Icon Sport

Pro D2 - Colomiers doit dépasser le cap de la frustration

Colomiers doit dépasser le cap de la frustration

Le 07/09/2018 à 11:28

PRO D2 - Légitimement déçus du résultat final après leurs derniers matchs face aux cadors brivistes et oyonnaxiens, les Columérins s'en vont défier Carcassonne ce vendredi soir. Au pied de la Cité, les joueurs du trio Baragnon – Dantin – Sarraute vont devoir faire preuve de caractère et gagner en constance.

"Il n'y a pas de bonnes défaites ni de défaites encourageantes." Si ses joueurs cherchaient à se rassurer quant à leurs dernières productions face à deux ténors de la division, Julien Sarraute s'est chargé de leur rappeler l'état actuel des choses : avec les si, la maxime est bien connue, on pourrait refaire le monde. Quelques jours après le coup de bambou reçu sur la tête par Oyonnax venu s'imposer en toute fin de rencontre à Bendichou (18-19), l'entraîneur des trois-quarts livrait son analyse à froid, sans concession : "Je pense que pendant 77 minutes nous faisons plus que rivaliser avec Oyonnax."

Oyonnax vs Colomiers

Oyonnax vs ColomiersRugbyrama

Sauf que : "Sur la dernière action et le renvoi long je pense qu'il y a une cascade d'erreurs défensives traduites par un manque d'efficacité au plaquage. Nous avons voulu fermer les espaces derrière sans être en situation de pouvoir le faire correctement. Nous avons très mal défendu sur ce ballon-là. Même si il y a un geste de classe de la part de leur centre, l'action aurait dû être avortée bien avant les 22 m. On a l'opportunité de pouvoir tuer l'action et on se met en danger par des erreurs défensives individuelles et collectives. " considérait Sarraute.

Le Gersois laissait exprimer sa frustration et sa déception à l'image du vestiaire columérin quelque peu abasourdi vendredi dernier. Renchérissant notamment sans forfanterie aucune : "Dans les matchs de haut niveau, quand on a une opportunité il faut la saisir. Peu importe de savoir si l'adversaire est dans son assiette ou pas dans son assiette, nous devons être des tueurs quand des opportunités se présentent. On aurait dû tuer le match bien avant la 77ème minute." Lucide, l'entraîneur des arrières de la Colombe regrettait sans doute un premier acte rondement mené par les siens mais qui n'aura abouti que sur un 12-9 à la pause alors que Colomiers avait ou était en train de bénéficier d'une supériorité numérique (cartons jaunes de Battye et d'Inman à la 15ème et à la 38ème minute).

Il est vrai que durant quarante minutes et même au-delà , Colomiers a fait plus que jeu égal avec une équipe reléguée de Top 14, venue en Haute-Garonne pour faire un coup et asseoir ses ambitions. En imprimant de longues séquences de jeu d'entrée de jeu, en ayant la possession du ballon, les Haut-Garonnais ont fait part de leurs intentions. "Malgré cette défaite, il faut aussi prendre conscience qu'il y a des bonnes choses. Il y a eu du volume, de l'enthousiasme et beaucoup d'engagement physique.

Venione Voretamaya - Colomiers

Venione Voretamaya - ColomiersIcon Sport

Il y a des points positifs sur lesquels on va s'appuyer." rappelait l'ancien Auscitain, conscient que le marathon long du Pro D2 n'en est aussi qu'à ses prémices. "Ce qui est très important aujourd'hui c'est de regarder droit devant nous, d'en tirer les enseignements mais il ne faut pas non plus tomber dans le mélodrame. Il reste 27 matchs, la saison est très longue. Aujourd'hui nous avons grillé un joker mais il ne faut pas tomber dans le pessimisme ou être alarmiste. "

Gommer les points négatifs et se montrer plus lucides

Il n'y a donc pas le feu au lac pour Romain Mémain et ses coéquipiers qui seront malgré tout en recherche de points et d'un deuxième succès à Carcassonne. Pour ce deuxième déplacement officiel de la saison , près d'un mois après sa victoire en match de préparation à Domec (18-20), la Colombe devra répondre présente dans l'engagement marque de fabrique des Audois entraînés par Christian Labit et la saine agressivité tout en se montrant discipliné. Chose qui a notamment fait défaut à Brive en fin de rencontre.

Il faudra aussi selon Julien Sarraute "être plus performant dans la possession de la balle et éviter de rendre le ballon trop vite à Carcassonne comme nous l'avons fait sur nos temps faibles contre Oyonnax." . Pour parvenir à ses fins et répondre dans l'engagement, Colomiers ne pourra pas toutefois compter sur Clément Chartier, le deuxième ligne auteur d'un gros début de saison et victime d'un mauvais geste passé inaperçu dans un maul (qui lui vaut une entorse du genou droit) de la part d'un Oyonnaxien.

Romain Bezian (Colomiers) contre US Oyonnax

Romain Bezian (Colomiers) contre US OyonnaxIcon Sport

Après le protocole commotion de François Fontaine à Brive, l'état-major columérin a d'ailleurs décidé d'élever la voix sur certains faits de jeux cette semaine. En attendant, malgré une ligne de trois-quarts remodelée où manquent Grégoire Maurino (fin de saison après une rupture des ligaments croisés contractée lors du premier match face à Provence Rugby), Cédric Coll (en phase de reprise, sera apte pour Biarritz), Thomas Girard (entorse cheville gauche), François Fontaine, et Cédric Catala, Julien Sarraute ne se cherche aucune excuse : "Parler des absents, c'est se chercher des excuses. Il y a des joueurs importants pour le jeu et pour le vestiaire qui sont absents mais si on passe notre temps à l'expliquer, c'est que nous ne sommes pas dans le vrai. Soit on se cherche des excuses, soit on se cherche des solutions. Puis, bon il y a des jeunes Espoirs qui poussent derrière aussi."

Ce vendredi soir , Colomiers devra donc avant tout montrer un visage "concentré, rigoureux, avec la détermination d'être précis pendant 80 minutes car le haut-niveau c'est une somme de détails." On n'aurait pas mieux dit.

Contenus sponsorisés
0
0