Icon Sport

Le Stade Montois doit faire sa révolte

Le Stade Montois doit faire sa révolte

Le 26/08/2019 à 18:42Mis à jour Le 26/08/2019 à 18:43

PRO D2 - Battus sèchement par Provence Rugby (12-42) lors de la 1ère journée de Pro D2, les joueurs landais se retrouvent fragilisés d’entrée à Guy-Boniface. Une situation quasi-inédite avant leur premier déplacement à Colomiers.

"Pour le coup, je suis bien baptisé". Pour sa première "officielle" à Guy-Boniface, David Darricarrère, le nouvel entraîneur des trois-quarts montois, ne s’attendait pas à un si « pauvre match » notamment dans la discipline à l’image du carton rouge pour Carlos Muzzio (9e). "On ne pourra pas faire quelque chose cette saison si on prend autant de pénalités pour des gestes complètement bêtes. Déjà que ça se savait mais ça va se savoir encore plus que l’on est très indisciplinés». Depuis cinq ans, le Stade Montois a toujours été au rendez-vous des phases finales notamment grâce à une quasi invincibilité à Guy-Boniface (7 défaites seulement). Et même s’il y avait des frayeurs, le réveil arrivait toujours à temps. Pas cette fois…

Impuissants

Pour la première fois depuis mars 2017, le club landais n’a pas marqué un seul essai chez lui. Pourtant, avec trois matchs de préparation encourageants face à des écuries du Top 14 (Pau, Agen et Castres), David Darricarrère attendait son équipe dans la vitesse et le déplacement mais c’est dans le jeu au sol que tout s’est joué. "On est retombé dans la réalité faite de mêlées, de touches, de rucks, de pénalités et finalement, très très peu de jeu. 13 minutes de temps de jeu effectif, c’est pitoyable, il faut que l’on bouge plus pour mettre de la vitesse".

Pro D2 - Mont de Marsan

Pro D2 - Mont de MarsanIcon Sport

Si le piège aixois a marché comme en janvier dernier, cette fois-ci, les joueurs montois sont donc clairement apparus « sans solution » comme lors de leur cuisante défaite à Vannes en barrage la saison dernière (50-10). Leur vent de révolte attendu dans ce début de championnat est donc vite retombé soit l’aveu d’une page pas complètement tournée ? Difficile de répondre pour le nouveau technicien landais qui a pourtant vécu une intersaison prometteuse. "C’est sûr que je n’ai pas trouvé une équipe révoltée ou juste par séquence, analyse-t-il. Mais tout le monde vit bien, a le sourire et c’est ce que je leur ai dit : c’est pendant 80 minutes chaque week-end qu’il faut montrer ces valeurs-là".

À Colomiers avec un devoir de rachat

Pas le temps de digérer ce douloureux revers que les coéquipiers de Julien Tastet vont devoir se projeter vers un nouveau gros morceau : Colomiers. Des Haut-Garonnais qui ont impressionné en croquant l’ancien pensionnaire grenoblois du Top 14 (20-23) au stade des Alpes. Mené à la pause (20-3), l’USco a fait craquer le FCG dans le deuxième acte avec deux essais au finish. Le voyage à Michel-Bendichou s’annonce donc très périlleux pour des Montois prévenus. "Ce sera la même recette tous les week-ends y compris à Colomiers. Il faut que l’on soit beaucoup plus costauds, plus solidaires et plus précis car ce championnat est très long. Il demande aussi des vertus techniques comme d’engagement surtout dans les rucks donc on va travailler et baisser le cigare car il faut que cela change vite". Le décor est posé.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0