Icon Sport

Pro D2 - Rigueur et dévouement pour Béziers

Rigueur et dévouement pour Béziers

Le 07/11/2018 à 13:33Mis à jour Le 08/11/2018 à 16:34

PRO D2 - Battus de peu à Vannes, les Biterrois ont concédé leur cinquième défaite en autant de déplacements, mais ont ramené leur premier bonus défensif. Encourageant avant le rendez-vous de vendredi (20h) à Aix-en-Provence, une équipe qui est toujours invaincue dans son antre.

Alors, comment l’ASBH peut-elle enfin s’imposer en dehors de ses terres, afin de prendre confiance avant la réception capitale de Bayonne jeudi ? Réponse en quatre points.

Stop à l’indiscipline !

Le talon d’Achille de Béziers. Quatorze fautes et un carton jaune concédés. A Vannes, les Héraultais ont respecté leur sombre moyenne. Et s’ils ne se responsabiliseront pas individuellement sur ce point en se remettant en question, ils ne ramèneront aucun succès de leurs déplacements. Le centre Maxime Veau, requalifié à Aix-en-Provence après sept matchs de suspension (rouge reçu face à Mont-de-Marsan pour un plaquage dangereux), mais indisponible à cause d’une déchirure survenue mardi à l’entraînement, confirme ce constat : "Depuis le début de saison, la discipline est vraiment notre point faible à l’extérieur. On est agressifs, souvent un peu trop et dans le mauvais sens, et du coup on prend beaucoup de cartons jaunes. Nous avons aussi déjà reçu deux rouges. L’équipe concède entre quinze et vingt pénalités par sortie et c’est impossible de gagner un match en faisant autant de fautes ! Surtout à Aix-en-Provence, où leur buteurs (l’arrière Florent Massip, co-meilleur marqueur de ProD2 avec 125 points et aussi, l’ancien dix de Béziers, Lachie Munro ; NDLR) enquille les coups de pied des quatre coins du terrain." Le coach des avants Rouge et Bleu, David Gérard, partage ce point de vue : "Les erreurs commises sont parfois discutables, mais des fois, elles ne le sont pas du tout. Et quand tu fais quatorze fautes comme à Vannes, t’imposer s’apparente au miracle."

Retrouver une touche conquérante

Autre secteur défaillant en Bretagne : la touche. Méconnaissable, l’alignement biterrois, déjà en difficulté face à Aurillac, a réalisé sa plus mauvaise performance de la saison. Avec sept lancers perdus sur quinze, il a à peine conservé plus de 50% de ses munitions et a donc évolué très loin de ses standards habituels.

En effet, malgré sa reconstruction cet été après les départs de sauteurs références (Bourdeau, Ramoneda, Lokotui…), la touche héraultaise réussissait jusqu’alors un bon début de saison (85% de réussite sur ses lancers et trois ballons volés en moyenne par match).

Pro D2 - Jonathan Best (Beziers)

Pro D2 - Jonathan Best (Beziers)Icon Sport

David Gérard plaide donc pour l’accident de parcours : "Je pense que nous avons eu un manque de repères. Il y a eu pas mal de changements de “talons” ces derniers temps et aussi un grand turnover dans l’alignement. Je pense également qu’on a manqué d’intelligence dans les choix, car il y avait des positions ouvertes mais nous recherchons la difficulté en permanence. (…) Pour moi, je pense que cela va être un épiphénomène, puisque nous étions bien en place dans ce secteur en attaque comme en défense. Face à Aurillac, les deux équipes ont été gênées par le vent et à Vannes, nous sommes tombés sur plus performant que nous. Ce jour-là, on a aussi fait toutes les erreurs possibles en touche sur un même match !"

L’ASBH doit donc réaffirmer sa maîtrise des airs face au Parc, afin de retrouver sa base prioritaire de lancements de jeu et d’utiliser ainsi une de ses armes fatales, les mauls. "Aix a une bonne touche, avec des garçons qui se connaissent bien. Devant, il y a pas de mecs qui jouaient déjà ensemble avant la montée et qui sont bons dans ce secteur. En plus, avec le mauvais temps qui risque d’être au rendez-vous, la conquête directe va être primordiale. J’espère donc qu’on va revenir à des basiques plus cohérents sur le terrain", ajoute-t-il.

Conserver l’assise défensive

En parlant de “basiques”, Béziers devra réitérer vendredi ses belles prestations défensives réalisées depuis plusieurs semaines. Maxime Veau développe : "Pour l’instant, dans notre situation à l’extérieur où nous avons gagné aucun match, je pense que l’équipe doit vraiment se resserrer autour de sa défense. C’est la base en déplacement, avec la conquête et la réussite de ton buteur. A nous de respecter ce stricte minimum pour espérer l’emporter à Aix, une équipe qui est très joueuse à domicile. A nous d’être à la hauteur dans ce secteur pour l’emporter."

Pro D2 - Charly Trussardi (Béziers)

Pro D2 - Charly Trussardi (Béziers)Icon Sport

Et ce dès l’entame, afin de ne plus se lancer dans une course à handicapes comme à Colomiers par exemple. "On a eu du mal à rentrer dans nos rencontres à l’extérieur cette saison, surtout sur les deux derniers déplacements avant Vannes. L’équipe essayera donc de gommer cette “faiblesse” vendredi, qui fait que nous sommes souvent largués au score à la mi-temps. Et même si on remonte en seconde période on part de trop loin. A nous de réussir notre entame pour rester proches de nos adversaires au tableau d’affichage afin de les embêter le plus possible. On devra vite les faire tomber pour les arrêter, en essayant ensuite de tenir au maximum la balle", ajoute le deuxième ligne Benjamin Desroche.

Jouez messieurs !

Tenir le ballon et multiplier les temps de jeu, afin de développer ce rugby offensif souvent montré à la Méditerranée, mais encore jamais vu à l’extérieur cette saison. L’entraîneur des avants explique : "Pour l’instant, on n’a pas eu le bon rebond lors de nos déplacements ou le petit truc qui aurait permis à l’équipe de basculer positivement. Il nous faut aussi un petit coup de pouce du destin pour qu’on s’impose. A l’extérieur, une défense bien en place qui ne recule pas comme à Vannes est une bonne base pour triompher. Mais il ne faut pas que ça. J’espère donc qu’on va jouer sans trop réfléchir. Il faut attaquer et imposer notre rugby, car je ne pense pas que le groupe soit capable de jouer petit bras…"

Jouer pour décrocher ce graal derrière lequel l’ASBH court depuis le début d’année. Et trouver ainsi enfin ce déclic, précieux sur le plan comptable pour ne pas se faire décrocher par les six premiers (Carcassonne a cinq longueurs d’avance). Et vital sur le plan mental afin d’aborder le choc de jeudi prochain à la Méditerranée face à Bayonne, avec (un peu) moins de pression.

"Il y a le côté points décrochés et classement, mais je pense qu’on a avant tout besoin de ce succès à l’extérieur pour notre confiance. On bosse pas mal et si nous voulons un jour “péter” cette chape de plomb qu’on a au pied avant chaque réception, qui est liée à notre peur de perdre à la maison suite à nos contreperformances à l’extérieur, il faut ramener des points d’Aix. Car cela peut vraiment nous faire changer et nous redonner de l’assurance. Mais nous allons à un endroit pas facile ou personne n’a gagné. Ça s’annonce très difficile, face à un adversaire qui joue beaucoup et qui est très bien en place. A nous de répondre présent sur tous les secteurs clés cités", conclut David Gérard.

Contenus sponsorisés
0
0