Icon Sport

Laussucq : "J’espère que ce ne sera pas mon dernier à Guy-Boniface"

Laussucq : "J’espère que ce ne sera pas mon dernier à Guy-Boniface"

Le 25/04/2019 à 12:13

PRO D2 - Christophe Laussucq pourrait vivre son dernier match à Guy-Boniface vendredi soir lors de la réception de Bourg-en-Bresse (20h). L’entraîneur montois se confie à deux journées de la fin de la phase régulière.

Rugbyrama : Il ne reste plus que deux journées, une réception d’un mal classé, un déplacement chez un concurrent direct, comment le groupe appréhende ce dernier bloc ?

Christophe Laussucq : Concerné et même excité parce que tout le monde a envie de faire des phases finales. Mais on ne peut pas dire qu’on soit en pleine confiance. On n’a pas beaucoup de points faibles mais on a beaucoup de trous d’airs… Il y a eu des saisons où on a été plus serein à l’approche des matchs couperets. Après, il n’y a pas de vérité, on sait que ça repartira à zéro à ce moment-là.

À ce moment de la saison tous les détails comptent, ces physionomies de match qui se répètent vous inquiètent ?

CL. : Le match de Massy est le symbole de notre niveau. On est capable de marquer trois essais à zéro, de mener 19-0 et de se créer d’autres occasions franches. Mais d’un autre côté, on a aussi une certaine fragilité qui fait qu’on arrive à encaisser des points en supériorité numérique. Il y a toujours ces deux visages dans une même rencontre ce qui donne cette impression qu’on ne maîtrise pas grand chose. On est sur courant alternatif. Ce n’est pas alarmant car cela prouve aussi qu’on a des qualités. Depuis un petit moment, il n’y a pas de performance accomplie pendant 80 minutes mais je suis persuadé qu’on est capable de le faire.

" Tout est ouvert à condition de gagner vendredi "

Vendredi soir, Bourg-en-Bresse vient dans les Landes pour jouer son maintien en Pro D2, le mauvais souvenir du match aller (plus large défaite de la saison 50-13) est encore dans les têtes montoises ?

CL. : Je crois que c’est ma plus large défaite depuis que je suis à Mont-de-Marsan en six saisons donc on n’a pas oublié les 50 points pris là-bas. On sait qu’ils n’ont pas le choix et que leur survie passe par une victoire chez nous. Ce sont des joueurs qui vont jouer pour leurs contrats, pour l’avenir de leur club et eux ils seront prêts, j’en suis persuadé.

De son côté, le Stade Montois se cramponne au top 6 depuis le début de saison mais un deuxième revers à domicile peut tout chambouler…

CL. : Comme à Massy, c’est encore une rencontre éliminatoire. Il faut gagner vendredi pour avoir une chance d’aller chercher quelque chose à Vannes comme une quatrième place. Tout est ouvert à condition de gagner vendredi. Ça ne nous qualifiera pas forcément mais on aura encore l’espoir.

" Ce serait con de finir septième "

C’est peut-être votre dernière à Guy-Boniface, vous y pensez ?

CL. : Non… (il marmonne). Tout le monde m’en parle mais déjà j’espère que ce ne sera pas mon dernier match à Guy-Boniface, ça c’est clair ! Après, on est tous focalisé sur la performance, l’adversaire et l’objectif, pas sur mon départ. En plus, je ne suis pas le seul car plein de joueurs vont également partir… Il n’y a pas de place pour les sentiments et les états d’âmes, il faut gagner vendredi point barre.

Il y a tout de même de l’appréhension car la fin de saison est indécise…

CL. : J’ai surtout du stress car cela fait un moment qu’on joue que des matchs éliminatoires et que c’est tendu. On veut se qualifier mais même en gagnant vendredi, ce ne sera pas acquis. L’année dernière, notre barrage à domicile s’est joué à la 77ème minute à Aurillac lors de la 30ème journée à un point près sinon nous serions allés à Béziers. Cette saison, c’est encore très serré, il faut bien terminer (il marque un temps)… Ce serait quand même con de finir septième.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0