Icon Sport

Pro D2 - Colomiers, une spirale négative à enrayer au plus vite

Colomiers, une spirale négative à enrayer au plus vite
Par Rugbyrama

Le 21/09/2018 à 15:04Mis à jour Le 21/09/2018 à 15:24

PRO D2 - Colomiers n'a pas le choix ce vendredi soir, il lui faut l'emporter à domicile face à Biarritz pour mettre fin à une série de trois défaites consécutives. Et aussi pour se donner de l'air au classement.

L'an dernier, Colomiers s'était fait évincer de la course aux phases finales lors de la 24ème journée – enchaînant notamment quatre défaites entre la 22ème et la 25ème journée - alors que le club haut-garonnais avait été présent sans discontinuer jusque-là dans le top 6. "Si c'est l'inverse de l'an dernier qui est en train de se produire, je signe direct." Léger sourire en coin, Mihai Macovei ne perd pas malgré la situation comptable peu enviable de son équipe sa bonne humeur, ni son sens de l'humour. Le troisième ligne international roumain sait pourtant avec tout le sérieux qui le caractérise que le match qu'il s'apprête à livrer avec ses coéquipiers vendredi sur la pelouse de Michel-Bendichou revêt déjà une importance capitale pour la Colombe.

Mihai Macovei (Colomiers) contre Oyonnax

Mihai Macovei (Colomiers) contre OyonnaxIcon Sport

Quatorzièmes au classement, avec six points dans la besace, les Columérins ont besoin d'un bon bol d'air. Surtout, ils ont sur ce nouveau bloc qui s'ouvre l'occasion de rompre avec ce qui est devenu une fâcheuse habitude depuis le coup d'envoi de la saison. À tel point que les histoires semblent se suivre et se répéter inlassablement. Les scénarios de fins de matchs peuvent paraître cruels pour les joueurs du président Carré, ils sont d'une vérité implacable : il est un fait, Colomiers ne sait pas conserver son avance au tableau d'affichage. Pire, l'équipe perd pied, subit les événements en se montrant indiscipliné (deux cartons jaunes dans les dix dernières minutes à Brive et à Carcassonne adressés au numéro 8 Romain Bézian) alors qu'elle semblait jusque-là avoir le contrôle du match en main ou du moins faire plus que jeu égal. Le couperet n'était déjà pas passé loin lors de la première journée et la réception de Provence Rugby. Et malgré cet avertissement sans frais, c'est ce qui s'est passé à Brive, contre Oyonnax à domicile ou encore dernièrement sur la pelouse de Carcassonne.

" Il faut se faire du bien à la tête" Mihai Macovei"

Résultat de tout cela : "Il nous manque comptablement quatre points", dixit le manager général Olivier Baragnon. Le patron du sportif attend du mieux de ses hommes, une prise de conscience accompagnée d'une amélioration dans le contenu. La prestation en terres audoises n'a pas satisfait l'état-major haut-garonnais conscient que son équipe doit aussi forcer son caractère. "Même si nous sommes devant de six points ou de cinq points, il faudra faire basculer le scénario de manière positive. Il faut qu'on apprenne à savoir le faire", analysait cette semaine le technicien, rajoutant : "Ce sont les scénarios entiers que nous avons payé cher. Nous ne sommes pas assez rudes mentalement pour tenir une discipline de fer dans nos temps faibles. C'est ce qu'on va chercher face à Biarritz. On ne peut pas dire que nous ayons mal travaillé avant mais il faut qu'on intensifie les choses, dans la concentration, dans nos actes. Il faut aussi se dire qu'une équipe qui joue mal n'est pas récompensée."

Face à un gros poisson, candidat déclaré aux phases finales, Colomiers a donc l'occasion de se relancer. "C'est le moment" pour Mihai Macovei. Aligné pour la troisième fois de la saison avec Curtis Browning et Romain Bézian en troisième ligne, le joueur de devoir refuse de subir les événements et en appelle à l'esprit collectif : "Si nous continuons avec ce mal de crâne, ce ne sera pas bien. Il reste vingt-six matchs, ce n'est pas la peine de dire maintenant que ça ne va pas. Mais il faut aussi se faire du bien à la tête, mettre la manière et se dire que la victoire et l'enthousiasme pour jouer vont revenir." Avec cette positive attitude, les Haut-Garonnais sont prêts à faire front. Ils se rappelleront aussi qu'en mars dernier à l'occasion de la réception des Basques, ils avaient livré 50 bonnes minutes, menant 22-0 au tableau d'affichage avant de se relâcher coupablement et d'encaisser un 17-0. Des erreurs à ne pas répéter.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0