Icon Sport

Pro D2 - Oyonnax : rester d’attaque, à nouveau réussir à l’export

Oyonnax : rester d’attaque, à nouveau réussir à l’export

Le 26/02/2019 à 14:23

PRO D2 - Les Oyomen pratiquent l’un des joueurs les plus enthousiasmants de la Pro D2, porté sur l’offensive, mais ils manquent à nouveau de constance dans leurs performances à l’extérieur. Le déplacement à Montauban, pour cette fin de bloc, doit marquer un sursaut.

Bon, il y a eu ce couac à Vannes au lendemain de la Saint-Valentin. Comme fâché avec sa force offensive, Oyonnax venait de terminer son premier match de la saison sans avoir marqué le moindre essai. Mais l’idylle est repartie de plus belle dès le week-end suivant avec un dixième succès à Mathon, le septième bonifié. Cette scène de ménage en Bretagne, "il faut la garder en tête parce qu’il ne faut pas la réitérer. On essaie de l’oublier sur beaucoup de choses mais pas non plus tout effacer pour pouvoir justement progresser sur ce qui n’a pas fonctionné. C’était un accident", pardonné, commente l’arrière Quentin Etienne.

Meilleure attaque, Oyo tourne à une moyenne de 27 points et 3 essais par match. Voilà sa principale force. D’autant que sa palette s’élargie chaque week-end. Alors qu’il n’y avait eu que deux essais sur ballons portés depuis le début de saison, deux de plus ont été marqués face à Carcassonne, à chaque fois par Didier Tison, auteur d’un triplé en ajoutant un départ derrière une mêlée. "On a passé une semaine compliquée parce que l’on s’était lâché à Vannes, et l’on a fait un gros focus sur nous, sur la mêlée et la touche. C’était le plan. On voit que lorsque l’on travaille quelque chose, cela marche", confesse le troisième ligne.

" On a besoin de retrouver une énergie en déplacement "

L’on peut dire que les Oyonnaxiens donnent le sentiment d’être encore en progrès, bien qu’ils ne soient pas à l’abri d’écarts. Adrien Buononato avait fait le choix de renouveler la même ligne de trois-quarts entre Vannes et Carcassonne, une manière de "cultiver le droit à l’erreur. Tout le monde a le droit de se tromper et la semaine d’après, il a l’occasion de se rattraper. C’est important de garder tout le monde concerné et de ne surtout pas tuer l’initiative. Si on sort le joueur parce qu’il ne fait pas un très bon match, on le met dans une pression qui ne lui permet pas de se libérer. Il faut de l’enthousiasme et une petite euphorie."

De la fraicheur par la même occasion, tandis que les solutions commencent à manquer en deuxième et troisième lignes. Bien qu’il performe, l’alignement est quant à lui privé de certains cadres. Et pour revenir à l’aspect offensif, les ailiers Dug Codjo (21 titularisations) et Tim Giresse (17 titularisations) enchainent. "C’est un poste où l’on a peu de richesses. On aimerait avoir ce confort de les faire souffler. Après ils ne sont pas blasés, ils prennent du plaisir sur le terrain, ils ont la gagne en eux et cette espère de hargne. J’aime bien voir leurs attitudes quand il y a un coup à jouer et que l’on ne joue pas bien", apprécie leur entraineur.

Pro D2 - Adrien Buononato (Coach d'Oyonnax)

Pro D2 - Adrien Buononato (Coach d'Oyonnax)Icon Sport

Alors que se profile un déplacement dès jeudi à Montauban, Oyonnax va tacher de retrouver de la fraicheur et la gagne hors de l’Ain. Cela ne lui est plus arrivé depuis le 9 décembre, avec une série en cours de trois revers. Ce serait en plus une occasion de mettre une pression sur les concurrents. Pour ce faire, "on a besoin de retrouver une énergie en déplacement, de jouer les matches pour aller chercher quelque chose. C’est peut-être cela qu’il nous a manqué à Vannes et je le prends pour moi. Je n’ai pas dû être assez clair. Je serai beaucoup plus clair sur le projet du déplacement à Montauban", prévient d’ailleurs Adrien Buononato.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0