Icon Sport

Emin : "L’objectif de la saison prochaine, redonner du plaisir !"

Emin : "L’objectif de la saison prochaine, redonner du plaisir !"

Le 24/05/2019 à 17:40Mis à jour Le 26/05/2019 à 22:28

PRO D2 - Après la défaite d’Oyonnax en demie de Pro D2 face à Bayonne, qui plus est à domicile, le président oyonnaxien Thierry Emin revient pour Rugbyrama sur cette déception pour son club, et évoque aussi le futur avec l’arrivée de Joe El Abd sur le banc et un nouveau projet.

Rugbyrama : Quelques jours maintenant sont passés, avez-vous déjà basculé sur l’après pour Oyonnax ?

T. E. : J’ai basculé assez rapidement même si je n’ai rien dormi dans la nuit de samedi à dimanche. J’ai basculé quasiment dans le vestiaire quand j’ai parlé aux joueurs, même si j’avais du mal à trouver les mots. Un joueur a pris la parole et a dit des choses qui m’ont fait vite comprendre que ce groupe, c’était une histoire d’amitiés et qu’il serait capable de rebondir. C’était important parce que derrière cette défaite, il pouvait se passer des tas de choses qui auraient pu être très préjudiciables pour la vie du groupe.

Au contraire, il y a eu une solidarité entre eux qui m’a donnée beaucoup d’énergie. Dans la soirée, j’ai discuté avec beaucoup de partenaires qui m’ont plutôt dit qu’ils étaient déçus mais que cela pourrait donner une plus grande marge de manœuvre quand Joe El Abd arrivera pour façonner son groupe à partir de la Pro D2 et sans la pression du Top 14. Puis le lendemain matin, dès 9 heures, j’étais au téléphone avec Joe qui m’a énormément rassuré en me disant que l’on avait construit un groupe compétitif pour l’année prochaine. Il va falloir gérer la frustration.

En début de saison, vous aviez expliqué que vous souhaitiez davantage de soutiens du point de vue des partenaires et du public, au risque de ne pas continuer dans votre rôle de président. Qu’en est-il à l’heure actuelle ?

T. E. : Le sujet évoqué en début de saison pour dire que des partenaires nous avaient quittés, et qu’il y avait une affluence plus faible à Mathon, c’est car cela provoquait des difficultés financières. On avait besoin de soutiens. C’est resté d’actualité tout au long de la saison et rien ne s’est transformé pour dire que tout est revenu dans l’ordre. J’ai beaucoup de satisfaction sur l’ambiance magnifique à Mathon pour la demi-finale. On a retrouvé notre public sur un match clé. Ça montre quand même que quand on est capable d’être dans le haut niveau, on a des gens derrière nous.

(ndlr) Le Conseil de Surveillance s’est réuni le 21 mai. Il a renouvelé à l’unanimité sa confiance au Directoire et aux présidents pour mener à bien le nouveau projet avec Joe El Abd.

Top 14 - Joe El Abd (coach adjoint de Castres)

Top 14 - Joe El Abd (coach adjoint de Castres)Icon Sport

Mais ce public, on ne peut pas occulter le fait qu’il a été en partie critique cette saison…

T. E. : Ce n’est pas parce qu’il y avait Mathon avec une belle ambiance pour la demi-finale que l’on a reconquis notre public. Il y a du travail. Si on se projette un peu, l’objectif de la saison prochaine, c’est redonner du plaisir et à toutes les strates de notre environnement ! Il faut du plaisir à vivre avec notre équipe et ce que l’on est en train de mettre en place avec Joe, cela va dans cette optique. Je parle de plaisir et pas de résultat sportif. Certes on veut être dans le haut de tableau mais je ne vous parlerai pas de classement et de Top 14, mais du plaisir des gens à venir au stade, ou d’autres lieux, pour passer du temps avec les joueurs.

" Peut-être que l’on s’est trompé en voulant être trop ambitieux sur nos objectifs"

Malgré l’envie intime de haut niveau, rester plus modeste dans les annonces ?

