Rugbyrama

Pro D2 - Aurillac-Oyonnax : Adrien Buononato interpelle les instances

Aurillac-Oyonnax : Buononato interpelle les instances

Le 15/08/2018 à 10:55Mis à jour Le 15/08/2018 à 14:27

PRO D2 - C’est un vrai cri du cœur que lance Adrien Buononato après le décès de l’Aurillacois Louis Fajfrowski, qu’Oyonnax aurait dû affronter en ouverture de la Pro D2. Le directeur sportif est en colère contre ceux qui recherchent un coupable, mais également contre la LNR.

C’est un Adrien Buononato visiblement marqué et ému qui est revenu sur le décès tragique de Louis Fajfrowski, joueur d’Aurillac, futur adversaire d’Oyonnax pour l’ouverture de la Pro D2. Dès le traditionnel briefing du lundi matin, le drame a été évoqué, non sans émotion avec la présence de l’ancien aurillacois Myles Edwards dans les rangs oyonnaxiens. "Ça met un coup. Les mots que l’on emploie dans le langage commun du rugby, quand on parle de violence ou de faire mal, ne résonnent pas bien et deviennent presque obscènes", dit-il avec une certaine gêne. Le directeur sportif se remémore alors la perte tragique et subite d’un jeune, deux jours après le gain d’un titre de Champion de France Crabos, en 2014, date à laquelle il dirigeait le centre de formation du Racing. "C’est dur, ça marque", insiste-t-il.

L’émotion ne doit pas l’emporter sur la raison

Mais Adrien Buononato éprouve un autre sentiment en plus de la tristesse. La colère, à double titre. D’abord contre le fait "de devoir chercher un coupable. Quand Marc-Vivien Foé s’est écroulé en plein match, on n’a pas enlevé les gamins du foot pour autant. Je ne cherche pas des causes, des responsables ou les mesures à prendre. Ça ne fait pas avancer !" L’entraineur en veut également aux instances d’avoir déplacé la rencontre du vendredi 20 heures au dimanche à 16h15, et pas à une autre date, "une mesure prise sous le coup de l’émotion. Ce type d’accident est dramatique et nécessite une autre prise en charge", confesse Buononato qui s’interroge. "Il y a des dates de report pour des évènements exceptionnels. Ce ne sont pas deux jours de plus qui permettent de faire le deuil."

" J’en veux à la Ligue qui n’a pas respecté l’équité sportive"

Oyonnax a de suite accepté que la rencontre soit décalée pour permettre à chacun d’assister aux obsèques, seulement à l’heure où l’on met en avant la sécurité des joueurs (des hommes !), Oyonnax et Aurillac rejoueront seulement cinq jours plus tard. "Nous allons rentrer d’Aurillac le lundi à 4 heures et nous ferons notre premier match à domicile contre Vannes en ayant un seul entrainement dans la semaine. Je n’arrive pas à trouver l’équité", dit-il dans un premier temps. Avant d’estimer que "le drame est suffisamment important pour que l’on réfléchisse sans émotion. Je trouve cela malheureux". Outre l’aspect logistique d’un déplacement à réorganiser, Adrien Buononato considère que "nos arguments n’ont pas été entendus. J’en veux à la Ligue qui n’a pas respecté l’équité sportive."

Contenus sponsorisés
0
0