Icon Sport

L'antisèche : le coeur des Bayonnais a tout emporté !

L'antisèche : le coeur des Bayonnais a tout emporté !
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 26/05/2019 à 16:25Mis à jour Le 26/05/2019 à 16:36

PRO D2 - Moins armés que les Corréziens dans le défi physique, les coéquipiers d'Antoine Battut se sont appuyés sur un courage à toute épreuve et un plan de jeu pertinent pour coiffer le favori sur le fil, remporter le titre de Pro D2 et, in fine, accéder au Top 14. Aupa Baïona !

Hirèche s'en voudra très longtemps...

A la 79 ème minute de jeu, les Bayonnais sont menés d'un point (18-19) mais ont une pénaltouche à jouer dans les 22 mètres brivistes. Le lancer de Maxime Delonca est parfait, le flanker Baptiste Héguy se saisit de la balle et dans la foulée, les avants bayonnais déroulent un maul pénétrant. Alors que celui-ci n'a pas encore vraiment avancé, le capitaine de Brive Saïd Hirèche l'écroule délibérément. L'arbitre, monsieur Descottes, n'hésite pas une seconde et siffle une pénalité en faveur des Basques. Le match est sur le point de basculer...

Bustos-Moyano, c'est le pied de Dieu !

Alors que Monsieur Descottes vient de sanctionner les Brivistes, l'Argentin Martin Bustos-Moyano sait qu'il a au bout du pied la pénalité de la gagne. S'il la réussit, l'Aviron bayonnais reviendra en Top 14, seulement deux ans après l'avoir quitté. S'il la manque, les Basques rejoindront Grenoble dans une semaine pour disputer un match de barrage à déconseiller aux cardiaques. Autour de l'arrière argentin, les 10 000 supporters de l'Aviron bayonnais scandent : "Argentina ! Argentina ! Argentina !" Martin Bustos-Moyano, lui, laisse défiler les ultimes secondes de la rencontre, écoute la sirène retentir, s'élance... et la passe, propulsant le club basque en élite.

"Je n'ai pas pensé que c'était la pénalité de la gagne, expliquait-il au micro de Canal + après la rencontre. Cela aurait été trop lourd à porter. Finalement, j'ai fait comme si je tapais un coup de pied à l'entraînement..." Pour rappel, Martin Bustos-Moyano, sur la Cote basque depuis six saisons, quittera l'Aviron bayonnais cet été.

Pour faire reculer les Brivistes, Bru avait un plan

Il a finalement fallu aux coéquipiers d'Antoine Battut sept pénalités pour remporter cette rencontre, tant les Brivistes furent organisés, solides et disciplinés en défense. On soulignera, malgrè tout, que le travail préparatoire réalisé par Yannick Bru et ses adjoints fut payant au Hameau : en défiant les Brivistes dans l'axe, là où les avants corréziens circulaient finalement peu, les attaquants bayonnais purent créer quelques brèches dans la muraille blanche et noire.

Pas assez pour marquer un essai, certes. Mais suffisamment pour se rapprocher des lignes et offrir à Manuel Ordas, excellent en Béarn, et Martin Bustos-Moyano, animal à sang froid, l'occasion de passer des pénalités et, in fine, envoyer l'Aviron bayonnais en Top 14. Maintenant, le plus dur commence...

La question : Bayonne est-il condamné à une saison galère en Top 14 à l’image de l’USAP cette année ?

Bien entendu, l’Aviron a mérité sa qualification tant ces derniers ont fait preuve de courage tout au long de la saison. Une vaillance parfaitement résumée par cette invraisemblable finale au dénouement incroyable avec cette pénalité de Bustos Moyano après la sirène. Pourtant, cette accession en Top 14 pose évidemment quelques questions, notamment concernant l’effectif du club basque. Jeune et inexpérimenté, l’effectif ciel et blanc paraît encore un peu tendre pour l’échelon supérieur malgré un coeur immense. La saison de l’USAP fait évidemment froid dans le dos et les Bayonnais ne souhaitent pas vivre la même saison cauchemar l’année prochaine. Un important recrutement serait logique sur les bords de la Nive, sans quoi leurs espoirs de maintient seraient rapidement réduits à néant.

Bayonne est-il condamné à une saison galère en Top 14 à l’image de l’USAP cette année ?

Sondage
10943 vote(s)
Oui
Non
Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0