Other Agency

Pépite de Pro D2 - Faraj Fartass (Vannes), une "libération déguisée"

Fartass, une "libération déguisée"
Par Rugbyrama

Le 26/12/2018 à 16:30

PÉPITE DE PRO D2 - En manque de temps de jeu ces deux dernières saisons au Stade Français, l'ailier de 21 ans a été prêté cette saison au RC Vannes, où il s'épanouit en Pro D2. Itinéraire d'un joueur au début de carrière miné par les blessures.

Faraj Fartass est un enfant de la région parisienne. Né à Saint-Cloud en 1997, l'enfant aux origines tunisiennes commence le rugby à Suresnes. Il est repéré par le Stade Français dont il rejoint l'équipe de cadets, puis est sélectionné pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse 2014 à Nanjing. Il y remporte la médaille d'or en rugby à 7, aux côtés des Martin Laveau, Alexandre Roumat ou Arthur Retière.

Moins d'un mois après ce sacre, Faraj Fartass est victime d'une rupture des ligaments croisés, des ligaments externes et du ménisque. À 17 ans, il vit une période de 13 mois sans jouer, mais ne songe pas à stopper sa carrière. "J’étais jeune, je me suis dit que si je faisais une bonne rééducation et le nécessaire pour revenir à mon niveau, je pourrais continuer." Finalement, il profite de sa convalescence pour se développer davantage sur le plan athlétique, en prenant 6 kilos de muscles.

Aujourd'hui, Fartass pèse 92 kg pour 1,92 m. Rapide, puissant, avec de bons appuis... Ses qualités impressionnent et lui permettent de disputer son premier match professionnel avec son club formateur en Challenge Cup. Le 20 octobre 2016, il est titulaire face à Timisoara et saisit l'occasion en marquant un essai. Remarqué par Thomas Lièvremont, alors manager des Bleuets, il est appelé en Équipe de France U20 pour le Tournoi des 6 nations et dispute le mondial U20 en juin. Bon vivant, curieux, il représente une véritable plus-value dans la vie d'un groupe, et son caractère détaché des codes du rugby professionnel le rend atypique.

6 Nations - Faraj Fartass (France U20) contre le Pays de Galles

6 Nations - Faraj Fartass (France U20) contre le Pays de GallesAFP

La saison 2017/2018 devait être celle de la confirmation pour Faraj Fartass, qui effectue la pré-saison dans le groupe professionnel et dispute un match amical à Perpignan. Mais en octobre, lors d'un match avec les Espoirs, il est à nouveau victime d'une blessure, cette fois-ci à l'épaule. Une blessure qu'il traînera toute la saison et qui l'empêchera de rejouer en pro. "Enchaîner avec les U20, faire la préparation avec les pros et me blesser pour le deuxième match des Espoirs, ça a été une grosse frustration."

Toujours convalescent, il reprend l'entraînement en mai 2018 au RC Vannes pour se refaire une santé et accumuler les matchs en Pro D2. "Pascal Papé m'avait déjà parlé de ce prêt en janvier, mais ma blessure étant plus longue que prévu, les négociations ont été remises à l'intersaison." Jean-Noël Spitzer, lui, estime que ce passage en division inférieure était le bon choix pour son joueur. "Après sa blessure, il n'avait pas récupéré un niveau athlétique suffisant pour le Top 14. Nous rejoindre lui a permis d'enfin enchaîner des matchs en pro."

Dès son arrivée dans le club breton, Fartass s'intègre rapidement. Après un an sans jouer, il fait son retour sur les terrains à Massy et compte actuellement huit titularisations en championnat pour deux essais. De quoi satisfaire son entraîneur, qui décèle tout de même quelques axes de progression. "L'environnement plus familial et le temps de jeu lui ont permis de franchir un cap. Après il doit encore se développer sur le plan athlétique et musculaire. Il peut aussi progresser dans le jeu au pied, les réceptions aériennes, et devrait plus se proposer dans le jeu, au milieu du terrain. Tout cela sera fait s'il joue et continue à rester impliqué."

Pour sa première saison sans blessure, Faraj Fartass crève l'écran en Pro D2. De quoi revenir plus fort dans son club formateur ? Rien n'est moins sûr. "J'ai été prêté sur ma dernière année de contrat, ce qui fait que je n'ai aucune idée de ce que je ferai la saison prochaine. Si le Stade Français ne me prolonge pas, ça aura été une libération déguisée. Mais j'essaie de ne pas y penser, c'est le quotidien d'un joueur professionnel. Ce dont je suis sûr, c'est que j'ai envie de jouer au plus haut niveau. Je verrai les opportunités qui se présenteront, et je les saisirai."

Top 14 - Morne Steyn et Faraj Fartass (Stade français) en novembre 2016

Top 14 - Morne Steyn et Faraj Fartass (Stade français) en novembre 2016Icon Sport

Par Baptiste Pery

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0