Icon Sport

Rachat de Béziers : Bouscatel reçu ce mardi matin en mairie

Rachat de Béziers : Bouscatel reçu ce mardi matin en mairie
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 23/06/2020 à 10:03Mis à jour Le 23/06/2020 à 14:23

PRO D2 - Coup théâtre dans le dossier biterrois. Alors que des investisseurs émirati, représentés par Christophe Dominici, étaient en pourparlers depuis plusieurs semaines pour reprendre le club et monter un projet ambitieux, un contre projet incluant René Bouscatel pourrait finalement emporter la mise !

Le contre-projet biterrois, emmené par René Bouscatel et révélé ce lundi par Rugbyrama, était donc tout sauf une chimère. Alors que les dirigeants de l'ASBH, en grandes difficultés financières (un déficit estimé à 5 millions d'euros pour cet exercice 2019-2020) avaient engagé des pourparlers depuis plusieurs semaines avec des investisseurs Emirati représentés en France par Christophe Dominici pour la reprise du club, un autre projet se montait, dans l'ombre. Lequel pourrait rapidement aboutir et couper l'herbe sous le pied au projet "Dominici".

Lundi soir, les acteurs de ce "contre-projet" étaient réunis à Béziers, pour un dîner de veillée d'armes, en ville. Autour de la table, Pierre-Louis Angelotti, promoteur local actuel actionnaire du club ; Michel Aimes, assureur réputé de la cité héraultaise ; Pierre-Olivier Valaize, actuel co-président de l'ASBH ; et donc René Bouscatel, ancien président du Stade toulousain et toujours membre du comité directeur de la LNR.

Ce groupement s'était mis en quête, depuis deux semaines, de réunir des investisseurs pour combler les dettes et proposer un projet de relance au club héraultais, sans en passer par la vente du club aux Emirati. Et leur dossier tient désormais la corde.

Selon nos informations, ce groupement est actuellement reçu, ce mardi matin, en mairie de Béziers par Robert Ménard, qui suit ce dossier de près depuis le départ. "Leur projet inclut les actuels actionnaires du club. S'ils ont réussi à réunir, en dix jours, les fonds nécessaires pour combler les trous, ils garderont la main et resteront en place" confie un proche du dossier. "C'est du droit privé, personne ne pourra les forcer à vendre. Et le projet Dominici ne verra jamais le jour à Béziers." Une tendance qui, ces dernières heures, a pris sérieusement de l'épaisseur.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés