Rugbyrama

L’Usap rassurée, enfin lancée ?

L’Usap rassurée, enfin lancée ?

Le 10/10/2019 à 18:30Mis à jour

PRO D2 - Vainqueurs de Soyaux-Angoulême (48-10), dimanche dernier, les Catalans ont enfin réalisé un match plein. Mais pour lancer définitivement leur saison, les Sang et Or doivent décrocher une première victoire à l’extérieur. À Aurillac, terre hostile ?

Quarante-huit points, sept essais inscrits, un festival offensif et un match pleinement abouti à Aimé-Giral... Voilà près d’un an et demi que Perpignan n’avait plus offert à son public un succès d’une telle ampleur. Bonne pour la confiance, essentielle pour le classement, cette victoire bonifiée de l’Usap face à Soyaux-Angoulême, dimanche dernier, semble être intervenue au meilleur des moments, pour un club catalan dans la difficulté et l’inconnu depuis son retour en Pro D2.

Enfin rassurés, les Sang et Or doivent désormais enchaîner pour définitivement lancer leur saison. Mais alors qu’ils n’ont toujours pas enregistré deux victoires consécutives, les protégés de Patrick Arlettaz vont devoir faire face à un tout autre défi : gagner à l’extérieur. Tout sauf une mince affaire.

" Il faut d’abord répondre sur cette agressivité. S’il n’y a pas cet ingrédient, c’est sur qu’on ne peut rien faire à l’extérieur" - Charles Géli "

D’autant qu’après trois désillusions successives en déplacement, à Provence Rugby (25-10), Carcassonne (24-22) et Rouen (12-10), l’Usap se veut humble et tente de se recentrer sur les bases du rugby. Un impératif pour espérer bien voyager. "C’est bien de gagner à domicile, c’est ce qu’on attend quand même. C’est bien de prendre les points de bonus, mais bien sûr, il faut aller chercher quelques victoires à l’extérieur. Pour l’instant, ça ne nous a pas trop réussi. On va essayer de mettre les ingrédients qu’il faut pour construire un bon match, et après on verra bien, confirme Charles Géli. Tout le monde nous attend, on l’a vu à Rouen. On nous impose beaucoup de combat, et si nous on n’est pas là-dedans et que l’on ne propose pas ça, ça se voit sur le résultat. Il faut d’abord répondre sur cette agressivité. S’il n’y a pas cet ingrédient, c’est sur qu’on ne peut rien faire à l’extérieur ", poursuit le talonneur catalan.

Charles Géli - USAP

Charles Géli - USAPIcon Sport

Un discours partagé par l’entraîneur des avants Perry Freshwater : "On a été très déçu par notre début de saison, tous. Et on a fait une très bonne performance contre Soyaux-Angoulême, et il faut garder les mêmes ingrédients désormais". Le technicien anglais ne fait pas dans la demi-mesure. Il appelle, lui aussi, à la plus grande humilité avant de se rendre à Aurillac.

"ll faut rester humble. Je sais que l’on est tous habillé en Adidas. C’est très bien. Je sais que l’on porte tous le blason de l’Usap. C’est très bien aussi. Mais les équipes en face, elles veulent nous crever et nous battre. Surtout chez eux. Et donc il faut que l’on soit au courant, il faut que l’on soit humble, prêt à se battre dans les rucks, etc… C’est toujours les mêmes mots qui ressortent, mais c’est l’essence du rugby", conclut-il, entre justesse et ironie.

À Aurillac, Perpignan n’y arrive pas

Et de l’humilité, les Catalans seront forcés d’en avoir dans le Cantal ce vendredi. Depuis sa première relégation dans l’antichambre de l’élite du rugby français, en 2014, l’Usap ne s’est jamais imposée à Aurillac, en quatre déplacements. Pire encore, les Sang et Or ont presque toujours essuyé de larges défaites sur la pelouse de Jean-Alric (38-18 ; 42-13 ; 19-6 ; 52-14). "Cela fait trois, quatre ans que l’on se déplace à Aurillac, et je n’ai jamais gagné là-bas. On a pris cher, souvent. J’ai demandé aux joueurs de ne pas regarder le classement. Aurillac n’est pas à sa place. Ça va être un très bon test", assure Perry Freshwater.

PRO D2 - Perry Freshwater (Perpignan) face à Bordeaux

PRO D2 - Perry Freshwater (Perpignan) face à BordeauxIcon Sport

"C’est un stade compliqué, on est au courant. On sait que l’on va être bien reçu", assure lui Sadek Deghmache, titulaire en l’absence de Tom Écochard. "C’est une équipe qui joue. On a bien analysé leurs caractéristiques, que ce soit en attaque comme en défense. Une formation qui aime jouer et qui propose beaucoup de choses, qui défend très bien. On sait qu’on va avoir affaire à une belle équipe", poursuit le demi-de-mêlée.

"Aurillac, c’est un bon pack. Ça fait quelques années qu’ils jouent en deuxième division et on sait comment ça se passe là-bas. C’est à peu près tout le temps pareil. C’est du gros combat, une grosse mêlée… C’est à nous à répondre présents", prévient de son côté Charles Géli. La confiance et le déclic en plus, l’Usap espère, désormais, ne plus jouer aux montagnes russes.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0