le demi d’ouverture. J’ai attendu ce moment et c’est à moi d’assumer ce rôle. Parfois, on préfère viser des gros clubs en Top 14 plutôt que d’aller en Pro D2 alors que c’est plus intéressant de jouer. J’avais l’ambition de tenter quelque chose à Castres, je n’ai pas eu de temps de jeu et ne pas jouer c’est la pire des choses". Avant même de parler contrat, Le Bourhis a évoqué ce point avec Oyonnax : "Je ne demandais pas d’être le n°1, le patron, mais d’avoir l’occasion de jouer".

Également arrivé de Castres, le manager Joe El Abd savait qu’il pourrait vite compter sur son jeune ouvreur. "Nous avons commencé notre saison avec deux n°10 de qualité, lance-t-il. Lionel a beaucoup d’expérience et a connu le très haut-niveau. Yohan n’a pas cette expérience-là, mais il a tout de même fait ses preuves à Biarritz. Il a un peu moins joué à Castres mais a beaucoup appris aux entraînements et dans les systèmes que l’on a mis en place. Il avait besoin de jouer et il a cette opportunité". Bon animateur et excellent au pied sous le maillot du BO, il est désormais plus incisif ballon en main. "Complet, il comprend le jeu, énumère Joe El Abd. Il sait mener sa ligne d’attaque. Nous comptons sur lui et nous sommes plutôt contents de ses performances jusqu’à présent".

Beauxis conseille Le Bourhis et Le Bourhis conduit Beauxis

Cette saison, le système de jeu d’Oyo est construit de telle sorte à beaucoup s’appuyer sur le jeu au pied de l’un ou l’autre de ses ouvreurs. Notamment dès les sorties de camp pour ensuite aller mettre la pression sur l’adversaire sur de très grosses séquences défensives qui doivent user celui-ci. L’étouffer. Avant ensuite de lancer le jeu d’attaque. Forcément, Lionel Beauxis est un observateur avisé. "A l’image de l’équipe, Yohan fait un très bon début de saison, estime l’ancien international. Il nous apporte sa qualité au pied et dans le jeu". Les deux hommes ont l’occasion de discuter, surtout que Le Bourhis le dépanne en ce moment.

"Comme je suis blessé et que nous habitons le même village, il vient me chercher en voiture le matin", sourit l’ancien Lyonnais. L’occasion de distiller quelques conseils. "Il est plutôt demandeur, indique Lionel Beauxis. On échange beaucoup. C’est un gros bosseur".. En face, Yohan Le Bourhis est à l’écoute : "Il y a peu, je me suis dit mais ce mec a joué un quart de finale et une demi-finale de Coupe du monde contre la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre et c’est une personne vraiment simple ! Ce n’est pas quelqu’un qui va faire de grands gestes, va beaucoup parler. Mais juste par sa sagesse et sa manière de jouer, il va transmettre des messages. Je l’observe et à moi de prouver ce que je vaux mais il m’aide énormément. Même blessé, il me dit la manière dont il pense qu’il faut jouer le week-end suivant. C’est appréciable".

" Niveau comptable, nous pouvons être contents mais nous en voulons plus"

Au sein d’une famille de rugbymen élevés au rugby Rochelais, Yohan bénéficie aussi d'autres conseillers. Son frère Morgan, passé par le monde pro et désormais en Fédérale 1 à Nantes, et son cousin Maxime (Genève, Fédérale 3) ancien joueur… d’Oyonnax. "Je parle beaucoup avec mon frère, explique l’ouvreur. Il trouve toujours le moyen pour voir mon match et m’en parler". Dimanche, Yohan Le Bourhis va retrouver Aguilera. Un stade où il a posé les jalons de sa carrière pro, où il dit s’être "forgé".

Comme Oyo, le joueur est ambitieux cette saison. "Niveau comptable, nous pouvons être contents mais nous en voulons plus, martèle-t-il. Nous travaillerons pour toutes les rencontres de la même façon". A Biarritz, il sera encore à la baguette. De son côté, Lionel Beauxis espère revenir sur le terrain dans deux mois. D’ici là, Yohan Le Bourhis a le temps de jouer les chauffeurs de taxi. Et surtout d’engranger ce précieux temps de jeu.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0