Icon Sport

Pro D2 - La der de Laussucq, l’année des Montois ?

La der de Laussucq, l’année des Montois ?

Le 11/09/2018 à 14:05Mis à jour Le 11/09/2018 à 14:14

PRO D2 – Malgré l’annonce surprise du départ de Christophe Laussucq à l’issue de la saison en direction d’Agen, le Stade Montois est leader du championnat et invaincu après un premier bloc quasi-parfait.

" C’est au-delà de nos attentes ". Le président montois Jean-Robert Cazeaux n’avait pas prévu ces deux victoires bonifiées à Guy-Boniface, ce nul à Jean-Dauger et ce succès à Sapiac. Même s’il martèle "qu’il ne faut pas s’enflammer après quatre matches", cette invincibilité préservée à la maison comme à l’extérieur est aussi un bon indicateur pour l’entraîneur des avants David Auradou. "Les joueurs ont pris conscience que l’an dernier, on a réussi de très beaux matches à domicile avec des bonus plus d’une fois sur deux mais qu’on manquait de constance à l’extérieur, analyse-t-il. Comme quoi, c’est vraiment un paramètre de confiance qui fait la différence aujourd’hui et c’est très intéressant pour la suite". La suite ? À court terme, ce sont les 26 journées de championnat qu’il reste à disputer et jusque-là "tous les voyants sont au vert". En revanche, pour ce qui est du moyen et du long terme, le club a une préoccupation majeure : remplacer Christophe Laussucq.

" Mon souhait premier est de rester au Stade Montois "

Depuis cinq ans, le duo "Bibi et Kiki" rayonne en PRO D2 avec des résultats d’une impressionnante régularité : trois demi-finales consécutives ainsi qu’une finale en 2015. Mais pour David Auradou ce départ est pleinement compréhensible. "Cela fait six ans qu’il donne tout ce qu’il peut à ce club, il est montois de cœur et là il a l’opportunité de rebondir dans un club un peu plus huppé, c’est un choix sportif, concède-t-il. L’important maintenant c’est que l’on continue cette saison sur nos bons principes et on est en train de faire une table ronde avec le président pour savoir les options que l’on a pour la saison prochaine".

Si le timing peut choquer certains, il a quelque part l’avantage de laisser du temps au SMR de former un nouveau staff mais avec ou sans David Auradou ? "Aujourd’hui ce n’est pas acté mais mon souhait premier est de rester au Stade Montois pour des raisons sportives et familiales, avoue l’intéressé. Cette équipe on l’a construite à notre goût, on apprécie énormément tous les joueurs donc moi j’ai envie de continuer l’aventure car je pense qu’il y a un projet qui n’est pas fini." Et si c’était le moment que chacun vole de ses propres ailes ? L’avenir de l’un est scellé, pas celui de l’autre, même si le club a quelques certitudes sur son avenir.

" Pas du tout l’intention de repartir à zéro "

À l’image du Stade Montois, Jean-Robert Cazeaux n’est pas du genre à tout chambouler. "Pour moi, cela ne sert à rien d’aller chercher à l’extérieur ce que l’on a de bien chez soi donc il faut travailler dans cette continuité et trouver la bonne équation, explique-t-il. À partir du moment où David a exprimé sa volonté de continuer, on va essayer d’y arriver ensemble mais on est encore en train de faire la composition". La réception des candidatures est déjà faite et si le nom de l’un des entraîneurs des U20 champions du monde, David Darricarrère, circule avec insistance, ceux de Christophe Hamacek et Nicolas Cabannes (le frère aîné) reviennent aussi.

Une seule chose est sûre pour le président landais : "On ne va pas trop tarder et je n’ai pas du tout l’intention de repartir à zéro". L’heure est donc à la consultation des profils avec les joueurs et le staff afin de trouver un équilibre qui conviendra au plus grand nombre. "Je ne suis pas inquiet parce qu’on a un projet qui est bien en place, avec la formation montoise et dans une structure cohérente, rassure Jean-Robert Cazeaux. On va juste adapter les personnes et c’est sûr que la capacité à s’intégrer dans ce qui a été fait va être importante dans le choix de ou des hommes".

Jean Robert Cazeaux (Président de Mont de Marsan)

Jean Robert Cazeaux (Président de Mont de Marsan)Icon Sport

Un possible supplément d’âme

Et les joueurs dans tout ça ? Vu les résultats, ils ne semblent pas perturbés outre-mesure par ce départ inattendu. "C’est une surprise, pour certains peut-être un choc mais ce n’est pas non plus un traumatisme, confesse David Auradou. Bien sûr que Christophe prend une place énorme au sein du staff mais les mecs sont pros, ils savent qu’on est tous de passage".

D’ailleurs, le duo de coach ne s’appuiera pas forcément sur cette corde sensible au cours de la saison. En revanche, le président montois espère que ce sera "une motivation supplémentaire" et que Christophe Laussucq regrettera son choix "car il aura fait une très belle année avec nous et nous aura amené au plus haut niveau".

Un point sur lequel il s’accorde avec quelques " anciens" du groupe comme Rémi Talès. Et si la der de Laussucq était aussi l’année des montois ? Réponse dans huit mois…

Contenus sponsorisés
0
0