Icon Sport

Destins emmêlés

Destins emmêlés

Le 03/05/2019 à 15:55

PRO D2 - Dimanche à Bourg-en-Bresse, l’ASBH doit décrocher une victoire bonifiée pour se qualifier sans calculer. Tout autre scénario mettrait en danger les Biterrois menacés par Nevers dans la course à la sixième place. Mais face au défi ultime qui les attend, ils veulent d’abord penser au succès avant de se projeter.

"On a fait les comptes comme tout le monde… Et on a vu que si nous arrivions à prendre le bonus offensif dimanche, on était tranquilles. Alors, si l’équipe peut le faire, elle ne va pas s’en priver." L’ouvreur Thibauld Suchier et Reda Wardi connaissent cette réalité. Le pilier poursuit : "Une victoire pourrait suffire (si Nevers ne prend pas le bonus ; ou un scénario positif lors de Vannes vs Mont-de-Marsan, NDLR) Mais pour être certains à 100% d’être qualifiés, nous avons besoin d’une victoire bonifiée. On a tous désormais cet objectif en vue. Il faut vraiment y croire jusqu’au bout. Dans les têtes, on doit se dire qu’on peut le faire !"

Ambitieux, ils sont aussi conscients de la montagne qui se présente devant eux. Le numéro dix poursuit : "Nous n’avons pris que deux bonus offensifs cette saison… Et nos adversaires, qui sont très performants à domicile (deux défaites), doivent eux aussi décrocher un bonus offensif pour espérer se maintenir…"

Pro D2 - Thibauld Suchier (Béziers) contre Vannes

Pro D2 - Thibauld Suchier (Béziers) contre VannesIcon Sport

Si Aurillac prend zéro point à… Nevers ! Le concurrent direct de Béziers dans la lutte pour la sixième place. Tout le monde aura donc quelque chose à jouer dimanche et David Gérard ne souhaite pas entendre parler de bonus pour le moment : "En voyant la complexité de ce qui attend le groupe, l’ampleur du défi, viser le bonus comme ça serait présomptueux. Si durant la rencontre, nous sommes dans l’obligation de prendre le bonus (par rapport aux résultats des autres équipes), on sera alors en mesure de changer notre plan de jeu pour prendre plus de risques. Mais pensons d’abord au succès, car si on ne mène pas au score, l’aventure se terminera quoi qui l’arrive."

Les clés de l’entame et de la stratégie

Mener au score… Un défi, pour une équipe habituée aux entames ratées et souvent menée au tableau d’affichage à la pause cette saison. Le pilier Reda Wardi explique : "La priorité pour nous sera de scorer rapidement pour se faciliter la tâche. Cette saison, nous ne marquons que rarement tôt dans une rencontre et il faudra absolument y parvenir dimanche. On ne doit surtout pas courir après le score et encaisser des essais…"

Pro D2 - Jérôme Porical (Béziers)

Pro D2 - Jérôme Porical (Béziers)Icon Sport

Béziers devra miser d’entrée sur son redoutable jeu d’avants dans l’axe, ses mauls, sa défense et le pied de Jérôme Porical, qui font sa force. Sans chercher à surjouer. L’heure n’est plus à essayer de briller par un rugby de mouvement non maîtrisé par les trois-quarts. Le coach des avant détailles les forces adverses et précises la marche à suivre :

"L’équipe devra faire preuve d’énormément de maîtrise et de rigueur pour essayer de contrôler le match. Bourg-en-Bresse est dans l’obligation de nous battre avec le bonus offensif et cela risque donc de changer leur plan de jeu et leur façon habituelle de jouer. A nous d’être très vigilants là-dessus, tout en étant fort sur nos bases et bien en place défensivement. Les Bressans s’appuient sur un pack conquérant et mobile, des joueurs d’instinct et un bon jeu au pied de pression. Quand on voit le nombre d’équipes passées à la “moulinette” chez eux, il faudra qu’on réalise un gros match pour espérer gagner."

Gagner pour espérer décrocher ce barrage à l’extérieur, objectif minimum annoncé l’été dernier. Un stade de la compétition atteint l’an passé après onze années d’attente.

Se qualifier pour s’inscrire dans la continuité

Alors, faire un pas en arrière lors de l’année de la confirmation serait à la fois un échec sportif et une perte économique non négligeable pour Béziers. Le futur Rochelais Reda Wardi développe : "Je pense qu’on fait une très bonne saison. Quand on regarde le nombre de victoires décrochées, Je crois que nous sommes devant la majorité des équipes (17 succès, seul Brive fait mieux)… Alors oui, si on ne se qualifie pas il y aurait des regrets. Ce serait dommage de ne pas concrétiser, d’y être parvenu en 2018 et pas cette année. Je pense que Béziers a besoin de continuité, de s’inscrire dans ces phases finales pour apporter de la sérénité au club pour les prochaines années. Il faut de la continuité et j’aimerai aider l’équipe à la trouver avant de partir, car Béziers m’a tant apporté."

Pro D2 - L'équipe de Béziers célébrant la victoire contre Vannes

Pro D2 - L'équipe de Béziers célébrant la victoire contre VannesIcon Sport

Un vœu partagé par Thibauld Suchier (futur Catalan) : "Je ne pense pas que ça mettrait un coup d’arrêt au club si on venait à ne pas se qualifier. Mais par contre, ça lui ferait énormément de bien si on y parvenait. Beaucoup de joueurs le méritent …"

Pour grandir et offrir une sortie mémorable à leurs onze partants, les Biterrois doivent créer l’exploit à Bourg-en-Bresse. Mais, si l’aventure venait à s’arrêter dimanche, David Gérard tient à remettre les choses dans leur contexte :

"Chaque équipe a besoin de s’inscrire dans la continuité. Mais quand on regarder en arrière et qu’on refait la liste de nos départs et de nos arrivées à l’intersaison, à un moment donné, on ne peut pas faire de magie ! Je trouve qu’on fait une très belle saison avec notre effectif et nos galères. On a tourné à des moments avec deux deuxièmes lignes, à d’autres, avec trois troisièmes lignes et j’en passe… Ça a été complexe tout l’année et à la dernière journée, Béziers est toujours là, en vie. Moi c’est ça que je veux retenir. Même si on veut plus…"

Contenus sponsorisés