Icon Sport

Le BOPB va-t-il mourir le 3 mars prochain ?

Le BOPB va-t-il mourir le 3 mars prochain ?
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 17/01/2020 à 22:42Mis à jour Le 17/01/2020 à 22:43

PRO D2 - Cette fin de semaine, les actionnaires du BOPB ont tous reçu à leur domicile un courrier alarmant. L'assemblée générale du 3 mars prochain va-t-elle entraîner la dissolution pure et simple du club basque ? C'est en tout cas ce que préconise, en conclusion de cette missive, le directoire du Biarritz olympique...

Ce vendredi, les cinquante actionnaires du club biarrot ont reçu dans leur boîte aux lettres un sulfureux courrier. Au sein de celui-ci, les soutiens financiers du BOPB sont en effet informés du fait que se tiendra le 3 mars prochain, dans l'un des salons du stade Aguilera, une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle se jouera le sort du club basque. La lettre, signée de la main du président Jean-Baptiste Aldigé et dont nous nous sommes procurés un exemplaire, mentionne l'ordre du jour de l'AG en des termes très clairs : "Décision à prendre dans le cadre des dispositions de l'article L225-248 du Code du Commerce ; en cas de dissolution de la société, désignation d'un liquidateur judiciaire et détermination de ses pouvoirs et obligations".

La deuxième partie du courrier, intitulée "Rapport du Directoire", va même plus loin. "Nous vous rappelons que le dernier exercice s'est soldé par une perte de 2 901 620 millions d'euros qui a eu pour effet de ramener le montant des capitaux propres à un montant inférieur à celui de la moitié du capital social. En pareil cas, le Code du Commerce prévoit que les actionnaires doivent décider, dans les quatre mois suivant l'approbation des comptes ayant fait apparaître cette perte, s'il y a lieu à dissolution anticipée de la société."

En conclusion de la missive, le directoire du BOPB va même jusqu'à "préconiser" à ses actionnaires de "décider de la dissolution de la société" Biarritz olympique pays basque, une décision qui serait alors suivie de la désignation d'un liquidateur judiciaire (Jean-Baptiste Aldigé) chargé de solder les comptes. Alors, la menace est-elle réelle ? Ou s'agit-il simplement, pour les patrons du BOPB, d'un ultime moyen de faire pression sur la mairie de Biarritz, laquelle refuse encore de délivrer un permis de construire à des investisseurs (la famille Gave) souhaitant aménager sur fonds privés le complexe sportif d'Aguilera ?

D'un côté, le dialogue semble rompu entre les élus biarrots et les dirigeants du BOPB. De l'autre, le directoire de la SASP, qui préconise ladite dissolution et représente à lui-seul 90 % des parts du club, l'emporterait nécessairement le jour du vote, le pouvoir des autres actionnaires étant ici anecdotique. Qu'on le veuille ou non, le Biarritz olympique, champion de France en 2002, 2005 et 2006, n'a donc jamais été aussi près de disparaître...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés