Icon Sport

Pro D2 : Brive, un mental à toute épreuve

Brive, un mental à toute épreuve
Par Rugbyrama

Le 11/01/2019 à 17:09Mis à jour Le 11/01/2019 à 18:47

PRO D2 - En inférorité numérique dès la 12e minute et l'expulsion d'Otar Giorgadze, les Brivistes ont fait preuve d'une vraie force de caractère pour l'emporter face à Biarritz (36-26). Largement dominateurs en première mi-temps, les corréziens auraient pu craquer en fin de match mais leur abnégation fût salvatrice pour s'extirper de ce piège avec les 4 points.

C'est une partie qu'ils auraient très bien pu laisser filer. Et pourtant, Brive s'est accroché en fin de rencontre pour éviter le coup de massue Biarrot et l'emporter, mais que ce fût dur ! Tout part de cette 14e minute fatidique. Au sortir d'une mêlée introduction CAB, le troisième-ligne centre géorgien Otar Giorgadze s'échappe et vient percuter de plein fouet Bernat Girlando en plein visage. Dans le contexte actuel, l'arbitre Monsieur Noirot n'a d'autre choix que de sortir le carton rouge. D'autant plus que le flanker basque finira sa soirée à l'hôpital, touché à la pommette.

Top 14 - Jean-Baptiste Pejoine, Jeremy Davidson et Didier Casadéi (Brive)

Top 14 - Jean-Baptiste Pejoine, Jeremy Davidson et Didier Casadéi (Brive)Icon Sport

Dans cette situation-là, deux choix s'offrent : soit l'équipe se remobilise pour faire front ou alors craque totalement. Une deuxième situation qu'avait pourtant envisagé Jean-Baptiste Péjoine sur son banc de touche : "On se dit qu’un 8 Géorgien avait aussi pris un rouge à Bordeaux la semaine dernière (Le troisième ligne-centre de l'UBB Beka Gorgadze à Pau, défaite 40-23 NDLR) et derrière ils en prennent 30, on se dit qu’il va falloir faire preuve de solidarité et avoir confiance en notre système de jeu.".

Pourtant, nombreux furent les éléments qui se déchaînèrent contre le groupe corrézien. Dès l'échauffement, c'est Retief Marais qui devait se retirer après s'être plaint de la cuisse. Sur la première mêlée, Vivien Devisme fut contraint de laisser ses partenaires, le verdict est lui sans appel, déchirure au mollet. Peu après la pause, alors que son compteur s'élevait à 14 points, ce fût au tour du buteur maison Thomas Laranjeira de sortir. L'arrière se ressentant d'une petite pointe aux ischios.

Pro D2 - Enzo Herve (Brive)

Pro D2 - Enzo Herve (Brive)Icon Sport

Enzo Hervé (Brive) : "Notre match référence"

À la recherche d'un match référence dans l'abnégation, les pensionnaires d'Amédée Domenech ont été placés dans leurs derniers retranchements, mais s'en sont sortis à la faveur d'une solidarité à toute épreuve. "On recherchait ce match exemplaire depuis la victoire à Oyonnax explique Enzo Hervé, l'ouvreur du CAB, on attaque la nouvelle année avec une victoire difficile comme celle-là qu'il a fallu aller chercher, c'est notre match référence oui."

" Chaque année, ils arrivent à nous jouer de mauvais tours - Arnaud Migardi"

Pourtant, la première période ne reflète que très peu la physionomie de la rencontre. Avec 17 points d'avance à la pause, il était certes envisageable que les Corréziens baisseraient de rythme. En revanche ce qui l'était moins c'est que le BO revienne si près. C'est en ce sens-là que l'infériorité numérique s'est payée. Et dès le début de seconde période, les Biarrots revenaient avec d'autres intentions "c’est une équipe très dangereuse qui est allée gagner à Oyonnax, rajoute Péjoine. On sait qu'ils ont la capacité d'envoyer beaucoup de jeu et de marquer beaucoup d'essais en très peu de temps". Une bête noire d'autant qu'à l'aller les deux équipes s'étaient quittés sur un score nul, mais fleuve (33 - 33) "C'est vrai que chaque année ils arrivent à nous jouer des mauvais tours, souligne Arnaud Mignardi.

Essuyant les vagues rouge et blanches, le CABCL pliait à trois reprises dans le deuxième acte. Des largesses défensives plus autant compensées qu'en première période, exploitées par la vista de Lucu et les cannes de Poï ou Artru auteurs d'un doublé chacun. Mais les Brivistes n'ont pas craqué montrant une solidarité à toute épreuve, même dans la fatigue comme le confirme Hervé " Dans les 20 dernières minutes, c'était très difficile parce que physiquement, ça commençait à tirer pour tout le monde. Eux l'ont vu, et comme c'est une belle équipe, ils ont su enchaîner les temps de jeu, mais on a su tenir. C'est le gros point positif. Après le rouge, c'était soit ça passe soit on se dit qu'on va passer une sale soirée."

Pour Jean-Baptiste Péjoine, ce jeune groupe va pouvoir progresser grâce à des victoires à l'arrachée comme celle-ci : "On se disait, à l’extérieur c’est compliqué on ramène qu’un point, on était un peu déçus, frustrés et la, ils sont allés se la chercher et c’est très bien pour le groupe. Humainement ce qu’ils ont vécu sur le terrain ce soir, ils vont pouvoir travailler dessus. Ce jeune groupe va pouvoir s’en servir". Premiers effets attendus dimanche prochain à Soyaux-Angoulême.

Enzo Contreras

Contenus sponsorisés
0
0