Icon Sport

Bayonne : La carte jeune est-elle envisageable en phase finale ?

Bayonne : La carte jeune est-elle envisageable en phase finale ?

Le 08/05/2019 à 15:28Mis à jour Le 28/08/2019 à 17:33

PRO D2 - Après s’être appuyé sur de nombreux jeunes tout au long de la saison, le staff bayonnais va-t-il leur renouveler sa confiance pour les phases finales ? Éléments de réponse avec le manager, Yannick Bru.

Il y a d’abord un chiffre : 22,3. Il correspond à la moyenne d’âge de la ligne de trois-quarts, du 10 au 15, alignée dimanche après-midi à Brive. Ensuite, une phrase, que Bru répète depuis son arrivée au club : "Ce qui guide tout le staff, c’est la compétitivité de l’équipe et ceux qui jouent aujourd’hui sont tout simplement les meilleurs. Il y avait une envie d’utiliser les jeunes potentiels de l’Aviron en début de saison, mais ce n’était pas une obsession."

Puis une question qui vient en suivant. Si le staff bayonnais a fait ce choix en Corrèze, était-ce dans l’optique des phases finales ou n’était-ce que la suite logique de la politique sportive du club et de la rotation aperçue toute l’année ? "Pour samedi, nous allons essayer de trouver les meilleures complémentarités pour que l’équipe soit la plus compétitive possible répond le manager du club. Après, ce n’est pas une idée farfelue que nous avons eue à Brive. C’est quelque chose que nous avions préparé et anticipé. Nous injectons des jeunes talents du club depuis un long moment et je pense qu’ils ont, maintenant, l’expérience, la confiance et les entraînements nécessaires pour faire ça. L’Aviron bayonnais s’appuiera encore sur beaucoup de produits de sa formation face à Nevers."

L’insouciance ou l’expérience ?

Pour autant, si la bande à Muscarditz a répondu présent tout au long de la saison, ces matchs couperets de phases finales sont différents et un brin d’expérience est toujours bienvenu. Et dans les joueurs de moins de 25 ans, seul Julien Tisseron a déjà pris part à des rencontres éliminatoires en Pro D2, lors de l’aventure de 2016. Et encore, l’arrière n’avait joué que quatre petites minutes pendant la demi-finale face à Colomiers. Le responsable du secteur sportif en est conscient : "Sur ces rencontres-là qui passent très vite, il y a toujours quelques décisions cruciales à prendre, donc il faut trouver le bon mélange. Une part d’expérience et de vécu sera forcément utile et c’est vrai qu’il en faut. Mais en même temps, je pense que chaque fois qu’on empêche un jeune joueur de vivre ces moments-là, on perd du temps sur l’avenir. Il ne faut pas hésiter et faire preuve de frilosité quant à l’éjection de jeunes potentiels du club."

Pro D2 - Julien Tisseron (Bayonne)

Pro D2 - Julien Tisseron (Bayonne)Icon Sport

Et le manager de poursuivre, sur la préparation de ces rendez-vous particuliers, auprès des plus inexpérimentés : "La confiance est importante dans leurs performances. Mais elle vient surtout de la préparation. Il faut être sûr de la façon dont on s’est préparé, des informations qu’on a emmagasinées, du travail athlétique et technique qu’on a fait. C’est à ce prix-là qu’on est en confiance. Depuis dimanche et la rencontre à Brive, je crois que les joueurs savent qu’ils sont prêts pour disputer ce genre de matchs. Dans un passé récent, on a vu que nous étions capables de passer à côté sur un match. Mais je ne pense pas que ça arrivera ce week-end."

L’atmosphère des grands soirs

Samedi, Jean-Dauger bouillonnera. Les quais de l’Adour seront pris d’assaut, tôt dans l’après-midi, alors que la pression aura eu le temps de monter progressivement dans la semaine. Un contexte atmosphérique qui n’est pas sans rappeler celui du derby auquel les Héguy, Tedder, Muscarditz ou Boniface avaient participé. Un facteur supplémentaire à prendre en compte.

Pro D2 - Yannick Bru et Vincent Etcheto (Bayonne)

Pro D2 - Yannick Bru et Vincent Etcheto (Bayonne)Icon Sport

Pour autant, les Ciel et Blanc abordent ce barrage bien différemment. "Un match comme samedi soir est un match qu’on a envie de gagner. Le derby, c’est un match que l’on a peur de perdre, nuance Yannick Bru. Nous avons rempli nos objectifs, et les quatre semaines qui arrivent doivent nous servir à donner du plaisir à nos supporters, à se faire plaisir aussi. Nous avons juste envie d’aller le plus loin possible où nos qualités nous portent." Et quelle que soit l’issue de la rencontre de samedi, et des suivantes s’il doit y en avoir, les jeunes de l’Aviron n’en ressortiront que grandis. La voilà, la véritable certitude.

Par Pablo Ordas

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0