Icon Sport

Pro D2 - Yoann Laousse Azpiazu (Mont-de-Marsan) : "La première fois que le groupe accuse le coup"

Laousse Azpiazu : "La première fois que le groupe accuse le coup"

Le 06/02/2019 à 14:29

PRO D2 - Battu à domicile par Provence Rugby à la fin du dernier bloc, le Stade Montois retrouve le championnat ce jeudi soir à Oyonnax (20h45). Un déplacement crucial pour l’arrière landais, Yoann Laousse Azpiazu, afin de rebondir après ce revers.

Rugbyrama : Comment avez-vous digéré cette première défaite de la saison à Guy-Boniface ?

Yoann Laousse Azpiazu : On a pris un grand coup de massue sur la tête. On était déjà un peu dans le doute après plusieurs prestations décevantes à l’extérieur et cela nous mettait plus de pression à domicile. C’est con à dire mais on savait qu’à un moment donné, on allait se tromper et perdre à la maison. C’est peut-être arrivé au mauvais moment.

Elle fait plus mal que les autres ?

Y. L. A. : C’est sûr que c’est plus grave que de prendre cinquante points à l’extérieur… Surtout, elle tombe très mal. Après une bonne partie contre Nevers où tu penses avoir retrouvé des certitudes, tu fais un match moyen à Colomiers et ensuite, tout s’effondre en quelque sorte. Ça remet un peu tout en question avec des doutes dans pas mal de secteurs de jeu comme la conquête, la défense et la discipline. Ce sont habituellement nos points forts et quand ils ne sont pas trop là, ça donne ça. Sauf que tous nos concurrents directs gagnent chez eux, à l’extérieur et la saison avance donc ça devient de plus en plus compliqué de rattraper ces résultats.

" On est taillé pour affronter ça"

Cette fragilité montoise sur la durée est inhabituelle depuis le début de l’ère Laussucq-Auradou, comment le vivez-vous ?

Y. L. A. : Oui cela fait un moment… Jusqu’à présent, on avait tendance à rater notre début de championnat et retrouver une dynamique positive sur la seconde partie. Là, il se trouve que ça tombe en plein milieu de saison et cette mauvaise dynamique dure depuis novembre. Même si elle s’était apaisée après Biarritz et Nevers, elle retombe dans ce début d’année. On n’a pas forcément l’habitude mais tous les ans, il y a une crise qui oblige les joueurs à parler entre eux et les entraîneurs à lever un peu la voix. Je me souviens notamment de la défaite à domicile face à Biarritz il y a deux ans lors de la dernière journée de championnat qui nous avait enlevé la demi-finale à la maison... Mais le club a un socle assez solide avec des dirigeants, des entraîneurs qui sont là depuis longtemps et qui connaissent bien leurs joueurs. Je pense qu’on est taillé pour affronter ça.

Aujourd’hui, le groupe est-il inquiet de cette irrégularité notamment à l’extérieur (sept défaites de suite, deux bonus défensifs) ?

Y. L. A. : Je ne sais pas si c’est une qualité ou un défaut mais on est un groupe qui n’est jamais trop inquiet. Quand ça gagne, c’est très bien même si on s’emballe un peu trop souvent peut-être. Mais dès que ça perd, on se dit qu’on va se rattraper sur un autre match. Là, j’ai senti quand même qu’il y avait un peu d’inquiétude. D’habitude, quand tu fais un match « de merde » à l’extérieur, le week-end d’après, surtout si c’est à la maison, tu dois en mettre trente à l’équipe qui arrive. Là, on n’a pas eu cette réaction et c’est la première fois que le groupe accuse le coup. Est-ce de la fatigue mentale ? Je ne sais pas.

Pro D2 - Yoann Laousse Azpiazu (Mont-de-Marsan) contre Carcassonne

Pro D2 - Yoann Laousse Azpiazu (Mont-de-Marsan) contre CarcassonneIcon Sport

Durant la trêve et à la reprise des entraînements, qu’avez-vous identifié pour retrouver de la sérénité ?

Y. L. A. : Même si on était abattus après Provence Rugby, on a réussi à trouver du positif : tu as touché le fond du seau, tu ne peux pas aller plus bas. Maintenant, la seule réponse c’est de bosser plus dur aux entraînements et d’être beaucoup plus précis sur notre système de jeu. La touche, la mêlée et peut-être aussi notre stratégie de sortie de camp, ce sont des secteurs qui ont fait la qualité de notre début de saison et sur lesquels on est un peu plus perdus en ce moment. Cette semaine, on s’est entraîné sur le terrain synthétique et rien que ça, cela nous a sorti de notre routine. Ce match à Oyonnax va nous faire du bien.

" C’est le bon moment pour les jouer"

Oyonnax, c’est tout de même un très gros morceau pour redémarrer ce bloc…

Y. L. A. : Je pense que ce sera un bon match à condition qu’on y mette les ingrédients et qu’on n’en prenne pas quarante. On a eu une semaine pour reposer les têtes, travailler entre nous et essayer de faire le point sur ce qui va et ne va pas. On redémarre avec Oyonnax mais on y va sans pression car on n’est jamais vraiment loin de la vérité face à ces équipes très joueuses. Contrairement à celles qui ferment le jeu et nous empêchent de prendre des initiatives, on sait que ce sera plus ouvert, que l’on aura des ballons de contre-attaque et on aime ça donc c’est le bon moment pour les jouer. On a surtout envie de faire une bonne partie pour retrouver des certitudes et chasser quelques doutes.

Le Stade Montois est 5e à sept points d’Oyonnax (2e) et quatre points de Vannes (7e). Pour la première fois depuis un an et demi, vous pouvez sortir du top 6 en cas de défaite et vous faire distancer dans la course pour une accession directe en demi-finale. Ce match peut être un tournant dans votre saison ?

Y. L. A. : Le championnat est serré et devant nous, cela ne traîne pas. On a laissé beaucoup de jokers en route donc si on veut rester dans le top 6 et au contact de ces meilleures équipes, il faut aller chercher le moindre point. Biarritz a réussi à aller gagner à Oyonnax… Si tu y vas en les regardant, tu peux prendre une branlée mais si tu y vas avec l’intention de les faire chier tout en étant bon sur les secteurs qui ont fait défaut ces derniers temps, tu peux ramener quelque chose. On a passé assez de temps à regarder ce que font les autres, maintenant à nous de faire le job.

Contenus sponsorisés
0
0