T. E. : Oui, c’est exactement ça. Peut-être que l’on s’est trompé en voulant être trop ambitieux sur nos objectifs. De ce fait, il faut remobiliser et faire ce que l’on a toujours su faire, c’est-à-dire de réussir par le travail et par la solidarité que l’on a pu avoir sur ce territoire, comme quand il a fallu affronter le Top 14 pour la première fois.

Pro D2 - Etienne Herjean (Oyonnax)

Pro D2 - Etienne Herjean (Oyonnax)Icon Sport

Ce n’est donc pas le fond mais la forme qui change ?

T. E. : Peut-être… On l’a quand même un peu perdu le fond. Des joueurs sont venus à Oyonnax en voulant être des Oyomen, mais disent qu’ils n’ont pas trouvé ce qu’ils pensaient trouver. Il y a bien quelque chose qui s’est cassé. C’est ça qu’il faut retrouver. Le projet sur trois ans de Joe, c’est ça ! Il reprend la marque de territoire que le maire d’Oyonnax a bien voulu nous concéder et qui s’appelle #Fiersdoyo.

" Pourquoi ne pas avoir changé après Grenoble ? Nous ne sommes pas un club qui change sur de simples coups de baguette"

Après coup, vous vous dites que c’était le bon choix de continuer avec le même staff après la défaite face à Grenoble il y a un an ?

T. E. : J’entends dire : pourquoi ne pas avoir changé ? Il faut se rappeler le contexte. On perd début juin, puis Mike Prendergast part et Manny Edmonds arrive. Adrien (Buononato) avait encore 1 an de contrat et nous ne sommes pas un club qui change sur de simples coups de baguette. Ça ne nous ressemble pas et on a considéré qu’il fallait que l’on aille au bout de ce sur quoi on s’était engagé avec Adrien. On pourra dire tout ce que l’on veut, il y a du positif et du négatif, des points auraient dû être améliorés mais c’est facile de le faire après…

Adrien Buononato (Oyonnax) - 31/08/2018

Adrien Buononato (Oyonnax) - 31/08/2018Icon Sport

Et vous n’êtes pas inquiet du fait de redemander à certains cadres du groupe de retrouver la force après ces deux échecs ?

T. E. : Je ne suis pas inquiet car ce sont des convertis du club et du territoire. Ils seront forcément leaders derrière Joe. Ceux qui ont joué avec lui ou l’ont eu comme entraineur seront des facilitateurs pour l’intégration de Joe dans ce nouveau projet. Les joueurs qui nous rejoignent savent qu’il y aura des changements. Ceux qui restent connaissent et ont appris à connaitre la personne depuis plusieurs mois, et les nouveaux savent pour qui ils viennent. Ça ne m’inquiète pas.

8 recrues ont été officialisées (cf. liste), faut-il s’attendre à d’autres mouvements ?

T. E. : On a peut-être un ajustement à faire mais ce sera le seul. On aura un groupe très compétitif. Certes des cadres-titulaires partent mais que l’on va remplacer par des joueurs cadres-titulaires. Je ne suis pas inquiet. Cela pourrait ne pas être rassurant parce que l’on a perdu, mais sur la feuille de la demi-finale, sur les 23, 20 seront là la saison prochaine.

Le recrutement : Mihai Lazar (pilier, 32 ans, Grenoble, 1 an + 1 année en option) ; Adrien Bordenave (pilier, 24 ans, Colomiers, 2 ans) ; Joshua Tyrell (deuxième ou troisième ligne, 27 ans, Doncaster, 2 ans) ; Thibault Lassalle (deuxième ligne, 31 ans, Castres, 3 ans) ; Lionel Beauxis (ouvreur, 33 ans, Lyon, 2 ans + 1 année en option) ; Yohan Le Bourhis (ouvreur, 26 ans, Castres, 2 ans) ; Pedro Bettencourt (trois-quarts centre, 24 ans, Newcastle, 2 ans) ; Tony Ensor (arrière, 27 ans, Stade français, 2 ans + 1 année en option).

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0