Icon Sport

Pro D2 - Soyaux-Angoulême à la relance pour la der' de Laïrle

Soyaux-Angoulême à la relance pour la der' de Laïrle

Le 07/02/2019 à 09:10Mis à jour Le 07/02/2019 à 09:31

PRO D2 - Seule équipe, avec Massy, à ne pas avoir encore gagné en 2019, Soyaux-Angoulême est en quête d'un second souffle en Pro D2. Après une phase aller conclue à un cheveu du Top 6, le club charentais veut à tout prix revenir dans le haut du panier pour saluer le travail de son manager emblématique Julien Laïrle, sur le départ.

L'annonce a fait son effet de surprise, lundi dernier, à Chanzy. Quand le président du SA XV Didier Pitcho s'est invité, pendant 20 minutes, au petit déjeuner pour annoncer la fin de sa collaboration, à l'issue de la saison, avec Julien Laïrle. "Franchement, on ne s'y attendait pas", confient plusieurs joueurs à Rugbyrama, au sortir d'une série de quatre matches consécutifs sans victoire, dont trois défaites. Après six ans de bons et loyaux services au sein du staff, quel impact la non-reconduction du plus jeune manager de Pro D2 peut-elle avoir sur une équipe aujourd'hui en panne de résultats, après une première partie de saison canon ?

Si certains supporters s'interrogent sur la pertinence d'une telle décision à un moment où leur équipe est dans le dur, l'ensemble du club souhaite, de son côté, s'en servir pour rebondir sportivement. Julien Laïrle, en tête. Un manager davantage marqué, en conférence de presse cette semaine, par la spirale négative que traverse son équipe que par l'annonce de son départ.

"L'actualité, ce n'est pas le départ de Julien Laïrle du SA XV... Non !, recadre assez sèchement ce Toulousain de cœur avant de recevoir Bourg-en-Bresse, demain (20h), à l'occasion de la 20e journée. L'important, c'est que le SA XV finisse la saison là où il doit la finir. C’est-à-dire en Pro D2. Il y a une saison à sauver. Elle était partie de façon plutôt extraordinaire. On s'est perdu en cours de route, pour diverses raisons. On a commencé cette aventure il y a six ans, il faut s'attacher à bien la finir et partir la tête haute."

" On a tous envie de tout éclater !"

L'histoire de Julien Laïrle avec Soyaux-Angoulême ressemble, en plusieurs points, à celle de Patrice Collazo avec le club voisin de La Rochelle. Comme l'ancien coach maritime, le manager charentais laissera une empreinte très forte dans ce club qu'il a porté de Fédérale 2 à Pro D2. "Il mériterait une statue à l'entrée de Chanzy", sourit Laurent Cardona. Salarié au SA XV, l'arbitre de TOP 14 porte un regard extérieur plein d'optimisme, à l'approche de la fin de saison : "Son départ, c'est vraiment un événement. Certains joueurs historiques sont marqués. Ils vont faire preuve de beaucoup de fierté pour remercier leur entraîneur. J'ai le sentiment que ça va libérer le groupe. Je les vois finir dans les six."

Le Top 6, Soyaux-Angoulême a flirté avec jusqu'à Noël. Avant de s'enliser dans cette dynamique négative et de pointer désormais à 9 unités du wagon des qualifiables. Une situation semblable, jusqu'ici, à celle traversée lors de la première saison de l'histoire du club en Pro D2, il y a deux ans. À l'époque, les Violets avaient dû batailler jusqu'à l'avant-dernière journée pour décrocher leur maintien, malgré une phase aller terminée à la 5e place. Dans les vestiaires de Chanzy, personne ne veut revivre pareille déconvenue.

Quentin Witt à la réception d'une touche

Quentin Witt à la réception d'une toucheIcon Sport

"On a tous envie de tout éclater !", avance un Younes El Jaï déterminé à offrir la plus belle sortie possible à Julien Laïrle. "Sentimental", le pilier angoumoisin, guidé désormais par un supplément d'âme, voue une reconnaissance quasi-éternelle à celui qui est venu le débaucher d'Albi, en 2015 : "C'est Julien qui m'a sorti de la merde quand tout le monde m'enfonçait. Il a été l'un des rares à croire en moi, je ne l'oublie pas. Il mérite de sortir par la grande porte."

Le futur staff dévoilé d'ici mardi prochain

Le président Pitcho fait preuve de prudence dans cette "situation difficile à vivre" pour son club. L'annonce, début janvier, du transfert de l'entraîneur des arrières Rémy Ladauge vers Bayonne, la saison prochaine, le contraint à devoir composer rapidement un nouveau staff autour du préparateur physique, Pierre Sagot. S'il se laisse "48 à 72h après le match" de ce week-end pour dévoiler les noms des futurs techniciens, Didier Pitcho a tenu à faire passer un message à l'ensemble de son groupe cette semaine : "Je les ai motivés pour améliorer notre classement. Il faut montrer l'amour du maillot, l'amour du club. Faire le taf' pour assurer la pérennité du club."

"Pour que les joueurs se projettent aussi", Julien Laïrle appelle de ses vœux cette annonce rapide du prochain encadrement. "Il y a beaucoup de doutes. Des garçons qui partent, un staff qui s'en va. Le groupe se pose énormément de questions, analyse le manager charentais qui invite ses joueurs à faire le dos rond. Quand au lendemain d'une défaite contre Brive, le vestiaire parle plus de la saison prochaine que des stigmates de la défaite, ce n'est jamais très bon... Il faut repartir au terrain. La réception de Bourg-en-Bresse ? On parle d'un match pour le maintien et pas d'un match pour le Top 8."

Contenus sponsorisés
0
0