Icon Sport

Le nouveau défi de Selponi

Le nouveau défi de Selponi

Le 12/07/2019 à 12:03Mis à jour Le 12/07/2019 à 12:10

PRO D2 - Après quatre saisons passées à Perpignan, Enzo Selponi a rejoint Grenoble cet été en compagnie de son cousin Éric Escande dont il est très proche. Après un dernier exercice convaincant à l’Usap, où il aurait aimé être davantage utilisé à l’ouverture, l’Héraultais veut poursuivre sur sa lancée cette année et aider le FCG à retrouver le Top 14.

Dans la saison cauchemardesque qu’a vécue Perpignan, Enzo Selponi a su tirer son épingle du jeu. Sa performance à Montpellier, le 16 février dernier, avait notamment marqué les esprits. Auteur d’un 100 % au pied (82,3 % sur la saison) pour un total de 23 points, il avait permis à l’Usap de décrocher sa première victoire (10-28) en Top 14. Pour la quatrième fois seulement lors de ce championnat 2018-2019, Selponi jouait à l’ouverture, son poste de prédilection, après avoir fini par pousser sur le banc l’ex-international irlandais Paddy Jackson. "En début de saison, avec son arrivée, je n’ai pas eu trop ma chance en numéro dix. Patrick Arlettaz m’a aligné plus en numéro quinze. Je lui ai fait part de mon ressenti. À la suite de ça, il m’a dit qu’il allait le faire enchaîner jusqu’à la fin des matchs aller maximum. Moi, ça m’a déplu", raconte l’Héraultais.

" C’est un joueur qui aime attaquer la ligne, peser sur les défenses"

Un départ au terme de sa quatrième saison en Catalogne est dans les tuyaux. Stéphane Glas, qui l’avait déjà entraîné à Montpellier de 2013 à 2015, le sollicite alors pour rejoindre Grenoble. "On avait des bons ouvreurs mais il fallait essayer d’élever la qualité de jeu et on trouvait qu’avec Enzo on avait le bon profil, explique l’entraîneur en chef du FCG. C’est un joueur qui aime attaquer la ligne, peser sur les défenses, décrit-il. Il est capable de faire des différences individuelles par ses courses, ses appuis, son sens du jeu et ainsi mettre l’équipe dans l’avancée. Il sait aussi bien la faire jouer en gardant de la vitesse de ligne parce qu’il va vite en jambes et en bras. Par ces qualités-là, ça peut être intéressant pour nous."

Top 14 - Enzo Selponi (Perpignan) félicité par Johnathan Bousquet lors de la victoire de l'Usap à Montpellier (crédit photo : @zebulon)

Top 14 - Enzo Selponi (Perpignan) félicité par Johnathan Bousquet lors de la victoire de l'Usap à Montpellier (crédit photo : @zebulon)Other Agency

Au-delà du rugby produit par Grenoble en Pro D2 et en Top 14 ainsi que du projet de jeu présenté, Enzo Selponi a été séduit par la perspective d’évoluer de nouveau avec son cousin Éric Escande, avec qui il avait été formé à Jacou puis à Montpellier, où il a effectué ses débuts professionnels en 2013. Le FCG était en effet aussi intéressé par le demi de mêlée du RCT que Stéphane Glas avait également connu au MHR. "(Avec Éric, Ndlr) on s’est toujours suivis jusqu’à ce que lui parte à Toulon (en 2014) et moi à l’Usap (en 2015), explique Selponi. J’ai grandi avec lui. Pour moi Éric, c’est comme un frère", confie-t-il.

Escande et Selponi s’engagent au FCG, pour respectivement trois et deux saisons, à la suite de la victoire contre Montpellier (17-16) le 22 décembre. Grenoble est alors plutôt bien placé dans la course au maintien avec deux points d’avance sur le barragiste Agen. C’était avant de connaître une période de disette de plus de trois mois.

" Quand j’ai un engagement, je le respecte à fond. Je n’ai qu’une parole. Je me donnerai à 100 % pour Grenoble"

Les cousins avaient signé pour continuer à jouer en élite, ils se retrouvent finalement en Pro D2, le FCG n’étant pas parvenu à se sauver. "On sort un peu frustrés de notre signature mais pas mécontents parce que c’est une belle aventure qui nous attend. On est satisfaits quand même", indique l’ancien Perpignanais qui, comme Escande, n’est donc pas revenu sur son engagement. "Non, quand j’ai un engagement, je le respecte à fond. Je n’ai qu’une parole. Maintenant, je me donnerai à 100 % pour Grenoble." Un FCG qu’il a commencé à découvrir depuis le 1er juillet et où il suscite une forte attente puisqu’aucun ouvreur ne s’était imposé la saison dernière. "Les supporters m’ont fait savoir quand je les ai croisés ou via les réseaux sociaux qu’ils attendaient beaucoup de moi. Ça fait partie (de la carrière) d’un sportif de haut niveau d’avoir un peu de stress supplémentaire par rapport au public et moi, ça me va me stimuler, j’espère."

Pro D2 - Enzo Selponi et Steeve Blanc - Mappaz sur les rameurs - (Crédit photo : Laurent Génin)

Pro D2 - Enzo Selponi et Steeve Blanc - Mappaz sur les rameurs - (Crédit photo : Laurent Génin)Midi Olympique

Enzo Selponi sera en concurrence avec Franck Pourteau et le jeune Corentin Glenat. "J’espère bien sûr être numéro un, après c’est sur le terrain que ça va se jouer et pourquoi pas enchaîner." "Sur les années qu’il a passées à Perpignan, avec l’expérience, il est monté en qualité, note Stéphane Glas. Aujourd’hui, on sent qu’il est à maturité."

Les phases finales : la "priorité", pas la finalité

En rejoignant Grenoble, l’ouvreur s’est lancé un nouveau challenge. "Quand tu changes d’équipe, tu n’as plus tes repères, tes bases, comme je les avais à l’Usap. J’ai envie de montrer au public, aux joueurs de Grenoble que je suis prêt à relever le défi, à pouvoir les aider à aller de l’avant et à retrouver le Top 14."

L’objectif est clairement affiché par le joueur quand les dirigeants grenoblois avaient évoqué la qualification lors de leur conférence de presse de présaison."J’ai envie de rejouer en Top 14. Dans ma tête et je sais que pour mon cousin c’est la même chose, notre objectif sera de faire remonter le club. La priorité est d’être dans les six premiers pour faire les phases finales. Ce n’est pas fait ", prévient toutefois l’ouvreur. Perpignan, Nevers, Oyonnax, Mont-de-Marsan, Biarritz, Béziers, Angoulême voire un invité surprise comme Vannes la saison dernière, la concurrence promet d’être rude dans ce Pro D2. À Selponi et au FCG de soigner déjà leur entrée face à Colomiers le 23 août. Une première journée qu’Escande pourrait, lui, manquer. Opéré d’une cheville en fin de saison dernière, le demi de mêlée poursuit actuellement un travail de réathlétisation.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0