Other Agency

Saga Grenoble - Une jeunesse à protéger

Saga Grenoble - Une jeunesse à protéger
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 22/07/2020 à 09:13Mis à jour Le 22/07/2020 à 10:31

PRO D2 - Si le président Nicolas Cuynat a retenu quelque chose de son apprentissage accéléré pendant la crise du covid, c’est bien que la jeunesse du FCG constitue sa force vive. Qu’il s’agit de mieux protéger de la prédation des "gros", afin d’envisager le futur…

S’il n’existe pas encore de formation accélérée pour devenir président de club professionnel, force est de constater que la covid-19 a fait cette année figure de bonne école… Officiellement entré en fonction au début du mois de décembre à la place de Michel Martinez, Nicolas Cuynat n’a en effet eu que trois petits mois de tranquillité, avant de prendre la réalité en pleine figure… Un drôle d’aléa, que ce dernier choisit malgré tout de vivre avec le sourire. "Il était planifié que j’arrive dans la continuité de Michel, nous voulions assurer une transition sans rupture, assure le président du FCG. Le positif, c’est qu’au rythme de deux réunions de présidents hebdomadaires depuis la mi-mars, j’ai connu une forme d’apprentissage accéléré… Et si j’ai manifestement mal compris certaines choses, au moins, j’aurai mis le nez dans certains dossiers que je ne compte pas lâcher."

Une référence évidente à sa prise de bec médiatique avec les Bordelais Laurent Marti et Christophe Urios au sujet du transfert du jeune ailier Nathanaël Hulleu, que ces derniers conclurent en soulignant la méconnaissance du nouveau président du FCG quant aux possibilités de mutation des joueurs sous convention de formation. "J’ai décidé de ne pas surenchérir, parce qu’ils se trompent de débat, assure Cuynat. Ce que je voulais dénoncer, ce n’est pas l’aspect purement technique et réglementaire des mutations des joueurs sous convention de formation, mais au sujet de l’éthique lorsqu’il s’agit de débaucher un jeune formé ailleurs, qui n’a que quelques feuilles de match au compteur… Je suis d’ailleurs en train de préparer un dossier en ce sens, que je compte remettre à la commission formation de la LNR."

Un dossier en direction de la LNR

Une prise de position et un combat qui se veulent évidemment tout sauf anodins. Club reconnu comme formateur, le FCG peine beaucoup trop depuis quelques saisons à conserver ses meilleurs éléments, donnant l’impression de travailler beaucoup, et très bien, pour pas grand-chose. De quoi légitimement vouloir pousser pour une meilleure protection des jeunes joueurs, afin que la politique de formation du club ne soit pas vouée à servir les intérêts des plus puissants. "Attention, on n’est pas fermé par rapport aux intérêts individuels de nos jeunes, précise Nicolas Cuynat. Des garçons comme Fourcade, Capelli, Guillemin ont joué le jeu avec nous et donné une forme de retour sur investissement. Leurs départs, dans ces cas précis, on les comprend et on les encourage. Mais on veut aller plus loin."

L’objectif d’un titre sous trois ans

Parce qu’en l’état actuel des choses, le FCG n’a pas vraiment les moyens de faire autre chose, il comptera donc une fois de plus sur sa formation pour pallier les départs de gros salaires comme Germain, Rhule, Kubriashvili, Van Rensurg, et on en passe… "Il ne s’agit pas de dégraissage, précise Cuynat. On avait déjà entamé avec Michel Martinez une orientation stratégique différente, en renforçant notre effectif de façon très ciblée." Lequel se veut encore tout à fait compétitif pour exister en Pro D2, quand bien même Nicolas Cuynat se garde bien de fixer un objectif sportif précis pour la saison. "Ne serait-ce qu’au vu de la concurrence qui s’annonce, on se veut très méfiant, jure le président. On souhaite participer aux phases finales, bien sûr, mais je ne voulais pas que le projet sportif soit conditionné à une montée immédiate. L’objectif, c’est un titre de champion sur le cycle des trois ans à venir. Si on y parvient dès cette saison, on sera prêt à le fêter, mais si on n’y parvient pas, on l’assumera sans problème." Une humilité non feinte, qui n’en semble pas moins une des leçons de la saison dernière…

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés