Icon Sport

Pro D2 - Biarritz : un public reconnaissant

Biarritz : un public reconnaissant

Le 04/10/2018 à 18:06Mis à jour Le 28/08/2019 à 18:00

PRO D2 - Satisfaction et reconnaissance sont les maîtres-mots des supporters du BO, que nous avons interrogés cette semaine, pour connaître leur ressenti, trois mois après la prise de pouvoir de la nouvelle direction.

Difficile de trouver un supporter mécontent en début de semaine du côté de Biarritz. Après la victoire dans le derby, jeudi dernier, l’humeur des amoureux du BO est au beau fixe, alors que chez les Bayonnais, c’est forcément le contraire.

Dans les tribunes, ce match a le mérite de désigner le clan qui pourra, jusqu’au match retour, affirmer sa suprématie. Il permet donc à tous les fans du BO de "chambrer", depuis lundi matin, leurs collègues ciel et blanc lors de n’importe quelle discussion autour du ballon ovale. "Dans tous les cas, il ne faut pas perdre ce genre de match rappelle Marie Gommerel, la présidente de Miarritzeko Muttilak (30 adhérents). Ça fait bientôt deux ans qu’on est invaincus à la maison et j’espère que ça va durer. Maintenant, ce serait bien qu’on fasse quelque chose à l’extérieur."

Des attentes loin d’Aguiléra

Des quatre clubs de supporters contactés, tous sont unanimes. Les prestations à l’extérieur viennent ternir un début de saison, qu’ils jugent plutôt "bon avec des contenus intéressants" (Frédéric Gravé, président d’Aupa BO). Si le visage affiché à Montauban leur a plu, celui montré à Colomiers reste en travers de la gorge de certains.

Il aura toutefois eu le mérite de faire réagir le groupe avant le derby de jeudi dernier. "Je pense que les joueurs ont eu un peu de malchance sur les résultats souligne Pierre-Alain Girardet qui est à la tête d’Handi BO, l’association de supporters handicapés des rouge et blanc (une soixantaine d’adhérents). Aujourd’hui, tu passes de la première place à la dixième. Ça ne veut rien dire, il faut jouer tous les matchs. Et même à Mont de Marsan, dans le bon état d’esprit qu’aura installé la victoire dans le derby, il y aura peut-être des surprises à avoir." Réponse vendredi soir, même si la tâche sera forcément compliquée contre le leader du championnat.

Nouveau dynamisme

Lors de la présentation de son projet face à la presse, en juillet dernier, Louis-Vincent Gave avait longuement insisté sur “le coup de nouveau” qu’il souhaitait instaurer à Aguiléra. "L’idée est de transformer l’expérience que les gens auront du match pour faire en sorte qu’ils viennent au match non seulement pour voir l’équipe, mais aussi pour qu’il y ait une ambiance, au sein du stade, absolument unique" nous expliquait-il alors.

Louis Vincent Gave - Biarritz

Louis Vincent Gave - BiarritzMidi Olympique

Deux mois après les premiers matchs, force est de constater que les premiers changements ont eu lieu. Du parvis du stade, où les food-trucks ambulants ont pris place, aux structures gonflables pour enfants, en passant par le DJ qui se produit lors des gros évènements, les actions mises en place par la nouvelle direction plaisent au public.

"Ces dernières saisons, surtout depuis qu’on est descendus en Pro D2, on tourne à 3 000 personnes dans le stade en moyenne regrette Marie Gommerel. C’est triste. La direction met des nouveautés pour remplir le stade. C’est un peu la fête dès qu’on va au stade donc c’est super." "Ce qui est très intéressant, c’est le spectacle poursuit Patrick Rebeilleau, président du XVI du BO, une association affiliée à la Fédération Française des supporters de Rugby. Il y a le rugby, mais aussi, tout ce qu’il y a autour. Moi, je pars du principe qu’il faut les laisser faire. Ils tentent des choses nouvelles, que j’espère, ils réussiront."

La qualité des produits alimentaires est aussi appréciée. Celle-ci est jugée en "très nette amélioration" par Pierre Alain Girardet. Mais ce qui impressionne plus que tout Frédéric Gravé et les 550 adhérents d’AUPA BO, c’est la rapidité du changement : "Tout est allé très vite, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. C’est vraiment agréable. Ils arrivent à créer un esprit de village et l’ambiance s’en ressent dans le stade. Ça n’a rien à voir avec celle connue les années précédentes."

Reconnaissance

En somme, le sentiment principal qui règne auprès des supporters rouge et blanc est, avant tout, celui de la reconnaissance envers le duo Gave/ Aldigé, qui a sauvé le club. "Ce serait malhonnête de l’oublier clame Frédéric Grave ! On est reconnaissants de ce qu’ils ont fait pour sauver le club, mais aussi de ce qu’ils continuent à faire. Ils tiennent leurs promesses, ont des idées… Les choses ne traînent pas."

Et même si le club a fait parler de lui pour des raisons extra-sportives (conflit avec le journal Sud-Ouest, tweet moqueur à l’encontre d’une journaliste de France Bleu Pays Basque), les passionnés font front, à commencer par Frédéric Gravé : "Sans arrêt, on nous répète l’historique depuis les affaires d’avril ou de mai. Maintenant, c’est fini, il faut passer à autre chose. Ces gens n’ont rien demandé à personne, sont venus sauver le club. Je peux comprendre qu’ils en aient marre, aussi." De son côté, le président de Handi-BO préfère tempérer : "Tous ces conflits desservent l'intérêt du BO et je pense les joueurs, puisqu’il y a moins de couverture médiatique. Au niveau des efforts que la direction fait pour développer le club, elle se tire une balle dans le pied." Ce sera finalement le seul petit bémol que l’on pourra constater des dires des supporters Biarrots, plus que jamais derrière leur “nouveau BO”.

Par Pablo Ordas

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0