Rugbyrama

Pro D2 - Soyaux-Angoulême : un nouvel écrin pour passer un cap

Soyaux-Angoulême : un nouvel écrin pour passer un cap

Le 03/09/2018 à 12:12Mis à jour Le 04/09/2018 à 11:21

PRO D2 - Une nouvelle ère s’ouvre à Angoulême. Après quatre mois d’intenses travaux, le nouveau Stade Chanzy, méconnaissable, est sur pied. Et le SA XV Charente compte bien en faire une forteresse pour changer de statut sur le plan sportif. Montauban l’a appris à ses dépens.

"Cela fait des années qu’on attendait d’avoir un stade digne de ce club, digne de la progression. J’espère que ça va montrer qu’à Angoulême, il y a un rugby qui vibre et qui enchante le public." Didier Pitcho ne croyait pas si bien dire, au micro d’Eurosport, à quelques minutes du coup d’envoi de la toute première du SA XV dans son nouveau jardin, vendredi dernier face à Montauban lors de la 3e journée de PRO D2. Le Président du club charentais, qui a grandement participé à téléporter son "bébé" de Fédérale 3 à l'antichambre du TOP 14 en l’espace de six ans (2010-2016), a visé dans le mille en ce jour historique pour Soyaux-Angoulême.

Plus de 7000 spectateurs pour une première. Une ambiance bouillante. Une victoire 29-23. Une grande fête. En l’espace de 80 minutes, ce Stade qui faisait figure d’antiquité il y a encore quelques mois s’est enfin fait un nom. Les "Ici, c’est Chanzy", scandés par le public, n’ont plus du tout la même résonnance. Le changement est saisissant. Et les bénéfices se font déjà ressentir, sur le terrain.

" Un stade absolument magnifique"

Une pelouse regarnie, une nouvelle tribune d’en-but, une autre agrandie, 1600 places assises supplémentaires, une puissance d’éclairage triplée pour satisfaire les diffuseurs télés, des vestiaires totalement relookés, de nouvelles loges pour les partenaires ou encore le retour d’un vrai tunnel. Chanzy, du haut de ses 108 ans, est métamorphosé. Tout de blanc et de violet vêtu. Et il ne fait plus son âge, après cette cure de jouvence qui avoisine les 4,9 millions d’euros.

Un investissement conséquent qui en dit long sur les ambitions de Soyaux-Angoulême. Epaulé par des collectivités locales désireuses de porter haut les couleurs du seul club de rugby pro en Charente, le Président Pitcho est clair au sujet de l’objectif, à terme : "emmener ce club là où il mérite d’être". Le mérite, Didier Pitcho le place à l’échelon TOP 14. Là où le Sporting Club d’Angoulême, l’ancêtre du SA XV, a écrit les plus belles pages de son histoire. "Mais chaque chose en son temps, on est des Charentais, on prend notre temps", convient celui qui a repris le club en 2010 avec son frère, Jean-Jacques. Deux entrepreneurs férus de rugby.

Ce projet, incarné par ce nouveau Chanzy, ravit évidemment le staff et les joueurs. A commencer par le manager Julien Laïrle, tout sourire après cette inauguration en grande pompe contre Montauban : "on a récompensé nos dirigeants et nos supporters en ramenant ces 4 points. Les garçons ont montré beaucoup d’abnégation et de détermination pour que la fête soit belle. Il faut savourer cette victoire et ce nouveau stade, absolument magnifique."

Le SA XV veut se surpasser

"Stressé" avant de fouler pour la première fois son nouvel écrin, comme le reconnait après coup le 3e ligne Sébastien Laulhé, le SA XV s’est comporté en patron vendredi dernier. De bout en bout. Poussé comme jamais par ses supporters. A l’image de Michel, et son intime conviction de voir Soyaux "terminer dans le TOP 6 cette saison". Car "beaucoup d’équipes vont se casser les dents ici."

Les Charentais, qui ont demandé à la Ligue Nationale de Rugby de commencer la saison par deux déplacements, le temps de finir tous les travaux, s’étaient mis d’entrée une pression sur le dos. Mais les deux bonus défensifs décrochés à Béziers et Carcassonne, conjugués à cette première réussie à domicile, donnent du crédit à l’appétit de Soyaux-Angoulême. D’autant que se profile, dès vendredi prochain, une deuxième réception dans son antre.

"Le nouveau Chanzy ? Ça donne encore plus de ferveur, ça nous pousse encore plus. On se dépasse. On le refera sur les autres matches", admet Sébastien Laulhé. Les adversaires sont prévenus. Aurillac, en tête de cortège.

Contenus sponsorisés
0
0