Icon Sport

Oyonnax : Un dernier combat avant d’aller chercher une ceinture

Oyonnax : Un dernier combat avant d’aller chercher une ceinture

Le 17/05/2019 à 18:51

PRO D2 - Les Oyonnaxiens sont là où ils voulaient être, dans cette position de demi-finaliste devant leur public pour ainsi valider un billet pour la finale de Pro D2. Le plan de route est clair, Bayonne se présente sur le chemin, et Oyo ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin.

Dès la reprise de l’entrainement l’été dernier, le staff oyonnaxien a fait le choix d’associer son projet sur la boxe, stimulant le groupe à la fois sur le plan mental avec des recherches sur des boxeurs et le sens moderne du noble art, et sur le plan physique avec des ateliers donnant du corps. Nul doute que la philosophie prend davantage de sens alors qu’il reste un dernier combat à disputer pour Oyo sur ses terres, ultime étape avant l’éventuelle ceinture. "On n’est pas encore dans le bus pour aller à Pau", prévient Valentin Ursache avant ce duel qui ne laisse plus le droit à l’erreur, au risque du KO. Des erreurs ont été commises cette saison, certes, mais pour le troisième ligne "ce qui compte c’est comment rattraper le coup."

Car même en ayant parfois eu un genou à terre, les Oyomen ont jusqu’à présent su relever le menton durant ce parcours qui les mène à cette demi-finale attendue et ambitionnée. "C’est l’histoire de notre saison. À chaque fois que l’on a perdu, on s’est rattrapé le coup d’après", insiste Roï Hansell-Pune qui fait référence aux défaites à Mathon face à Biarritz et Brive, suivies de succès à Carcassonne et Soyaux-Angoulême. Le contexte d’une phase finale, ce groupe encore composé de revanchards en a l’habitude du fait qu’il lui a souvent fallu gagner pour repousser l’échéance durant la seconde moitié de la précédente saison. "On ne veut pas revivre la même situation et beaucoup ont encore ça en tête", poursuit le centre.

Frapper d’entrée pour ne pas douter en gardant une identité

L’ambition est affichée, et la stratégie claire alors que les joueurs ont eu connaissance très tôt de la composition. Cette saison, la double confrontation face à l’Aviron s’est soldée par un succès partout, avec à chaque fois le bonus défensif pour le perdant. Adrien Buononato attend donc de ses hommes qu’ils soignent leur entrée en scène, prenant ainsi référence sur les deux barrages. "Il se trouve que les équipes qui ont gagné sont celles qui ont tapé en premier. Quand le gong a sonné, elles sont sorties du coin pour aller frapper les premières, analyse l’entraineur avant de confesser que la saison de ses troupes permet souvent de constater la chose suivante : On attend de prendre une gifle pour se réveiller un petit peu."

" C’est le moment de tenter des choses et de prendre des risques "

Tache donc aux Oyomen de ne pas prendre cette gifle ou que celle-ci ne laisse pas trop de trace car les chiffres montrent que de toute la Pro D2, Oyonnax est l’équipe qui encaisse le plus de points durant les 20 premières minutes ! Avant d’être celle qui en inscrit le plus une fois ce cap dépassé… L’intensité promet d’être haute juste après la cloche, et Oyo va capitaliser sur son ADN. Le technicien promet quelques surprises puisque "c’est le monter de tenter des choses et de prendre des risques car il faut qu’il se passe quelque chose dans une histoire, mais Adrien Buononato reste mesuré. On va rester sur ce qui nous a amené à cette place de second. On a parfois essayé de faire différemment et on ne sait pas faire."

La pression, quelle pression ?

Les Haut-Bugistes veulent dégager de la confiance avant ce rendez-vous pour lequel ils ont eu une semaine en plus de préparation, assurant qu’ils ont appris de leurs erreurs passées. "On a parlé de tout le boulot que l’on a fait depuis dix mois pour ces 80 minutes à la maison. C’est ce que l’on recherchait et c’est ce qui arrive", assure Roï Hansell-Pune quand son capitaine Valentin Ursache explique que "les détails vont faire gagner le match. On est focalisé sur ça." Alors de là à dire que la pression est quand même plus sur Oyonnax, comme l’affirme l’entraineur des avants bayonnais Joël Rey ? "Ça me fait rire les gens qui parlent des autres. Qu’il parle de lui, de sa pression mais pas de la mienne. Il a la pression qu’il veut, il ne sait pas celle que j’ai. Tout le monde se rassure comme il veut. Je prépare mon match avec mon équipe", répond Adrien Buononato pour qui ce sera tout de même la der’ à Mathon.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0